• Au théâtre ... hier soir

    Résultat de recherche d'images pour "gif souris et musique"

    Hier, celui qui dit que ze ne suis que son avataresse, nous a emmenées au théâtre.

    - Et quelle pièce avez vous donc vue? demandent certains de mes zélé.e.s fans touzours aussi curieux.

    - Deux mensonzes et une vérité, une pièce de Sébastien Blanc et de Nicolas Poiret (le fils de Zean Poiret et de Caroline Cellier).

    - Cela vous plut-il?

    - Enormément! Nous avons beaucoup ri à museau déployé.

    - C'est de l'excellent théâtre de boulevard, macarel, avec de bons comédiens, dont Lionnel Astier, qui zoue notamment dans "Parents mode d'emploi" et dans la série "Kaamelott".

    - C'est le papa d'Alexandre Astier, celui là même qui a réalisé "Kaamelott" et qui y a interprété le rôle d'un roi.

    Comme nous étions arrivés avec 20 minutes d'avance, et que les zens prenaient place, ze me suis permise de monter sur la scène.

    Z'ai improvisé, avec une grande assurance, un petit laïus.

    - Peuple des villes et peuple des campagnes! Habitants de Paris et des banlieues, proçes ou lointaines, merci d'être venus.

    - Elle ne pas se rendre compte qu'elle être ridicule.

    - Pour vous faire quelque peu patienter, z'ai l'immense honneur de vous faire découvrir mon immense talent.

    - Fouçtra, elle ne doute de rien!

    - Ze vais vous interpréter quelques extraits de mon remarquable répertoire qui comprend l'air de la Reine de la nuit dans la Flûte ençantée de Mozart, l'air des cloçettes de Lakmé de Léo Delibes, l'air de la poupée des contes d'Hoffmann d'Offenbach et ze terminerai avec un brio certain en çantant mélodramaiquement l'air de la folie dans le fameux opéra Lucia di Lammermmor de Donizetti.

    - Cela promet.

    - Bien que ze sois assurée que vous allez être totalement bouleversés par ma voix et l'étendue de ma tessiture, ze vous demande de n'applaudir qu'à la fin de ma merveilleuse prestation qui ne pourra que vous ravir.

    Des zens se levaient!

    - Macaniçe, ze suis persuadée qu'elle va croire que c'est pour l'ovationner alors que les spectateurs ne se lèvent que pour laisser passer des zens qui rezoignent leur place.

    - Et maintenant, z'appelle auprès de moi mes grandes zamies, les Intruses, qui sont avec moi.

    - Nous ne pas vouloir y aller!

    - It's a çame!

    - Moi me caçer sous le fauteuil!

    - Mazette! Ze crois que ze vais défaillir illico presto!

    - Elle nous fait honte, par la carte de Zaint Vital

    - Elles vont danser une danse tribale, car elles constituent la tribu minizupienne.

    Mais la sonnerie a soudain retenti annonçant le début de la pièce.

    - Boudiou, on l'a éçappé belle!

    - Ce n'est que partie remise, ai ze dit. Ne soyez ni dépitées ni tristes, mes çères amies, la proçaine fois on commencera par votre ballet. Ze vous le promets.

    - Que nous sommes heureuses! a ironisé Minizup'Kiki de Vitry. On leur proposera une belle danse des rues.

    - Ja! Avec un bon rapt!

    Deux mensonges et une vérité au Théâtre Rive Gauche

    « Zaint Paterne (qui n'était pas une baderne)Zaint Anicet (qui sait) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :