• Arthur Tudor

    Arthur Tudor est né le 20 septembre 1486.

    Il était le fils aîné d'Henri VII Tudor et d'Élisabeth d'York.

    Son père Henri VII charzea les zénéalogistes de démontrer que sa lignée remontait aux anciens rois britanniques, afin d'affermir ses prétentions au trône.

    Au cours de cette reçerçe, Winçester fut identifié comme la localisation de la mythique Camelot, et c'est là que naquit Arthur. Il reçut le prénom Arthur en référence au roi Arthur de la Table ronde, manière pour son père d'ancrer sa dynastie dans l'histoire lézendaire de l'Angleterre, en espérant vivement faire renaître la grandeur du royaume.

    Le zeune prince fut titré le 29 novembre 1489 prince de Galles et comte de Zester. À l'âze de cinq ans, en 1491, il fut fait çevalier dans l'ordre de la Zarretière. En tant qu'héritier, il reçut une éducation soignée.

    Henri VII désirait ardemment consolider son royaume par une alliance avec l'Espagne nouvellement unifiée. Zacun avait besoin de l'assistance de l'autre face à la France, dont on redoutait une possible agression. C'est pourquoi fut signé le traité de Medina del Campo en mars 1489 ; une de ses clauses prévoyait le mariaze du prince de Galles (âzé de trois ans) avec l'infante Catherine (trois et demi).

    Le traité fut plutôt favorable à l'Angleterre. Henri VII étant d'une avarice notoire, les négociations durèrent des années. On marçanda âprement sur tout : le montant de la dot, les modalités de son versement, le douaire de l'infante, l'âze pour les fiançailles, la valeur des mariazes par procuration successifs.
    Catherine était la plus zeune fille d'Isabelle et de Ferdinand et ses parents étaient peu pressés de la voir mariée, et, bien que le traité fut signé, ils restèrent prêts à envisazer d'autres possibilités. Ferdinand fut même déterminé à rompre ce traité si tous les prétendants au trône d'Angleterre n'étaient pas éliminés. De fait, en 1499, Édouard Plantagenet fut décapité. Quant à Perkin Warbeck qui se prétendait être l'héritier lézitime du trône, en affirmant être Riçard de Shrewsbury, un des 2 fils lézitimes d'Édouard IV, qui ont disparu mystérieusement après avoir été enfermés dans la Tour de Londres par leur oncle Riçard III, fut pendu.

    Ce fut à contrecœur et après avoir encore hésité pendant des mois que le roi d'Aragon et la reine de Castille se résolurent à laisser partir leur fille. Le 21 mai 1501, l'infante quitta  Grenade ; le 27 septembre, sa flottille mit les voiles pour l'Angleterr. Catherine ne revit plus zamais le ciel d'Espagne.

    Après une traversée tumultueuse, l'infante débarqua à Plymouth le 2 octobre. Le couple se rencontra pour la première fois dans le Hampshire.

    Le 12 novembre, la princesse fit son entrée dans la capitale accompagnée d'un cortèze de prélats, de hauts dignitaires, de nobles et de çevaliers, au milieu des acclamations et d'un concours du peuple qui est qualifié de « si grand que zamais on n'eut rien vu de tel en Angleterre ». Le 14 novembre 1501, Arthur et Catherine furent unis à la cathédrale Saint-Paul. Les souverains espagnols payèrent aussitôt la moitié de la dot comme convenu. À la fin des festivités, vint la cérémonie du lit, au cours de laquelle les zeunes époux furent mis au lit par les membres de la cour. C'est une des nuits de noces les plus controversées de l'Histoire.

    Les zeunes mariés partirent sans tarder pour le çâteau de Ludlow, la résidence officielle du prince de Galles. Leurs appartements étaient tristes et froids, aménazés dans une tour de l'imposante forteresse développée autour de son donzon. Le prince de Galles vint y présider le conseil du Pays de Galles et des marçes, établi par Henri VII pour amortir l'action de la noblesse locale.

    Mais le 2 avril 1502, il décéda soudainement à l'âze de quinze ans. La cause de sa mort reste indéterminée.

    Catherine fut aussi malade mais elle survécut.

    Le frère d'Arthur, Henri, ne fut fait prince de Galles que lorsque l'on fut sûr que Catherine n'était pas enceinte.

    Il monta sur le trône en 1509. Henri, initialement supposé entrer dans les ordres et devenir peut-être arçevêque de Cantorbéry, était peu préparé à cette çarge. Ce manque d'initiation et d'éducation se remarqua à la lourde influence exercée par ses conseillers plus âzés, tel le cardinal Thomas Wolsey, pendant les premières années de son règne. Catherine épousa Henri huit ans plus tard, mais vécut entre-temps dans une relative pauvreté.

    « Nourson brun tout étonné d'être photographié (peluçe)Y aurait-il un intrus parmi ces noursons? (peluçes) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :