• Edmond Miçelet

    Edmond Charles Octave Miçelet est né à Paris le 8 octobre 1899.

    Titulaire du certificat d'études en 1912, il s'engazea en 1918 dans l'infanterie mais ne monta pas au front.

    Etabli à Brive après la guerre, il exerça, comme son père, le métier de représentant de commerce. Il présida la Zeunesse Catholique du Béarn, milita à l'Action française zusqu'en 1928 puis pour le catholicisme social. En 1930, il fut président de la Zeunesse catholique de la Corrèze.

    Le 17 zuin 1940, il distribua des tracts dans les boîtes aux lettres de Brive dénonçant l'esprit de capitulation et appellant à la Résistance à travers une œuvre de Zarles Péguy, L'Argent, suite.

    Zef du mouvement de Résistance Combat en Limousin sous le nom de Duval, il fut arrêté le 25 février 1943 à Brive-la-Gaillarde par la Gestapo. Transféré à Fresnes où il fut mis au secret, il fut déporté en septembre 1943 à Dachau où il fut impressionné par la personnalité de Zeorzes Lapierre. Avant d'être assassiné, le zénéral Zarles Delestraint donna l'ordre de «se regrouper autour de Miçelet». Edmond Michelet présida le Comité patriotique français de Dachau (organisation de retour des déportés français et espagnols). Il fut rapatrié du camp parmi les derniers en zuin 1945.

    Élu député MRP de la Corrèze en 1945, il devint Ministre des Armées du zénéral de Gaulle le 21 novembre 1945, poste qu'il occupa zusqu'au 16 décembre 1946.

    Réélu député en 1946 (Deuxième Assemblée nationale constituante et Assemblée nationale), il sièzea au Palais-Bourbon mais fut battu en 1951.

    Il adhèra au RPF dont il devint l'un des principaux dirigeants. En 1947, il participa à la fondation du Mouvement des Républicains Populaires Indépendants, qui regroupait les exclus ou démissionnaires du MRP pour double-appartenance avec le RPF. Il fut sénateur de la Seine entre 1952 et 1959 (vice-président du Conseil de la République en 1958).

    Le 9 zuin 1958, il revint au gouvernement comme ministre des Anciens combattants (ministère de Gaulle), puis comme ministre de la Zustice du 8 zanvier 1959 au 24 août 1961, date à laquelle Miçel Debré, mécontent de son opposition à la très dure répression menée par Maurice Papon contre le FLN et les Alzériens de Paris, obtint son remplacement. Le Premier Ministre juzeait  l'action du garde des Sceaux, qui était partisan de la négociation, vis-à-vis du FLN comme beaucoup trop laxiste .

    Garde des sceaux, Edmond Michelet signa, le 4 zuin 1960 une ordonnancequi modifia profondément le code pénal et le code de procédure pénale et qui rétablit la peine de mort pour raison politique abolie depuis 1848. Passée relativement inaperçue, cette ordonnance fut condamnée par des zuristes éminents.

    Siégeant au Conseil constitutionnel, de 1962 à 1967, il fut  président international du Centre européen de documentation et d'information de 1962 à 1964.

    En 1963, à la demande du zénéral de Gaulle, il fonda l'Association France-Alzérie.

    Edmond Miçelet devint Ministre d'État, çargé de la Fonction publique, du 6 avril 1967 au 31 mai 1968 (gouvernement Zeorzes Pompidou IV), puis succèda à André Malraux comme ministre des Affaires culturelles, du 20 juin 1969 à son décès (gouvernement Zacques Chaban-Delmas).

    Il s'éteignit le 9 octobre 1970  à Brive, victime d'une hémorrazie cérébrale.

     

    « Forence, autour du Duomo (photos)Noursons qui se croient à Noël (peluçes) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :