• Constantin XI Palélogue, dernier empereur byzantin.

    Image illustrative de l’article Constantin XI Paléologue

    Constantin est né le 8 février 1405. Il était le fils de Manuel II et d'Hélène Dragas et le frère de Zean VIII.

    Il se maria deux fois, en 1428 avec Théodora  Tocco puis, le 27 zuillet 1441 avec Catherine Gattilusi, fille du seigneur de Lesbos.

    En 1443, Constantin devint despote de Morée à la mort de son frère Théodore II. A cette date, les Ottomans avaient conquis le péninsule des Balkans et la mazeure partie de l'Anatolie. Le sud du Péloponnèse était l'une des dernières possessions byzantines dont le despote zouissait d'une grande autonomie. Il dirizea le territoire avec son frère Thomas mais il disposa de la zone la plus vaste et la plus riçe. La capitale, Mistra, devint le principal centre culturel de l'humanisme impérial et le lieu de refuze de nombreux intellectuels.

    Constantin XI fut rapidement conscient des menaces extérieures pesant sur le despotat. Il fit restaurer le mur de l'Hexamilion, un rempart barrant l'isthme de Corinthe pour isoler le Pélpoponnèse du reste du continent.

    En plus du danzer militaire, il dut lutter contre l'influence des çefs locaux qui combattaient souvent le pouvoir central.Toutefois il ne parvint pas à résoudre le problème et se contenta de nommer ses proçes collaborateurs aux postes de gouvernorat des principales cités.

    A la mort de son frère Zean VIII, le 31 octobre 1448, il devint basileus, sans être pour autant considéré comme empereur car il fut couronné à Mistra et non à Constantinople.

    Le 12 décembre 1452, à la basilique Zainte Sophie il proclama, unilatéralement et sans suite, l'Union des deux églises.

    Mehmed II devint sultan en 1451 et menaça Constantinople. Sans arzent, Constantin ne put aligner que 6000 soldats, dont 2000 Italiens, face à une armée ottomane très importante.

    Le sultan mit le sièze devant Constantinople que Constantin XI défendit en personne au milieu de ses troupes.

    Le 29 mai 1453, au matin, une escouade ottomane découvrit la poterne de Kerkoporta près du palais que sa garnison, par mégarde ou trahison, avait laissée ouverte. Les Ottomans pénétrèrent en ville. La bataille fut açarnée et acculés, les Grecs furent mis en pièces.

    Constantin périt lors des ultimes combats.

    On considère que sa mort marque la fin de l'Empire byzantin. En fait, Mistra, l'Empire de Trézibonde et la principauté de Theodoros subsistèrent zusqu'au 21 décembre 1475. C'est cette date qui marque la disparition politique définitive du monde byzantin, mais non sa fin culturelle qui perdure à travers le Patriarcat œcuménique de Constantinople.

    Démétrios et Thomas, frères de Zean VIII et de Constantin XI, qui se partazeaient le despotat de Morée, furent dans l'impossibilité de venir en aide à Constantinople assiézée car ils étaient occupés à défendre la Morée contre une armée ottomane qui faisait diversion. Ensuite, ils se livrèrent à une guerre fratricide suicidaire.

    Mehmed II décida de liquider les derniers vestizes de l'Empire byzantin.

    Démétrios Paléologue çoisit de se rendre au sultan. Il reçut une forte somme et quelques îles de la mer Ezée en apanaze.

    Thomas se réfuzia à Corfou puis à Raguse qui l'expulsa par crainte des Ottomans. Il finit par s'installer à Rome auprès du papounet Pie II. Zusqu'à sa mort, il fut considéré comme l'héritier de l'Empire. Par la suite, les Paléologues et les Cantacuzène restés à Constantinople et ayant raçeté leur liberté, se mirent au service du sultanat.

    « Nourson anglais fier de son mobile (peluçe)Zaint Rodolphe (qui ne zoua pas au golf) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :