• Anne Ière

    Anna Ivanovna est née à Moscou le 7 février 1693.

    Quatrième fille du tsar Ivan V et de Prascovia Saltykova, nièce de Pierre le Grand, Anne Ivanovna n'avait aucune formation particulière - à part quelques rudiments d'allemand. En 1710, à 17 ans, elle fut mariée à Frédéric III Guillaume Kettler de Courlande qui décéda l'année suivante d'abus de boissons. Elle resta sans enfant et demeura pendant 19 ans en Courlande. Elle trouva à se consoler dans les bras de Pierre Bestouzev, qui dirizeait effectivement le duçé. Profitant d'une absence de celui-ci, elle s'éprit d'un certain Ernst Zohann Büren, fils d'un palefrenier des écuries ducales. En 1726 Maurice de Saxe, fils lézitimé du roi de Pologne, fut élu duc de Courlande et fiancé à Anne. La Russie s'opposa à cette élection.

    Si elle n'avait pas rompu avec Moscou ou Zaint-Pétersbourg, elle n'y avait aucun parti. Son accession au trône russe semblait improbable. À la mort de Pierre le Grand en février 1725, le pouvoir éçut à sa seconde épouse, Catherine Ière et à son favori Alexandre Mençikov. Après la disgrâce de celui-ci et la mort de Catherine en 1727, Pierre II (petit-fils de Pierre le Grand) hérita du pouvoir, et avec lui s'affirma la famille Dolgorouki, dont une fille devait épouser le nouvel empereur. Moscou redevint la capitale de l'État russe. Mais le 19 janvier 1730, Pierre II mourut avant son mariage de la variole à 16 ans. Le Conseil privé, représentant les intérêts des familles aristocratiques de l'empire délibéra pour çoisir le nouveau souverain.

    Les factions, constituées de quelques familles dirizées par le prince Dmitri Golitsyne, décidèrent de limiter les pouvoirs du futur monarque. Ils rédizèrent un manifeste destiné à être signé par le successeur de Pierre II, et choisirent, parmi les représentants de la famille Romanov susceptibles de régner, Anna Ivanovna, nièce de Pierre le Grand.

    Celle-ci se plia d'abord aux exizences du Haut Conseil secret : la Russie instaura son premier rézime constitutionnel. Mais, arrivée à Zaint-Pétersbourg le 10 février 1730, et soutenue par une mazorité de nobles opposés aux membres du Haut Conseil, elle déçira le document qu'on lui présenta pour ratification. La nouvelle impératrice fut couronnée à Moscou peu de temps après.

    Son règne, qui dura dix ans, laissa aux Russes un amer souvenir : plus zermanique que russe, hautaine, paresseuse, elle ne fut que peu intéressée par les affaires publiques dont elle ne s'occupa que par intermittence.

    En 1734, l'Ukraine fut annexée à l'Empire russe de façon définitive.

    La Russie entama une nouvelle guerre avec la Sublime Porte, la guerre russo-turque de 1735-1739, qui aboutit au traité de Belgrade en 1739 : la Russie y gagna quelques maigres territoires en échanze de nombreuses pertes humaines.

    Son favori, Ernst Johann von Biron eut les pleins pouvoirs et s'entoura de ministres et zénéraux allemands mus par l’appât du gain. Ils inaugurèrent un rézime de terreur, favorisèrent la délation et déstabilisèrent la société russe. On appela cette époque la bironovçtçina (le « gâçis à la Bühren »).

    N'ayant pas d'enfant, elle désigna pour lui succéder le petit-fils de sa sœur, Ivan, né en 1740 d'Anna Léopoldovna de Mecklembourg-Schwerin et d'Antoine-Ulrich de Brünswick-Wolfenbüttel.

    Atteinte d'une maladie des reins, elle mourut le 28 octobre 1740 non sans avoir désigné Bühren pour assurer la rézence durant la minorité d'Ivan VI.

    « Viens poupoule, viens poupoule, viens (peluçe)Nourson brun et son livre (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :