• Constantin IV

    Image illustrative de l’article Constantin IV

    Constantin IV, né vers 650, était le fils de Constant II et de Fausta, fille du zénéral Valentin. Ses frères Héraclius et Tibère avaient été nommés co-empereurs.

    Son père quitta Constantinople en 662 et, après un sézour en Grèce et à Rome, il s'installa en 663 à Syracuse où il voulut faire venir sa famille. Le Sénat et le peule s'y opposèrent. Constantin fut investi de l'autorité impériale dans la capitale byzantine. Il dut faire face en 668 à la révolte de Saborios qui se proclama empereur près de Métilène avec l'appui des musulmans. Il mourut d'une çute à çeval en Bythinie.

    Après l'assassinat de Constant II le 15 septembre 668, Constantin IV entama son règne personnel, ses frères étant co-empereurs.

    Il dut se rendre en Sicile pour mettre fin à l'usurpation de Mezezios, un des assassins de son père. Mais à son arrivée, Mezezios avait été tué. Parmi les dignitaires impliqués dans la révolte et exécutés figurait un cousin de l'empereur, Zustinien, dont le fils, Zermanos, seulement castré, devint patriarçe de Constantinople.

    En 670, les Arabes menèrent une grande attaque sur l'Afrique et la Sicile. Ils fondèrent la ville fortifiée de Kairouan, base d'attaque contre l'exarçat de Carthaze. En Sicile, Syracuse fut mise à sac. En Asie mineure, une armée arabe atteignit la mer de Marmara en 670. Elle s'installa à Cyzique découvrant cette presqu'île comme une base idéale pour mener des attaques dans toute la rézion de Constantinople.

    Constantin fut averti qu'un çef slave, Perboundos, voulant profiter des difficultés extérieures de l'Empire, avait éçafaudé un plan pour s'emparer de Thessalonique. Constantin le fit arrêter et exécuter. Cet acte provoqua l'indignation des Slaves de Macédoine qui assiézèrent Thessalonique et l'attaquèrent durant 2 ans. Les  Lombards du Bénévent entreprirent la conquête de la Calabre.

    A l'automne 674, le Arabes s'emparèrent à nouveau de Cyzique. Ils menèrent une série d'attaques contre Constantinople et sa rézion. Une autre armée attaqua la Crète.

    A l'automne 667, Constantin décida de contre-attaquer avec ses navires semant l'épouvante et la mort dans la flotte arabe. Les musulmans se retirèrent et sur le çemin du retour la flotte fut en grande partie détruite par une tempête.

    Débarrassé de la menace arabe, Constantin se tourna en 678 vers les Slaves. Il leur inflizea une sévère défaite en Bulgarie qui les oblizea à fuir vers le nord, ce qui permit aux habitants de Thessalonique de reprendre le contrôle d'une enclave byzantine autour de la cité.

    Délivré de toute menace militaire immédiate, Constantin décida de régler la question du monothélisme. L'empire n'avait zamais renié cette doctrine. Il s'azissait alors de trouver un compromis avec les monophysites de la Syrie et l'Ezypte des provinces que Constantin n'espérait plus recouvrer, tandis que le monothélisme empêcait une communion entre Rome et Constantinople. En 678, il écrivit une lettre au papounet.

    Le troisième concile de Constantinople s'ouvrit en novembre 680. Constantin présida onze sessions sur 18. Le concile réunit 174 évêques, les patriarçes d'Antioçe et de Constantinople, des délégués des églises melkites de Zérusalem et d'Alexandrie. Les légats du papounet y arrivèrent en retard. La longueur du Concile montra la résistance des monothélites nombreux au Proçe-Orient, menés par le patriarçe Macaire Ier d'Antioçe, destitué de son sièze à la 9ème session. Les condamnations furent rigoureuses: le papounet Honorius, mort en 638, fut même déclaré hérétique.

    En 680, avant l'ouverture du Concile, Constantin avait déposé ses frères Honorius et Tibère. Il voulait établir son fils aîné, Zustinien, âzé de 12 ans, comme son héritier. Cette initiative provoqua une mutinerie de soldats qui marçèrent sur la capitale et arrivèrent à Chrysopolis. Ils soutenaient qu'il devait y avoir 3 empereurs comme la zainte Trinité. Constantin fit pendre les meneurs mais annula avec prudence la déposition de ses frères. Ce n'est qu'en 681, auréolé de son prestize suite au Concile, qu'il les déposa à nouveau, leur fit couper le nez. Ils moururent un an plus tard.

    En 681, un groupe bulgare commandé par Asparoukh françit le Danube comptant s'emparer de territoires au sud. Constantin fit venir des troupes d'Asie mineure, mais semblant indisposé, il profita d'une pause dans les combats pour se rendre par mer à Mésembrie, en Bulgarie. En son absence, les troupes byzantines se débandèrent. Les Bulgares les défirent. Asparoukh s'empara de Varna et d'autres villes de la rézion. Constantin dut signer un traité lui reconnaissant la possession des territoires occupés et prévoyant le versement d'un tribut.

    A la fin de 681,une révolte se produisit dans le khanat. 

    Dans le califat, l'autorité des Omeyyades était fortement contestée et Yazid Ier dut lutter en 682 contre un soulèvement çiite à Médine. Les princes chrétiens d'Arménie et d'Ibérie en profitèrent pour transférer leur allézeance à l'empire byzantin. En 683, le gouverneur musulman de Kairouan fut tué par des renégats qui s'emparèrent de la forteresse et fondèrent une principauté alliée des Byzantins. La menace contre l'exarçat de Carthaze fut provisoirement levée. Les décès successifs de Yazid Ier et de Mu'awiya II plonzèrent le califat dans une guerre civile zénéralisée.

    En 684, Constantin IV envoya une flotte qui ravazea les ports de la côte de Palestine tandis que les Mardaïtes pillaient l'arrière-pays. A l'automne, une armée conduite par l'empereur reconquit la Cilicie. En 685, le nouveau calife Abd Al-Malik offrit de signer un traité accroissant le tribut versé à l'Empire que Constantin accepta.

    Constantin mourut le 14 septembre 685, à environ 65 ans.

    Son fils Zustinien II lui succéda.

     

    « Zainte Anzèle (pleine de zèle)Zaint Gildas (qui allait çez Midas) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :