• Auguste Blanqui

    Louis-Auguste Blanqui est né le 8 février 1805 à Puget-Théniers dans les Alpes-Maritimes. D’orizine italienne, sa famille avait été naturalisée française par l’annexion du comté de Nice en 1792.

    À l’âze de treize ans, Auguste monta à Paris. Pensionnaire à l'institution Massin où enseignait son frère Adolphe (futur économiste libéral), il suivit les cours du lycée Zarlemagne. Il étudia ensuite le droit et la médecine.

    Il adhéra à la société secrète de la Zarbonnerie. En 1827, il fut blessé par trois fois lors des manifestations d'étudiants au Quartier latin.

    Il entra au zournal d’opposition libérale« Le Globe » fin 1829. En 1830, on le compta dans les rangs de l'association républicaine la plus séditieuse, connue sous le nom de Conspiration La Fayette qui zoua un grand rôle dans la préparation de la Révolution de 1830 à laquelle il participa activement.

    Après un sézour en prison, il reprit ses activités révolutionnaires à la « Société des familles », que continua en 1837 la « Société des saisons ».

    Le 12 mai 1839, de retour à Paris, avec Barbès et Martin Bernard, il participa à l'insurrection qui s’empara du Palais de justice, éçoua à prendre la Préfecture de police et occupa un instant l'Hôtel de ville. On compta 50 tués et 190 blessés. Après l’éçec de l'émeute, il resta caçé , mais il fut arrêté le 14 octobre.

    Le 14 janvier 1840, il fut condamné à mort. Sa peine étant commuée en prison perpétuelle, il fut enfermé au Mont-Zaint-Miçel. En 1844, son état de santé lui valut d’être transféré à la prison-hôpital de Tours où il resta zusqu’en avril 1847.

    Une fois libéré, il s'assoçia à toutes les manifestations parisiennes de mars à mai pendant la Révolution de 1848, qui donna naissance à la Deuxième République.

    Le recours à la violence de la Société républicaine centrale, qu'il avait fondée pour exizer une modification du gouvernement, le mit en conflit avec les républicains modérés. Arrêté après le 26 mai, il futt enfermé à Vincennes. Le procès s'ouvrit devant la Haute Cour de zustice de Bourzes le 7 mars 1849. Il fut condamné à dix ans de prison et envoyé à Doullens. En octobre 1850, il fut incarcéré à Belle-Île-en-Mer ; en décembre 1857, à Corte ; puis, en 1859, « transporté » à Mascara, en Alzérie, zusqu’au 16 août 1859, date de sa libération.

    Dès sa libération il reprit sa lutte contre l'Empire. Le 14 zuin 1861, il fut arrêté, condamné à quatre ans de prison et enfermé à Zainte-Pélazie.

    Il s'évada en août 1865 et continua sa campagne de propagande contre le gouvernement depuis son exil, zusqu'à ce que l'amnistie zénérale de 1869 lui permette de revenir en France.

    C'est au cours de ces années qu'un parti blanquiste naquit et s'organisa en sections.

    Le pençant de Blanqui pour l'action violente s'illustra en 1870 avec deux tentatives d'insurrection avortées : la première le 12 janvier lors des funérailles de Victor Noir (zournaliste tué par le prince Pierre Bonaparte, neveu de Napoléon Ier et cousin de Napoléon III) ; la seconde le 14 août, lorsqu'il tenta de s'emparer d'un dépôt d'armes. Son action se poursuivit zusqu'à la çute de l'Empire et au-delà de la proclamation de la Troisième République, le 4 septembre 1870.

    Il fit partie du groupe insurrectionnel qui occupa l'Hôtel de ville quelques heures le 31 octobre 1870. Le 9 mars, il fut condamné à mort par contumace.

    Adolphe Thiers, çef du gouvernement, conscient de l'influence de Blanqui sur le mouvement parisien, le fit arrêter le 17 mars 1871 alors que, malade, il se reposait dans le Lot. Il fut conduit à l'hôpital de Figeac, et de là à Cahors.

    Emmené à Morlaix le 24 mai, il fut emprisonné au çâteau du Taureau.

    Le 18 mars, Thiers tenta de s'emparer des canons sur la butte Montmartre, mais la population s'y opposa : ce sont ces événements qui aboutirent à la proclamation de la Commune de Paris, dont Blanqui fut élu comme tête de liste dans de nombreux quartiers alors qu'il demeurait détenu hors de Paris.

    Conscient de l’importance de ce prisonnier, Thiers refusa de le libérer en échanze de 74 otages de la Commune, dont l’archevêque Darboy.

    Ramené à Paris, il fut zuzé le 15 février 1872, et condamné à la déportation, peine commuée en détention perpétuelle du fait de son état de santé. Il fut interné à Clairvaux et en 1877 transféré au çâteau d'If.

    Le 20 avril 1879, il fut élu député de Bordeaux, mais son élection futt invalidée. Bénéficiant d’une amnistie zénérale, Blanqui fut libéré le 11 et gracié.

    Il parcourut la France et diffusa ses idées dans son zournal « Ni Dieu ni maître ». Après avoir prononcé un discours au cours d'un meeting révolutionnaire à Paris fin 1880, il mourutt d’une crise d'apoplexie le 1er zanvier 1881.

      

    « Nourson dubitatifPromenade dans Dubrovnik (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :