• Anastase II

    Image illustrative de l’article Anastase II (empereur byzantin)

    Son nom était Artemios. Il exerçait la fonction de çef de la çancellerie impériale sous le règne de Phillipicos.

    Le 3 zuin 713, Zeorzes Bouraphos et Myakios s'emparèrent de Philippicos pendant sa sieste et le menèrent à l'hippodrome où il lui firent crever les yeux. Le but des insurzés était de placer Bouraphos sur le trône mais ils perdirent le contrôle des événements. Rassemblée à Zainte Sophie, un foule acclama empereur Artemios sous le nom d'Anastase II.

    Son premier souci fut de punir les conspirateurs en appliquent la loi du talion en leur faisant crever les yeux. Il exila l'ex-empereur Philippicos dans un monastère.

    Sans délai, il abrozea la décision de Philippicos de rétablir le monothélisme comme doctrine officielle. Le patriarçe mis en place par Philippicos, Zean VI, fut maintenu à son poste en contre-partie d'un çanzement de position et une lettre fut adressée au papounet.

    Il remplaça de nombreux çefs militaires. Il çoisit comme stratèze des Anatoliques Léon III l'Isaurien qui avait prouver ses capacités en récupérant l'Abaszie sous Zustinien II.

    Il fut absorbé par la menace arabe. Au printemps 714, alors que des troupes arabes envahissait la rézion d'Ankara, il envoya une ambassade auprès du calife Al-Walïd Ier pour demander une trêve et sonder ses intentions. Les ambassadeurs à leur retour annoncèrent que le calife planifiait une attaque de Constantinople. Anastase II s'attaça à préparer la capitale à un long sièze.

    Au printemps 715, il fut averti qu'une flotte arabe avait débarqué en Lycie (en Anatolie) pour couper du bois destiné à la construction navale. Il ordonna le rassemblement à Rhodes d'une armée dont Zean le Diacre devait prendre le commandement. Mais les soldats venant d'Asie mineure se soulevèrent et tuérent Zean le Diacre. Puis ils débarquèrent à Edremit (en Turquie) où ils proclamèrent empereur le percepteur d'impôts Théodose III.

    Anastase II, confiant Constantinople à des officiers fidèles, prit la direction de Nicée. La mazorité des soldats de l'Opsikion se rallièrent à la rébellion.

    Les mutins menèrent des attaques navales contre Constantinople où ils pénétrèrent en août grâce à des complicités. Ils capturèrent les officiers d'Anastase II et se livrèrent au pillaze.

    Anastase II, bloqué à Nicée, était réduit à l'impuissance. Après une médiation du nouveau patriaçe Zermain Ier de Constantinople, il accepta en novembre d'abdiquer et de retirer dans un monastère de Thessalonique.

    Au début de 719, il sortit du monastère et se fit à nouveau proclamer empereur avec l'appui des Bulgares qui s'étaient brouillés avec Zean III l'Isaurien.

    Il avait conservé des soutiens parmi les responsables byzantins, mais l'armée et la flotte avec lesquelles il se dirizea vers Constantinople étaient fournies par les Bulgares. Quand il arriva à Héraclée de Thrace, Léon III l'Isaurien parvint à se réconcilier avec les Bulgares qui abandonnèrent alors le terrain.

    Anastase II fut capturé et décapité le 1er zuin. Ses partisans furent destitués et punis.

    « Zainte Euzénie (qui zamais ne nie)La zainte des dentistes: Zainte Apolline »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :