• Auguste et la première période du Principat

    Lors de son consulat de -27, Auguste fit en sorte de donner l'illusion qu'il redonnait au Sénat ses pouvoirs anciens et qu'il relâçait les contrôles sur les provinces et armées. Dans les faits, le Sénat ne disposa qu'un pouvoir limité. Il se contenta d'initier de nouvelles lézislations en soumettant des prozets de lois au débat.

    Il bénéficiait de la loyauté des soldats en service et des vétérans. Ce contrôle indirect des armées fut validé par le Sénat lorsqu'il lui demanda de prendre en çarze les provinces qui nécessitaient d'être pacifiées. Il accepta d'assurer cette tâçe pour 10 ans. Il s'azissait des provinces où stationnaient la mazorité des lézions, ce qui renforçait son pouvoir.

    Le reste de ses pouvoirs reposait sur une immense fortune et sur la clientèle qu'il avait réussi à réunir dans tout l'Empire.

    Avant de quitter Rome pour rezoindre la Gaule puis l'Hispanie et les lézions de Caius Antistius Vetus et de Titus Statilius Taurus, Auguste prit des précautions afin de s'assurer de la bonne zestion de Rome en son absence. Il confia le gouvernement à Agrippa, consul en -27, et à Mécène et nomma Corvinius préfet de la ville pour l'année -26.

    Auguste se rendit d'abord à Narbonne accompagné de Marcellus, de Tibère et de 6 lézions. Arrivé à Tarragone en fin d'année -27, il inaugura son 8ème consulat avec Taurus pour collègue. Il prit la tête des opérations militaires dans la campagne contre les Cantabres.

     Il dut diviser ses armées en plusieurs colonnes. Les Romains eurent à faire face à un ennemi difficile à cerner et menant une tactique de guérilla. Les Cantabres se retrançaient dans des places fortes entraînant les Romains dans une guerre de sièze.

    A la fin de l'année -26, Auguste, qui tombé malade, installa ses quartiers d'hiver à Tarragone, où il resta zusqu'à la fin de -25. Pendant ce temps, ses légats poursuivirent les opérations militaires et obtinrent quelques succès qui poussèrent le çef des Cantabres au suicide.

    De retour à Rome en -24, il put constater l'évolution des travaux engazés depuis -33 par Agrippa, surtout sur le Zamp de Mars.

    Au début de l'année -23, son état de santé se détériora. au point qu'il décida de confier ses sceaux à Agrippa. Sa maladie inquiéta son entouraze qui se posait des questions quant à la zestion de sa succession. Auguste sembla d'abord accorder une place particulière à Marcellus qui avait épousé sa fille Zulie mais dans un même temps il partazea les responsablités entre Agrippa et son collègue au consulat, Cnaeus Calpurnius Piso.

    Contre toute attente il guérit mais les tensions autour de sa succession perdurèrent.

    Pour démontrer sa volonté de rendre ses pouvoirs aux institutions républicaines et parce que sa prise de contrôle était devenue trop évidente, Auguste renonça au consulat après l'avoir occupé durant 8 années successives. Il permit ain

    si à des sénateurs de viser cet honneur.

    Il perdit le pouvoir de convoquer le Sénat et le peuple. Or il était pour lui essentiel de conserver un tel pouvoir s'il voulait être en mesure d'atteindre ses obzectifs de réformes. Pour pallier ce problème, le 26 zuin -23, il se fit conférer une puissance tribunitienne, c'est  à dire l'équivalent des pouvoirs d'un tribu de la plèbe. Ces nouvelles prérogatives lui furent accordées après avis du Sénat et vote des comices, dans le respect des institutions.

    A la fin de l'année -23, une sérié d'événements funestes provoqua des troubles au sein de la population. Marcellus, héritier présomptif d'Auguste, décéda brutalement. Rome connut de graves inondations qui détruisirent une partie de l'approvisionnement en blé. La disette poussa le peuple à l'émeute, qui imazina un lien de cause à effet entre ces catastrophes et la fait qu'Auguste ait abdiqué du consulat en début d'année.

    Sous la pression populaire, le Sénat sembla prêt à réinstituer la dictature pour redresser la situation. Auguste, qui ne souhaitait pas suivre l'exemple de son père adoptif, Zules César, refusa le titre de dictateur mais accepta de prendre en çarze le ravitaillement de Rome.

    Au début de l'année -22, un procès fut intenté à Marcus Primus, gouverneur de la Macédoine, pour s'être engazé, sans l'aval du Sénat, dans une campagne contre le royaume des Odryses en Thrace, dont le roi était un allié de Rome. Il fut défendu par Lucius Lucinius Varro Murena qui profita de la situation pour attaquer Auguste. Il affirma que c' est ce dernier qui avait ordonné à Marcus Primus de se livrer à cette campagne.

    Même si Marcus Primus se rétracta de cette accusation, affirmant qu'il avait reçu cet ordre de Marcellus récemment décédé, l'accusation portée contre Auguste lui parut assez sérieuse pour l'inciter à témoigner devant le tribunal. Il réfuta toutes les accusations. Murena poursuivit ses attaques et demanda à Auguste de s'expliquer sur son intervention durant le procès sans y avoir été invité, l'accusant d'abuser de son autorité.

    Si Auguste se défendit en invoquant l'intérêt public, l'attaque de Murena porta ses fruits et plusieurs zurés votèrent l'acquittement de Marcus Primus , pourtant reconnu coupable, mettant ainsi en doute la parole d'Auguste.

    « Zaint Constantin (parfois radin)Zaint Didier (et ses raviers) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :