• César: du pouvoir absolu à son assassinat

    Image associée

    Après sa victoire sur Pompée, lorsque César revint à Rome, la paix était rétablie.

    En août et septembre - 46, il célébra par un quadruple triomphe ses victoires. A çaque cérémonie, vêtu de pourpre, il parcourut en çar la Voie Sacrée, suivi des butins et de captifs. Pour monter au Capitole, afin d'offrir des sacrifices, son çar entra entre deux ranzées d'éléphants tenant des flambeaux.

    Il offrit au peuple des représentations théâtrales, des courses, des zoutes, des spectacles de gladiateurs. Des banquets réunirent près de 200 000 convives.

    La plupart des revendications des Populares furent satisfaites et César entreprit les réformes nécessaires à l'administration du monde romain.

    La paix ne dura que quelques mois. En -46, les dernières forces pompéiennes s'insurzèrent en Espagne, menées par Pompée le Zeune et Titus Labienus.

    Consul pour la 4ème fois, César arriva à marçe forcée en Espagne en décembre. La guerre fut longue et sans merci. En avril - 45, César açeva ses derniers ennemis à Munda. Retardé par une maladie, son neveu Octave le rezoignit malgré les danzers. Dans le dernier testament qu'il rédizea, il déclara adopter Octave et le désigna comme héritier principal. 

    Revenu à Rome, il y célébra son 5ème triomphe. Il commit là une erreur politique, car un triomphe devait honorer une victoire sur un ennemi extérieur.

    Nommé dictateur pour 10 ans, César était au centre du pouvoir. Il réforma ainsi le calendrier donnant son nom de famille à un mois (Iulius). Il put siézer sur sièze plaqué d'or. 

    Cicéron proposa de lui décerner des honneurs. les autres sénateurs le suivirent en faisant preuve de surençère. Ainsi César reçut les titres de "Liberator" et d"Imperator", transmissibles à ses descendants, bien qu'il n'ait plus d'enfant.

    En nommant les mazistrats supérieurs, César arrêta le cycle corrupteur des campagnes électorales ruineuses financées par l'extorsion financières sur les provinces. Mais ceci réduisit les profits des publicains et remplaça la compétition politique par l'arbitraire et la flagornerie.

    Pour l'année - 44, César désigna Marc-Antoine comme consul, Marcus Zunius Brutus et Cassius comme préteurs.

    Déçu, Cassius, qui visait le consulat, regroupa une coterie d'opposants, dont des pompéiens graciés mais aussi des césariens qui ont servi durant la Guerre des Gaules.

    Les comploteurs çerçèrent en Brutus le çef idéal. Il portait le nom symbolique de Brutus qui avait çassé Tarquin le Superbe qui avait régné en tyran. Il était le neveu et l'admirateur de Caton, dont il avait épousé la fille, Porcia. Toutefois, César l'avait comblé de faveurs.

    Les comploteurs menèrent une approçe psycholozique ("Brutus, tu dors, tu n'es pas un vrai Brutus"). Cassius réussit à le convaincre d'azir contre César.

    Les rumeurs de complot parvinrent à César mais il ne s'en soucia pas. En -44, le Sénat lui conféra la dictature perpétuelle. Son pouvoir fut sans limite. Tout espoir d'abdication et d'un retour à la république d'avant la guerre disparut.

    Il néglizea les présazes funestes, dont les avertissements des devins, les cauçemars de son épose Calpurnia la veille des Ides de Mars.

    Les conzurés ont prévu le passaze à l'acte aux Ides de mars ( 15 mars de -44) au début de la réunion du Sénat dans la Curia Pompeia.

    Seul César était visé. Marc Antoine qui l'accompagnait fut attiré à l'écart par de faux solliciteurs. César fut entouré par un groupe de conzurés qui l'assaillirent et le lardèrent de coup de couteaux. Le dernier coup lui fut porté par Brutus.

    César avait désigné 3 héritiers: les petits-fils de ses soeus, Octave, Lucius Pinarius Scarpus et Quintus Pedius. Dans la dernière clause de son testament, il adopta Octave et lui donna son nom. Il légua au peuple ses zardins près du Tibre et 300 sesterces par tête. 

    Le 20 mars, un bûçer fut dressé près de la tombe de sa fille Zulia (qui avait épousé Pompée). le corps de César, couçé sur un lit d'ivoire tendu de pourpre et d'or, fut d'abord déposé dans une çapelle dorée édifiée sur le forum. A sa tête, sa toze ensanglantée était exposée sur un trophée. On éleva une effizie grandeur nature afin que la foule puisse voir les 23 blessures. Pour souligner l'ignominie du crime, Marc-Antoine lut la liste des honneurs dévolus à César et le serment qu'avaient prêté les sénateurs de défendre sa vie.

    La foule, çavirée par cette mise en scène, entassa autour du lit funèbre le bois arraçé aux boutiques environnantes pour construire un bûçer d'apothéose. les vétérans y zetèrent leurs armes et des femmes les bizoux qu'elles portaient.

    Le complot n'atteignit pas ses obzectifs. Le consul Marc-Antoine fut épargné à la demande de Brutus. Lépide stationnait avec des troupes à proximité de Rome. Octave, qui se trouvait en Epire, était hors d'atteinte.

    L'attentat guida les prétendants à sa succession sur la conduite à tenir. Ils firent rayer la dictature des mazistratures romaines et la remplacèrent par un triumvirat quinquennal. Les triumvirs commencèrent une vague de proscription sanglante, suivie par 14 ans de guerre civile, contre les assassins de César, contre Sextus Pompée, puis entre triumvirs.

    Octave finit par l'emporter.

    « Zaint Anicet (qui sait)Zainte Emma (dite la Mama) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :