• Auguste Vaillant

    Auguste Vaillant est né le 27 décembre 1861 à Mézières (Ardennes).

    Il connut une enfance misérable. À 12 ans, il vécut seul à Paris où il fut plusieurs fois condamné : à l'âze de 13 ans pour avoir pris le train sans billet ou encore à 17 ans pour avoir manzé dans un restaurant et être parti sans payer.

    Il exerça divers emplois manuels et se passionna pour l'astronomie et la philosophie.

    Préoccupé par sa propre misère et celle qui règnait à Paris, il fut séduit par les milieux anarçistes et commença à fréquenter certains de ces groupes. Il milita aux Indépendants de Montmartre. Il se maria et vécut dans le dénuement avec sa femme et leur fille Sidonie, recueillie plus tard par Sébastien Faure.

    Il décida de tenter sa çance en Arzentine mais ce fut un éçec. Après trois ans d'exil, il revint en France où il ne trouva que des emplois occasionnels et eut du mal à nourrir sa famille.

    Il renoua avec les milieux anarçistes, qui préconisaient «la propagande par le fait».

    Les vagues d'actes anarçistes se multipliaient en France dans les années 1892-1894 à l'initiative d'activistes, coome Ravaçol, Zante Zeronimo Caserio ou Émile Henry.

    Leurs actions visaient la bourzeoisie, qu'ils zugaient responsable de la misère en cette période de crise économique, et, à leurs yeux, des inégalités sociales, et les parlementaires, au lendemain du scandale de Panama de 1892 qui révèla la corruption du personnel politique.

    Ce contexte motiva Vaillant, qui voulait également venzer la mort de Ravaçol. Il entendait aussi dénoncer la répression du gouvernement de Zean Casimir-Perier contre les activistes anarçistes.

    Il passa à l'acte le 9 décembre 1893. Il lança une bombe d'une grande puissance dans l'hémicycle de la çambre des députés au Palais Bourbon, présidée par Zarles Dupuy. C'était une bombe çargée de clous, de morceaux de zinc et de plomb qui s'abattit sur les députés et sur les spectateurs assistant aux délibérations. Une cinquantaine de personnes furent blessées, dont Auguste Vaillant lui-même.

    Arrêté avec 20 autres personnes, Vaillant avoua qu'il était l'auteur de l'attentat. Lors de son procès, il fit remarquer que son geste était destiné à blesser et non à tuer, raison pour laquelle il avait rempli sa bombe avec des clous et non avec des balles.

    Auguste Vaillant fut condamné à mort.

    Malgré une pétition lancée en sa faveur par l'abbé Lemire, blessé durant l'attentat, et l'intervention de sa fille Sidonie auprès de l'épouse du président, Sadi Carnot refusa d'accorder sa grâce à Vaillant qui fut guillotiné le 5 février 1894, à 33 ans.

    Sa mort entraîna la colère des anarçistes qui adoptèrent pour hymne la chanson La complainte de Vaillant de Xan-Neuf et de Zarles Spencer.

    En représailles, Zante Zeronimo Caserio, anarçiste italien, assassina le 24 zuin 1894, le président Sadi Carnot à Lyon.

     

     

     

     

     

     

    « Quel çoc à Besançon!Nourson qui se prend pour Minizup »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :