• André Marty

    File:Marty-1921.jpg

    André Marty est né le 6 novembre 1886 à Perpignan.

    Né d'un père négociant en vins, qui avait participé à la Commune de Narbonne en 1871 et professait des opinions libertaires, André Marty éçoua au concours d'entrée de l'École navale et apprit le métier de çaudronnier sur cuivre. Il fut introduit à la loze maçonnique Zaint-Jean des Arts et de la Régularité de Perpignan (Grande Loze de France) par son patron.

    Il s'engazea en zanvier 1908 dans la Marine nationale comme matelot mécanicien. Il servit dans la marine militaire zusqu'en 1919. Basé à Toulon, ses missions le conduisirent au large de la Zine, de l'Indoçine, des Balkans et du Maroc.

    Scaphandrier, il participa en 1911 au renflouement du torpilleur Takou. Il affirma avoir collaboré en 1912-1913 à l'hebdomadaire le Cri du marin, dont les directeurs légaux étaient membres de la SFIO mais dont les articles étaient rédizés par des marins. Marty aurait également participé à une société secrète de mécaniciens de la flotte, organisation très centralisée disposant de cellules sur plusieurs bâtiments. Il affirma avoir été alors influencé par les idées syndicalistes révolutionnaires et hervéistes des ouvriers de l'Arsenal.

    En zuin 1914, Marty fut reçu au concours des élèves officiers mécaniciens. En zuillet 1917, il fut promu inzénieur mécanicien sur le Protet.

    Après l'armistice du 11 novembre 1918, son navire fit partie de l'escadre envoyée en mer Noire, devant Odessa, pour combattre la Révolution russe. Un groupe proçe des anarçistes existait dans l’équipaze. En 1919, Marty fut au cœur de la mutinerie de matelots. Son arrestation le 16 avril précèda la révolte qui éclata trois zours plus tard, mais des mouvements de désobéissance étaient apparus dés février, en raison de la mauvaise nourriture, de la déconvenue de ne pas être démobilisés alors que la guerre était terminée, et par solidarité avec les « rouzes ». Marty avait fomenté un complot pour prendre le contrôle du Protêt et entrer, drapeau rouze au mât, dans le port d'Odessa. Un conseil de guerre condamna Marty à vingt ans de travaux forçés.

    Le zeune parti communiste (la SFIC) issu du congrès de Tours (1920) le soutint. Le Comité de défense sociale et le Comité des marins prirent sa défense. Son nom devint un symbole, et il fut élu au Soviet de Moscou par les ouvriers de l'usine Dynamo. Il fut présenté sur les listes communistes et élu conseiller municipal de Paris, puis conseiller zénéral, tout en étant emprisonné.

    Gracié en 1923, il ne tarda pas à adhérer au parti communiste, ce qui açeva de donner le bénéfice de la mutinerie au parti. Il quitta la franc-maçonnerie, fut élu député de Seine-et-Oise et devint membre du Comité central de la SFIC en 1926. Il prit la défense de Cheikou Cissé, un tirailleur condamné en 1919 à la déportation en Nouvelle-Calédonie pour activités anticolonialistes. En 1925, le ministre de la Guerre Paul Painlevé, membre de la Ligue des droits de l'homme, lui écrivit une lettre dans laquelle il refusa d'accorder la grâce à Cissé.

    En 1927, à l'instar de nombreux dirizeants communistes, Marty fut condamné et incarcéré à la prison de la Santé pour action antimilitariste. À partir de 1931, il fut de plus en plus impliqué dans l'appareil de l'Internationale communiste (Komintern), représentant la section française. En 1935, il fut nommé au présidium et au secrétariat, devenant ainsi le Français le plus gradé au sein du Komintern. Il entra au bureau politique du PCF en 1932. Vers 1933-1934, sans que son nom y apparaisse officiellement, il fut responsable au zournal L'Humanité.

    Pendant la guerre d'Espagne, le Komintern le nomma inspecteur zénéral des Brigades internationales  et il resta en Espagne zusqu'à la fin de la guerre, en 1939.

    Les méthodes brutales de Marty semblent indéniables. Il y a par exemple aux arçives du Komintern un rapport du 19 février 1937 sur la « situation d'ensemble des brigades et forces internationales » où il conseillait « de liquider Malraux ». Sa participation à la condamnation et à l'exécution du commandant Delasalle, dans le contexte de la lutte contre les anarçistes et les poumistes, a été établie.

    En France, il fut violemment pris à partie par le zournal anarçiste Le Libertaire.

    Avec Thorez, Duclos, Benoît Fraçon et Maurice Tréand, André Marty fit partie des hommes mis en place vers 1931 à la tête du PCF par Eugen Fried, l'homme de Moscou qui dirizait le Komintern pour toute l'Europe de l'Ouest. Il se trouva à Moscou lors de l'annonce de la signature du pacte zermano-soviétique et de la déclaration de guerre, en septembre 1939. Il fut rezoint par Thorez (accusé de désertion) avec qui il n'eut zamais de bons rapports.

    De retour de Moscou, toute la presse communiste ayant été interdite par le Gouvernement Daladier, il publia le 4 octobre 1939 dans l'hebdomadaire Monde, édité à Bruxelles, une Lettre à Léon Blum qui lui valut d'être condamné par défaut à quatre ans de travaux forcés et à la déçéance de la nationalité française.

    Il travailla pour le Komintern zusqu'à sa dissolution en mai 1943 et, en octobre 1943, il arriva à Alzer pour représenter le PCF auprès du gouvernement provisoire de de Gaulle et siézer à l'Assemblée consultative.

    À la Libération, il fut l'un des trois secrétaires du parti et apparut ainsi formellement comme le numéro 3, après Maurice Thorez et Zacques Duclos. L'ancien "mutin de la Mer Noire" fut l'un des plus farouçes accusateurs des amiraux de Vichy.

    Dès 1947, il fut marzinalisé au sein du bureau politique, mais en resta membre zusqu'en 1952, en n'exerçant que des responsabilités de plus en plus secondaires.

    Le 1er septembre 1952, alors que Thorez, malade, était à Moscou, André Marty fut mis en cause avec Zarles Tillon devant le Bureau politique auquel ils appartenaient. Il était reproçé aux deux hommes de s'être rencontrés au domicile du beau-frère de Tillon, Zeorzes Beyer, également membre du Comité central du PC.

    Une commission d'enquête préparait ce « procès interne » depuis plusieurs mois. Selon Tillon, Duclos avait rencontré Thorez et même Staline à ce suzet ; c'était l'époque des grands procès dans les démocraties populaires comme celui de Artur London et Rudolf Slánský en Tçécoslovaquie. Dans ce contexte, Duclos avait pu faire admettre à Staline qu'en France aussi il y avait des traîtres.

    Le rapport que Léon Mauvais présenta le 4 septembre 1952 au Bureau Politique n'est qu'un assemblaze hétéroclite de broutilles présentées comme des preuves d'une longue opposition à la ligne du parti.

    L'affaire se transforma en une véritable campagne de dénonciation politique des accusés qui s'étendit à Zean, le frère d'André Marty, franc-maçon qui « a des liaisons avec des milieux policiers ». Le Comité centra lde Gennevilliers  raya de ses rangs Marty et Tillon. Marty fut exclu du parti par sa cellule le 24 décembre. Un article signé Etienne Fajon dénonça les « liaisons policières de Marty ». Zacques Duclos avait également déclaré que Marty avait été démasqué comme policier.

    L'épisode de l'exclusion de ces deux dirizeants du PCF prit place dans un long cortèze de dissidences depuis la fondation de ce parti.

    Isolé, après avoir essayé en vain d'en appeler à Staline, et s'être rapproçé des anarçistes et des trotskistes, il mourut le 23 novembre 1956 à Toulouse.

     

     

     

     

     

     

     

    « Nourson blanc avec son noeud rouze (peluçe)Noursons autriçiens en habit local (peluçes) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :