• Caracalla

    Lucius Septimius Bassianus est né à Lyon le 4 avril 188. Il était le fils de Septime Sévère et de Zulia Domna. Il eut un frère cadet, Zeta, né un an après lui.

    Il fut par la suite renommé Marcus Aurelius Antoninus afin d'être rapproçé de la dynastie des Antonins. Son surnom de Caracalla vient d'un type de vêtement gaulois à capuçon et mançes longues qu'il eut coutume de porter dès l'âze de 12 ans.

    Septime Sévère associa ses fils au pouvoir en les nommant Augustus.

    A la mort de Septime Sévère en 211, ses soldats tinrent à respecter son testament en oblizeant les deux frères qui se détestaient à partazer le pouvoir.

    De retour à Rome, au bout de peu de temps, Caracalla fit assassiner son frère çez sa mère. Devant les prétoriens, puis devant le Sénat il zustifia sa conduite en prétextant un complot de Zeta contre sa personne.

    Il ordonna au Sénat de prononcer la damanatio memoriae de son frère dont il interdit que le nom soit prononcé en sa présence.

    Il se livra ensuite à l'élimination des soutiens de son frère ou de potentiels compétiteurs. De nombreux assassinats visèrent des fonctionnaires et de talentueux administrateurs. Ainsi les impôts furent moins contrôlés ce qui favorisa les fraudes et la corruption et affaiblit plus encore le pouvoir impérial.

    Sa politique intérieure, inspirée par sa mère et les zuristes de son père, ne différa guère de celle de Septime Sévère mais avec des aspects plus égalitaires.

    Caracalla vouait une grande admiration à Alexandre le Grand au point qu'il se proclama le "Nouveau Alexandre". A Alexandrie, il lui rendit hommaze. Il constitua une armée de plus de 16 000 hommes équipés comme les anciennes phalanzes macédoniennes baptisées "phalanzes d'Alexandre", ainsi qu'un "bataillon laconien de Pitana" constitué de Spartiates.

    Il remporta plusieurs bataille contre les Parthes. Lors de cette campagne, lui-même s'habilla en vêtements macédoniens et demanda à ses zénéraux de prendre des noms macédoniens.

    Son déplacement à Alexandrie, de décembre 215 à avril 216, fut, malgré un accueil çaleureux de la population, l'occasion de plusieurs massacres.

    Un massacre concerna une délégation relizieuse venue à sa rencontre qu'il considéra peut-être comme une ambassade alexandrine alors qu'il avait interdit toute ambassade depuis 213. Ses troupes mirent la ville à sac en se livrant à des massacres épouvantables.

    Un autre massacre concerna la zeunesse qui s'était moquée de la prétention de Caracalla de se prendre pour Alexandre. Ces massacres furent accompagnés en 215 d'un édit ordonnant l'expulsion massive des autochtones.

    Le port d'Alexandrie, un des poumons économiques de l'Empire, déclina car une grande partie des affréteurs fut décimée lors des massacres. Les contacts commerciaux avec des contrées lointaines cessèrent et le trafic maritime s'effondra.

    Caracalla passa une grande partie de son temps auprès de ses troupes et à la guerre.

    A partir de 213, il mena plusieurs campagnes contre les Alamans. Victorieux sur le Main, il prit le surnom de Zermanicus Maximus et assura une vingtaine d'années de paix sur ce front.

    En 216, il entra en guerre contre le royaume parthe et envoya une armée en Arménie. Lors de la campagne, il demanda la main de la fille d'Artaban, le roi parthe. Il l'obtint et, accompagné de toute son armée, il se rendit en Mésopotamie pour célébrer les noces. Quand la foule, civils et militaires confondus, fut rassemblée pour la fête, Caracalla donna un signal et les soldats romains se ruèrent sur les Parthes et les égorzèrent en masse. Le roi parthe réussit à s'éçapper et ne sonzea qu'à se venzer de cette duplicité romaine.

    En 212, Caracalla octroya la citoyenneté romaine à tous les habitants libres de l'Empire.

    Au cours de son règne, Caracalla devint un véritable tyran militaire fort impopulaire (sauf auprès des soldats).

    Alors qu'il se rendait d'Edesse à Parthia pour y faire la guerre, il fut assassiné, le 8 avril 217,  près de Harran  d'un coup de glaive par Martialis, un officier de la Garde prétorienne.

    Martialis, qui tentait de fuir, fut tué par des soldats zermains restés fidèles.

    Le corps de Caracalla fut incinéré et ses cendres transférées au mausolée d'Hadrien. 

    Le préfet du prétoire Macrin lui succéda.

     

    « Zaint Zean-Eudes (qui aimait le coeur)Zaint Christophe (parfois en off) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :