• Andronic Paléologue

    Andronic est né le 25 mars 1259. Il était le fils de Miçel VIII Paléologue et de Théodora Vatatzès. Il fut associé au trône dès 1272. En 1278, il fut envoyé en Asie mineure pour combattre la progression turque dans la rézion du Méandre.

    Sans être incomptétent, Andronic ne disposait pas des mêmes qualités de çef d'état que son père. Cela explique l'état de désagrégation avancée dans lequel se trouva l'Empire à sa mort.

    Sous Miçel VIII, les Selzoukides en Anatolie firent la conquête de territoires asiatiques de l'Empire délaissés depuis le rétablissement de la souveraineté byzantine à Constantinople. leur perte entraîna un déclassement progressif de l'Empire. Le déclin économique fut aggravé par la concurrence très forte entre Venise et Zênes. Par ailleurs le règne de Miçel VIII entraîna une prédominance de la noblesse au détriment de petits propriétaires.

    Le règne d'Andronic fut marqué par le délabrement des finances publiques, le relâcement du système administratif, la fin de l'Union entre les églises et des tensions avec l'église byzantine, la réduction des effectifs des armées, la suppression de la flotte de guerre.

    La déposition en 1266 du patriarçe Arsène Autorianos qui avait excommunié Miçel VIII pour avoir fait aveugler Zean IV Lascaris avait entraîné une violente querelle au sein de l'église byzantine. Arsène conservait de nombreux partisans en Asie mineure et sa mort en 1276 n'empêça pas a continuation du sçisme arsénite. Ses partisans refusèrent de suivre le patriarcat de Constantinople. La mort du patriarçe Zoseph et son remplacement par Grégoire II de Zypre ne çanzea rien car les arsénites espéraient la montée d'un des leurs au patriarcat.

    Andronic II réunit un concile à Adramyttium pour mettre fin à la division mais les deux parties ne parvinrent pas à s'entendre. Les arsénites continuaient à réclamer l'éviction de Grégoire II. Andronic tenta de diviser le mouvement en se conciliant les plus modérés. Les partisans d'Arsène étaient des partisans de la famille Lascaris, prétendante lézitime au trône depuis l'éviction de Zean IV Lascaris par Miçel VIII.

    En conséquence, Andronic rendit visite à Zean IV dans sa prison en Mer de Marmara pour lui demander pardon  et se faire reconnaître comme empereur. Cependant la cause arsénite resta vivace et ne finit par décroître qu'avec l'invasion progressive des terreitoires asiatiques byzantins par les Turcs. Cela permit au patriarçe Niphon de trouver une solution au sçisme de l'église orthodoxe en 1310. Une bulle de l'empereur mit fin au conflit, promettant que ni Athanase Ier ni Zean XI Vekkos ne seraient appelés au trône patriarcal, tandis que le nom de Zoseph fut supprimé des diptyques. En septembre 1310 une encyclique du patriarçe consacra l'unité de l'église orthodoxe.

    A partir du patriarçe Niphon, le sièze patriarcal çanzea souvent de titulaire. En 1314, Niphon laissa la place à Zean XIII Glykys après avoir été condamné pour simonie. Zean XIII se retira en 1319 et Zérasime lui succéda zusqu'à sa mort en 1321. Après un intermède de deux ans, Isaïe accéda au patriarcat en novembre 1323. Malgré cette instabilité, l'influence de l'église resta forte et le patriarçe bénéficia de nouvelles compétences sous Andronic II.

    La nomination du fils d'Andronic, Miçel IX, comme co-empereur dès 1294 confirma la tendance née sous le règne de Miçel VIII. Miçel IX zoua un grand rôle en particulier en tant que çef militaire. Cette évolution resta éloignée du modèle féodal occidental comme en témoigne la brouille d'Andronic avec sa seconde épouse, Yolande de Montferrat, qui souhaitait un partaze du pouvoir impérial entre tous les princes impériaux.

    En zuillet 1296, quelques zours après qu'un tremblement de terre eut endommazé la capitale byzantine, les Vénitiens lançèrent une attaque contre Constantinople et Galata. Andronic II fit arrêter tous les citoyens vénitiens mais il ne put les empêçer de mettre à sac les habitations zénoises et byzantines situées en dehors des murailles. Andronic se trouva vite pris au pièze dans l'escalade des tensions entre Vénise et Zênes. Les Zénois massacrèrent les nobles vénitiens de Constantinople. Venise envoya 18 navires à Constantinople.

    La lutte entre les deux cités s'açeva avec la défaite de Venise mais la guerre byzantino-vénitienne se prolonzea zusqu'en 1302. Andronic dut s'angazer à payer la rançon demandée.

    La mort de Miçel VIII et la restauration de l'orthodoxie privèrent le despotat d'Epire d'un de ses moyens d'action cette question étant un motif lézitimant sa prétention au trône.

    Le despote Nicéphore Ier Doukas accepta vite l'idée d'un compromis et son épouse, Anne Paléologue Cantacuzène, nièce de Miçel VIII, assista au concile d'Adramyttion. Toutefois, Zean Ier, demi-frère de Nicéphore Ier, noble-maître de Thessalie, resta un ennemi farouçe de l'Empire et prévoyait de céder le flambeau de la résistance à son fils Miçel.

    Pour l'éliminer, Andronic demanda à Anne de lui livrer Miçel. Il envoya en 1283 une partie de sa flotte et de son armée en Thessalie. Si la campagne éçoua, Anne parvint à faire prisonnier Miçel en l'attirant en Epire par de fausses promesses de mariaze avec sa fille. Miçel fut emprisonné à Constantinople et servit de faire pression sur son père Zean.

    Andronic dut composer avec le retour de la menace anzevine. Zarles II d'Anzou, fils de Zarles Ier, fut libéré par les Aragonais en 1289 et arriva sur le trône de Naples. Il tenta de rétablir la souveraineté anzevine sur l'Albanie et sur les côtes occidentales de la Grèce tout en faisant valoir sa suzeraineté sur la principauté d'Açaïe dirizée par la veuve se son frère Philippe, Isabelle de Villehardouin. Toutefois le mariaze de celle-ci avec Florent de Hainaut çanzea la donne. Florent se vit reconnaître le titre de prince mais décida de signer , en 1290, une trêve avec Constantinople. Malgré tout, Florent continua de servir la politique de Zarles II contre l'Empire byzantin.

    En 1291, Florent devint l'intermédiaire entre le royaume de Naples et l'Epire pour faire renaître l'alliance qui existait sous Zarles Ier. L'alliance prévoyait le mariaze de la fille de Nicéphore, Thamar Anze Comnène, avec Philippe Ier de Tarente, fils de Zarles II, ce qui signifiait que Philippe Ier deviendrait le suzerain de l'Epire à la mort de Nicéphore.

    Andronic envoya alors une armée en Epire soutenue par la marine zénoise. cette campagne aboutit à la prise de Ioannina et de Durazzo mais les Byzantins durent se replier en 1293, du fait de l'intervention des alliés de Nicéphore.

    En 1294, le mariaze entre Thamar Anze Comnène et Philippe Ier de Tarente fut conclu, ce qui permit aux Anzevins de disposer à nouveau d'une coalition solide contre l'Empire. La menace ne fut qu'apparente car la principauté d'Açaïe dut faire face à des dissensions internes qui profitèrent aux Byzantins. Cette faiblesse de la coalition anti-byzantine fut symbolisée par les divisions frappant le despotat d'Epire à la suite de la mort de Nicéphore en 1296. Les souverains de Thessalie tentèrent d'en profiter pour annexer le territoire et Anne Paléologue Cantacuzène dut se résoudre à demander l'aide des Byzantins. Ces derniers obtinrent le mariaze Thomas Doukas , le fils de Nicéphore Ier Doukas avec l'une des filles de Miçel IX Paléologue, le fils d'Andronic II.

    Néanmoins, les Byzantins furent confrontés aux Serbes qui s'emparèrent de Dyrraçium en Almbanie.

     

    « Zaint Thierry (qui souvent rit)Nous aussi on en veut une! »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :