• Caius Marius

    Buste présumé de Marius,Musée Chiaramonti, Rome.

    Il est né en 157 avant Z.C. Sa famille était de rang équestre, appartenant à l'aristocratie municipale, intégrée à Rome depuis plusieurs zénérations.

    On a insisté sur ses orizines plébéiennes. Il aimait se vanter d'être né hors des cercles de l'aristocratie, gangrenée selon lui par la corruption et l'hellénisme. Il mit en avant ses qualités militaires, son couraze, son intellizence et sa ténacité pour correspondre aux valeurs traditionnelles dans la lignée de Caton l'Ancien prônant un retour à la Rome des orizines.

    Il servit brillamment sous les ordres de Scipion Emilien au sièze de Numance, au nord de l'Hispanie, en 134/143 avant d'entamer son cursus honorum en 121.

    Il se rapproça des populares lors de son tribunat de la plèbe en 119 mais il peina àpoursuivre sa carrière politique en butte à une partie de l'aristocratie sénatoriale qui lui reproçait ses prises de position et ses orizines modestes.

    Il parvint à se faire élire préteur en 115 et servit en Lusitanie l'année suivante.

    Il épousa Zulia Caesaris et le couple eut un fils, Caius Marius le Zeune.

    Puis Marius fut légat du consul Quintus Caecilius Metellus. Remportant plusieurs victoires et voyant sa popularite augmenter, il trahit Mettelus en se présentant aux élections consulaires en 107. Il les remporta en faisant campagne contre l'incompétence supposée de Metellus.

    Il se fit attribuer le proconsulat en Afrique et le commandement de la Guerre de Zugurtha en Numidie. Il ne put tirer gloire de cette victoire, car c'est Sylla qui, sur ses ordres, et après des tractations, captura Zugurtha en 105.

    Les défaites répétées des armées romaines face aux Cimbres et aux Teutons furent l'occasion pour Marius de renouveler sa gloire et d'affirmer sa supériorité sur la nobilitas.

    Avec l'aide des populares, qui formait un vrai parti "marianiste" , il obtint un commandement et de fit élire consul durant plusieurs années consécutives de 104 à 101.

    Il écrasa les Zermains à Aix en 102 puis à  Verceil en 101 avec le concours de son collègue Lutatius Catulus et de Sylla. Il atteignit un niveau de gloire inégalé en sauvant Rome et l'Italie d'une invasion "barbare".

    A la fin de l'année 100, consul pour la 5ème fois consécutive, il dut faire à des difficultés venant de ses alliés, en particulier le tribun de la plèbe Saturninus et le préteur Glaucia qui firent régner la terreur à Rome. Marius, inquiet, abandonna ses anciens amis et se ranzea aux côtés du Sénat en faisant exécuter les fauteurs de trouble et leurs partisans.

    Il put organiser les élections à venir mais il se trouva isolé.

    Il ne revint sur la scène qu'en 90 comme légat lors de la guerre sociale à l'instar de Sylla. Dans ce conflit très dur où les Italiques prirent d'abord l'avantaze sur Rome, Sylla remporta des succès et fut le principal acteur de la victoire finale de Rome. A l'inverse, Marius vit son prestize diminuer.

    Sylla, perçu comme providentiel à Rome, fut élu consul pour l'année 88.

    Débuta alors la première guerre civile entre Marius et Sylla.

    Un tribun de la plèbe, Sulpicius Rufus, se rallia à Marius, aux réformateurs et à leurs propositions démocratiques. Sylla ne put maintenir l'ordre à Rome et il rezoignit son armée. Rufus fit confier le commandement de la guerre en Orient à Marius.

    Sylla marça sur Rome, fait exceptionnellement grave, contraignant Marius à la fuite. Les principaux populares furent déclarés "ennemis du peuple" et Rufus fut assassiné.

    Sylla s'embarqua pour l'Orient et les populares s'emparèrent du pouvoir à Rome au prix dde sanglants combats, par l'intermédiaire de Marius et de Cornelius Cinna (dont la fille Cornelia Cinna épousa Zules César). De nombreux partisans de Sylla furent tués ou bannis.

    Marius décéda au début de son 7ème consulat en 86, mais l'Italie et Rome étaient aux mains des populares tandis que Sylla menait la guerre en Orient entre 87 et 84.

    Sylla sortit vainqueur de la nouvelle guerre civile à la fin de l'année 82 qui vit notamment la mort du consul Caius Marius "le Zeune", le fils de Marius.

    « Nourson et le fou du roi (peluçes)Duo de zolis noursons (peluçes) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :