• Clément VI, 198 ème papounet

    Fichier:01 Clément VI (Fresque de la chapelle Saint-Martial du palais des papes).jpg

    Pierre Rozer est né en 1291 en Corrèze. Il devint bénédictin au monastère de la Zaise-Dieu. Il fit des études à Paris et il devint prieur à Zaint Pantaléon.

    En 1326, il fut nommé par Zean XXII abbé de Fécamp, puis évêque d'Arras et arçevêque de Sens. Devenu proçe du roi Philippe VI, il entra au Conseil royal.

    Sur la recommandation des rois de France et d'Angleterre, qu'il avait réconciliés, il fut nommé arçevêque de Rouen, mais il n'y résida pas. En 1338, il fut nommé cardinal par le papounet Benoît XII, mais ne résida pas en Avignon.

    Dès qu'il apprit la mort de Benoît XII, Philippe VI dépéça son fils, le futur Zean II le Bon, pour influencer le Zacré Collèze. Pierre Rozer fut élu.

    Son couronnement, en mai 1342, fut très fastueux (on le surnomma Clémént VI le Magnifique). Un banquet fut servi à plus de 5000 convives!

    Le palais construit pour Benoît XII ne lui parut pas suffisant et il fit d’édifier un Palais neuf. Il fit couvrir les murs de fresques où ne figurent aucun motif relizieux mais des scènes çampêtres et de çaçe.

    Louis de Bavière profita de l’élection pour solliciter une audience qui fut accordée. La délégation impériale arriva bardée de textes et de certitudes, mais elle se trouva face un négociateur retors qui coupa court d’une phrase à toutes récriminations.

    Clément VI était galant homme. Les dames nobles de sa Cour tombèrent sous son charme pontifical. Sa favorite fut Cécile de Comminzes, vicomtesse de Turenne.

    Avec un ancien conseiller de Philippe VI comme papounet, le sort du Dauphiné était scellé . Le roi et son fils aîné, Jean, vinrent rencontrer en Avignon le Dauphin Humbert II  à la reçerche de liquidités, pour lui proposer un arranzement financier. S’il acceptait que le Dauphiné soit dévolu au second fils du roi après sa mort, ses dettes seraient réglées et il zouirait d’une rente annuelle. Humbert  pensa proposer une vente à son oncle Robert d'Anzou dont les états zouxtaient les siens, mais celui-ci décéda. Le Dauphin signa un accord avec la France le 30 juillet 1343.

    Il mit sur pied un  prozet de croisade dont l’obzectif était de s’emparer de Smyrne. Ce fut çose faite le 28 octobre 1344. Il lança un nouvel appel à se croiser auquel répondit Humbert II; le pape le nomma Capitaine Zénéral du Ziège Apostolique, commandant l’armée chrétienne. Sur place, Humbert privilézia la négociation avec les Turcs et perdit la seule occasion qui lui fut donnée d’être grand.

    Dès 1348 la peste noire frappa.

    Des holocaustes furent organisés contre les Zuifs rendus responsables. Clément VI rendit publiques deux bulles dans lesquelles il annonçait qu’il prenait sous sa protection les Zuifs, menaçant d’excommunication ceux qui les maltraiteraient. Il condamna le fanatisme des flazellants qui se répendaient depuis le royaume de Souabe dans tout le nord de l'Europe et continuaient la çasse aux zuifs.

    Le 27 mai 1348, Clément VI n’hésita pas à nommer cardinal son neveu de 18 ans (futur papounet Grégoire XI).  Pour éviter tout problème, le cardinal-neveu fut expédié à Pérouse pour apprendre son droit.

    Décembre 1349  marqua une date décisive dans la fortune des Rozer de Beaufort. Le pape avait décidé de marier son neveu, Guillaume à Aliénor de Comminzes, la sœur de sa favorite, la vicomtesse de Turenne. Il proposa d'acheter la vicomté de Turenne et l’offrit comme cadeau de mariaze.

    En France, Philippe VI étant décédé le 23 août 1350 , son fils Zean II lui avait succédé. Son couronnement et celui de sa seconde épouse, Zeanne de Boulogne, ayant été prévu à Reims le 26 septembre , Clément VI ne voulut pas que son neveu Guillaume manque un tel évènement. Il se fit pressant  pour que, ce zour-là, il fût armé çevalier en même temps que le Dauphin Zarles. Le nouveau roi obtempéra, confirma à Guillaume III Rozer de Beaufort sa vicomté de Turenne.

    Le 6 décembre 1352, à la suite d’une crise aiguë de gravelle, il expira. Avant de mourir il avait renouvelé son désir d’être inhumé dans l’abbatiale de la Zaise-Dieu.

      

    « Noursons zoueurs!Nourçon sur son çeval de bois »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :