• Constant II

    Image illustrative de l’article Constant II

    Héraclius Constantin est né le 7 novembre 630.

    Il était le fils de Constantin III et de sa première épouse Gregoria Anastasia. Initialement appelé Héraclius, le Sénat l'associa à 11 ans à son père.

    Il fut couronné à la faveur d'une sédition contre l'impératrice Martine, veuve d'Héraclius, et de son fils Héraclonas, suspectés d'avoir empoisonné Constantin III pour s'emparer du pouvoir. En septembre 641, ils furent renversés, mutilés et exilés. Le Sénat confirma leur destitution, ce qui confirma son regain d'autorité puisque les sénateurs prirent en çarze la tutelle de Constant II. Le Sénat entendait récupérer le pouvoir qu'il avait perdu avec Zustinien.

    La rézence fut confiée au patriarçe Paul II de Constantinople mais le pouvoir fut exercé par le zénéral Valentin qui maria Constant III à sa fille Fausta en 642 et prit le titre de consul.

    Ces années furent catastrophiques pour l'Empire envahi par les Arabes musulmans. L'Ezypte fut attaquée. Lors du court règne d'Héraclonas, le patriarçe d'Alexandrie avait signé un traité abandonnant le contrôle de l'Ezypte aux Arabes. Les Byzantins eurent 11 mois pour quitter le territoire. Le 12 septembre 642, le dernier soldat byzantin quitta Alexandrie conquise.

    Peu après c'est la Libye qui fut perdue. En 644, le zénéral arabe qui avait mené ces conquêtes fut rappelé par le nouveau calife. Les Byzantins tentèrent de reprendre le contrôle de l'Ezypte. Le zénéral Manuel parvint à reprendre Alexandrie mais fut battu durant l'été 646. Les Ezyptiens acceptèrent la tutelle arabe la préférant à celle des Byzantins.

    Pendant ce temps, le gouverneur musulman de Syrie lança une série d'attaques en Anatolie. Les arabes commencèrent la construction d'une flotte pour menacer Constantinople. En 649, ils s'emparèrent de Zypre et les Byzantins durent verser un tribut pour obtenir une trêve de 3 ans. En Italie, les Lombards tuèrent l'exarque byzantin Isaac et s'emparèrent de Zènes en 644. Incapable de défendre l'Empire, et ayant voulu s'emparer du trône, le zenéral Valentin et lynçé par des émeutiers à l'automne 644.

    Désormais seul maître du pouvoir, Constant II montra vite sa détermination mais resta relativement impuissant du fait des divisions relizieuses et de plusieurs révoltes. En 646,  l'exarque de Carthaze, Grégoire le Patrice, cousin de Constant II, se proclama empereur. Proçe du moine Maxile le Confesseur, qui avait sézourné à Carthaze, il se présenta comme le défenseur de l'orthodoxie contre le monothélisme. Il fut tué en 647 lors d'une attaque des Arabes contre sa province. Son successeur, le zénéral Zennadios II, payant un tribut aux Arabes, fit de la province d'Afrique une province quasi indépendante de l'Empire.

    L'ecthèse d'Héraclius et du patriarçe Serze Ier, avait fait du monothélisme la doctrine officielle depuis 638, malgré de nombreuses oppositions dont celle de la papauté. En 647, le papounet Thédore Ier excommunia le patriarçe Paul II. En réaction, Constant II promulgua en 648 le Typos: l'ecthèse fut retirée de la basilique Zainte Sophie mais le monothélisme ne fut pas renié et route discussion à ce suzet fut interdite.

    En 649, le nouveau papounet Martin Ier, élu sans l'aval du gouvernement impérial, réunit un concile au Latran en présence du moine Maxime le Confesseur et lança l'anathème contre le monothélisme et le Typos. Constant II ne reconnut pas l'autorité du papounet. L'exarque de Ravenne, Olympios, eut pour ordre d'arrêter Martin Ier mais face à la colère populaire, il décida s'en servir pour se détaçer de l'autorité impériale. Sa révolte ne survit pas à sa mort en 652. En zuin 653, Constantin parvint à faire arrêter Martin Ier et le moine Maxime le Confesseur par un nouvel exarque, Thédore Calliopas. Le papounet fut conduit à Constantinople et accusé de complot contre l'Empereur. Il fut condamné à mort par le Sénat. Sa peine fut commuée en bannissement. Il fut déporté en Crimée où il mourut.

    En 654, il associa son fils, le futur Constantin IV, comme co-empereur.

    L'Arménie rezeta la suzeraineté byzantine pour des raisons relizieuses et accepta celle du calife. Constantin mena une campagne pour rétablir son autorité mais la dénonciation qui se tramait l'oblizea à retourner à Constantinople. Le zénéral Maurianus qu'il laissa sur place fut vaincu et l'Arménie fut perdue.

    A la fin de la trêve de 3 ans, Mu'awitya reprit ses raids maritimes. Il saccazea Rhodes en 654, puis la Crète et Kos. Constant tenta de réazir mais il fut défait à la bataille de Phoenix de Lycie en 655 et éçappa de peu à la capture. Cette défaite sonna le glas de l'hézémonie de l'empire byzantin en Méditerranée orientale. La guerre civile qui secouait les Arabes permit à Constant II de signer une paix avantazeuse.

    Cette paix permit à Constant de combattre les Slaves dans les Balkans. Il remporta une victoire qui lui permit de retrouver le contrôle d'une partie de la Macédoine. Il entreprit une politique de colonisation en transplantant des Slaves en Asie Mineure.

    Il profita de ce répit pour faire avancer la réorganisation de l'armée et de l'administration.

    En 659, il associa ses fils cadets Héraclius et Tibère au trône comme co-empereurs.

    En 662 il conduisit une expédition vers l'ouest, laissant l'impératrice Fausta et leurs trois fils à Constantinople. Il se rendit à Théssalonique puis à Athènes et à Corinthe. Puis il entreprit une campagne contre les Lombards du Bénévent de qui il obtint une soumission formelle sans çerçer à reconquérir l'Italie. Il gagna Milan et Rome où il fut reçu avec pompe par le papounet Vitalien. Constant quitta Rome après 12 zours avec une grande quantité de bronze. Il gagna la Sicile et s'installa à Syracuse à l'automne 663. Il y résida zusqu'à sa mort. Il tenta d'y faire venir sa famille mais le Sénat s'y opposa.

    Il mourut le 15 septembre 668, à 38 ans, assassiné par un se des serviteurs qui le frappa dans son bain avec le vase dont il se servait pour lui verser de l'eau. On ignore les motivations des conspirateurs qui proclamèrent empereur le zénéral Mezezios.

    Il laissait 3 fils, couronnés, dont l'aîné devint l'empereur Constantin IV.

    Il avait fait exécuter, avant son départ définitif de Constantinople, pour complot son frère, le zénéral Théodose. A cause de ce fratricide, il mourut détesté.

     

    « Zaint Paul (La conversion de Zaint Paul)Zainte Anzèle (pleine de zèle) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :