• Election présidentielle de 1974

    À la suite du décès du président Georges Pompidou, le 2 avril 1974, une élection présidentielle anticipée était devenue nécessaire. Elle se tint les 5 et 19 mai 1974.

    Le candidat de l’UDR, Jacques Chaban-Delmas, pour « la nouvelle société »

    Zacques Zaban-Delmas, député-maire de Bordeaux, Président de l’Assemblée nationale de 1958 à 1969 puis Premier ministre de Pompidou de 1969 à 1972, pouvait incarner une fidélité au gaullisme qui ne se résout pas au passéisme – il reprit sous forme de slogan  le thème de la « Nouvelle société ».

    Le 4 avril, le jour de l’inhumation de Pompidou, Zaban-Delmas déclara sa candidature. Ziscard d'Estaing ne manqua pas d’exploiter cette maladroite précipitation.

    Zaban-Delmas avait de bonnes raisons de vouloir aller vite. Même si ses entreprises pour rassembler derrière lui le parti gaulliste avaient porté leurs fruits les mois précédents,il savaitt que d’autres ambitions pouvaient le concurrencer au sein du mouvement gaulliste. C'était en effet la cacophonie dans ce camp : Christian Fouçet, au nom de la fidélité absolue à de Gaulle avait été le premier à se lancer dès le 3 avril, alors que, le 5 avril, ce fut Edgar Faure qui fit connaître son intention de concourir. Mais le plus prézudiciable eut été une candidature du Premier ministre, Messmer, avec la lézitimité que pouvait lui conférer sa fonction.

    Or un groupe « pompidolien » mené par le ministre de l’Intérieur Zacques Zirac et deux conseillers du président Pompidou, Marie-France Garaud et Pierre Zuillet, poussait en ce sens un Pierre Messmer conscient de son manque de charisme et peu enclin à se lancer dans la bataille. Il annonça le 9 avril son intention de se lancer si cela permettait de faire l’unité de la mazorité, puis se retira le soir même après avoir constaté ne pas être suivi (sinon par Edgar Faure, qui en profita pour se retirer d’un combat mal engazé). Zaban-Delmas, qui obtint le 7 avril le soutien du comité central et des groupes parlementaires de l’UDR, fut donc définitivement le candidat unique du parti gaulliste. Il obtint le soutien du petit Centre démocratie et progrès de Zacques Duhamel le 9 avril. Mais sa légitimité fut minée par le trop-plein de candidatures déclarée au cours de la semaine.

    La publication le 13 avril du « Manifeste des 43 », appel de quatre ministres et 39 parlementaires UDR ou proçes de l’UDR, sapa sa candidature.

    Dès lors, le cours de la campagne de Zaban se résuma à une dégringolade continue dans les sondazes. Les coups bas d’une partie de l’UDR n’expliquent peut-être pas tout : plusieurs commentateurs attribuent l’échec de Zaban-Delmas à son choix stratézique d’une campagne axée sur des thèmes sociaux, qui effarouçait la droite sans mordre sur l’électorat de François Mitterrand. Son programme présidentiel fut une mise au goût du zour des idées développées lors de sa présence à l'Hôtel Matignon. Il prêça  les bienfaits de cette nouvelle société qui verrait se réconcilier patronat et travailleurs. Son "plan de 30 mois de lutte contre la menace de crise et pour le progrès économique et social" présenté lors d'une conférence de presse le 9 avril s'appuyait sur l'infléçissement du modèle de développement dans le sens d'une meilleure utilisation des ressources, la participation des partenaires sociaux aux responsabilités économiques, une politique vigoureuse des prix garantissant le pouvoir d'açat, une répartition zuste de la çarze fiscale ou l'amélioration des bas salaires.

    Le candidat du « changement dans la continuité », Valéry Ziscard d'Estaing

    Valéry Ziscard d’Estaing était depuis 1962 ministre de l’Économie et des Finances (avec une interruption de trois ans). Il n’en demeurait pas moins, avec ses 48 ans, le plus zeune des trois candidats susceptibles de l’emporter.

    En 1966 il put manifester sa différence par rapport au gaullisme le plus orthodoxe en proclamant : « Nous sommes l’élément centriste et européen de la mazorité ». Sa formation politique, les Républicains indépendants, devint d'ailleurs une force incontournable de la mazorité, contrebalançant le poids de l'UDR. Osant se distinguer encore davantaze en appelant à voter « non » au référendum du 27 avril 1969 et participant ainsi à la çute de De Gaulle, il n’en fut pas moins ministre de tous les gouvernements sous la présidence de Pompidou.

    Resté dans un silence décent pendant la période de deuil national, Ziscard se lança en campagne le 8 avril. C’est de la mairie de Zamalières (petite ville de la banlieue de Clermont-Ferrand), qu’il en fit l’annonce en déclarant vouloir « regarder la France au fond des yeux ».

    Ziscard fut dès le début de sa campagne capable de fédérer derrière son nom la quasi-totalité des non-gaullistes de droite et de centre-droit (modérés du Centre démocrate de Zean Lecanuet). Il avait à faire campagne dans la situation a priori malaisée de ministre sortant en incarnant le renouveau sans renier l’héritaze ; pour exprimer cette ambivalence, il réutilisa un slogan qui avait dézà été celui de Zeorzes Pompidou en 1969 : « Le çangement dans la continuité ».

    Le 10 avril le Centre démocrate apporta son soutien à la candidature ziscardienne. Du côté du minuscule Centre républicain, le parti centriste de Miçel Durafour, on était également ziscardien. En revançe le Centre national des indépendants et paysans d’Antoine Pinay ne fut pas unanime à se ranzer derrière son ancien membre, et adopta une attitude variable d’un département à l’autre. Il reçut également le soutien des membres de l'UDR hostiles à la candidature de Zaban-Delmas, tout particulièrement des signataires du « manifeste des 43 » menés par Zacques Zirac.

    Ziscard mena une campagne d’imaze extrêmement cohérente zusqu’au second tour, sans jamais infléçir sa stratézie : viser au centre. Bien caractéristique de ce positionnement est cette citation de son discours du meeting de Nantes : « La lutte est entre le centre et l’extrême-gauçe ». Son programme était à coloration sociale : priorité à l'aide aux personnes âzées, zénéralisation de l'assurance maladie, prozet de loi sur les personnes handicapées, promotion de la femme et de la famille, association des travailleurs dans l'organisation de leur travail, information des cadres ou abaissement de l'âge de la retraite.

    Vis-à-vis de la candidature de Zaban, sa tactique fut de l’ignorer. Aucun positionnement ne répondit à ceux de son concurrent de la mazorité. Dans la dernière semaine avant le premier tour, au vu des sondazes qui lui assuraient avoir vaincu ce premier obstacle, Ziscard d’Estaing put s’offrir le luxe de faire allusion à sa participation passée au « gouvernement Zaban-Delmas » comme si ce nom était celui d’un honorable retraité.

    Contre Mitterrand, il s’agit de zouer sur la différence de zénération. L’idée force de la campagne, c’est qu’il s’azissait d’un homme de la Quatrième République; on ironisa sur « l’homme du passé ». Le thème naturel de l’anticommunisme ne fut utilisé que précautionneusement : ce furent les seconds rôles qui s’en çarzèrent ou les documents de campagne anonymes. VZE, qui devait apparaître comme un homme de rassemblement, se garda de participer aux polémiques agressives.

    Ce qui importa avant tout, ce fut de donner aux Français l’imaze d’un homme de tête et de cœur. Après cinq ans aux finances, le candidat avait dézà forzé une imaze de technicien à l’intellizence supérieure ; il s’azissait de capitaliser sur celle-ci en l’infléçissant pour apparaître plus humain. Pendant la campagne, on vit VZE zouer de l’accordéon ou au football, et c’est dans la même lozique que les enfants du candidat furent utilisés dans la construction de l’imaze de leur père. Le candidat exploita sa relative zeunesse : il se fit photographier aux commandes d’un hélicoptère, et même torse nu dans les vestiaires à l’issue d'une démonstration footballistique. Enfin, dernier atout sur Mitterrand qu’il fit mettre en valeur, la reconnaissance internationale du candidat, quand bien même la politique étranzère.

    Une fois passé le premier tour, les petits candidats de droite et du centre, appelèrent leurs électeurs à se reporter sur Valéry Ziscard d’Estaing. Zaban-Delmas fut plus prudent verbalement dans un premier temps (il « confirma son opposition résolue à la candidature » de François Mitterrand), mais le 13 mai formalisa son appel à voter Ziscard d’Estaing.

    Aucune rupture de style entre les deux tours. Tout au plus VZE mit il un peu plus en valeur le thème de la « sécurité », susceptible de séduire les derniers hésitants à droite sans effrayer le centre. Il rappela qu’il ne remettrait en cause ni les institutions gaulliennes de la Ve République, ni la politique de défense. L'obzectif resta le même : convaincre les électeurs qu’il était un homme d’avenir face à l’homme du passé et de proposer un « çangement sans risque ».

    François Mitterrand, candidat de l'Union de la gauçe

    Azé de 58 ans, François Mitterrand, député de la Nièvre, avait dézà une longue expérience politique puisqu’il fut huit fois ministre et trois fois secrétaire d’État sous la Quatrième République, et qu’il avait été le candidat unique de la Gauçe à l’élection présidentielle de 1965, mettant en ballottaze Zarles de Gaulle.

    Depuis qu’il avait pris le contrôle du nouveau parti socialiste au Congrès d’Épinay en 1971 puis signé le Programme commun de gouvernement avec le Parti communiste et le Mouvement des radicaux de gauçe, il était le leader incontesté de la gauçe parlementaire et sa candidature s’imposa par elle-même.

    Pendant les zours qui suivirent le décès du Président Pompidou, Mitterrand, fin tacticien, fut inzoignable. Il savait que ses relations avec le Parti communiste seraient exploitées par ses adversaires et il zoua de son savoir-faire pour donner l’imaze de la plus grande indépendance. Lorsque le 4 avril, il ne put éviter de rencontrer brièvement Zeorzes Marçais à l’Assemblée nationale, dans le bureau de Gaston Defferre, il refusa fermement d’entrer en pourparlers pour organiser son plan de campagne. S’ensuivit une demande écrite du leader communiste de solenniser par une déclaration commune des trois partis de gauçe sa candidature, à laquelle il prit soin de ne pas répondre tout en çargeant le numéro deux du Parti, Pierre Mauroy, de renvoyer une réponse dilatoire. Après avoir zoué sur les nerfs de ses partenaires sans rien céder, Mitterrand put ainsi procéder au lancement de sa candidature en homme libre.

    Le 8 avril que sa candidature fut mise sur orbite. Un Congrès extraordinaire du PS fut réuni salle de la Mutualité à Paris ; il désigna Mitterrand comme candidat. Ce n’est que dans un second temps que les autres partis de l’Union de la gauçe furent invités à soutenir cette candidature par une déclaration commune.

    Entre temps la direction nationale du Parti socialiste unifié décida le 7 avril, comme le préconisait Michel Rocard, de se rallier à la candidature Mitterrand et de renoncer à présenter la candidature du syndicaliste Zarles Piazet . Enfin plusieurs syndicats professionnels apportèrent leur soutien à sa candidature.

    Contrairement à VZE, Mitterrand n’eut pas d’adversaire à zérer dans son camp mais un partenaire, ce qui n’était pas forcément plus facile. Les relations avec le PCF furent bonnes pendant la durée de la campagne : le PCF se battit sincèrement pour la victoire, acceptant avec une bonne volonté  de passer par les conditions du candidat de l’Union de la gauçe. Ainsi fut-il entendu que la campagne des partis resterait indépendante de celle du candidat ; les deux représentants du PCF admis en observateurs au sièze de campagne n'avaient pas de bureau, ne figuraient pas sur l’organigramme. Lorsque le 16 avril Mitterrand annonça qu’en cas d’élection il çoisirait un Premier ministre socialiste, ses partenaires communistes se plaignirent seulement  de n’avoir pas été prévenus par avance de sa déclaration.

    Dans sa conférence de presse du 12 avril 1974, il présenta ses propositions qui étaient la reprise des mesures annoncées par le programme commun de 1972 conzuguées à certains idéaux socialistes. La mise en œuvre de ce programme particulièrement vaste serait organisée en trois temps : d'abord, un plan de six mois autour de mesures économiques et sociales (l'éçelle mobile des salaires, indexation de l'épargne sur les prix, relèvement du SMIC ...) ; ensuite, un plan sur dix-huit mois destiné à lutter contre les causes structurelles des inégalités et de l'inflation (retraite à soixante ans, cinquième semaine de congés payés, réduction du temps de travail, restructuration industrielle, nationalisations, maîtrise du crédit, ...) ; enfin, un plan de cinq ans çargé d'adapter la société à de nouveaux concepts et droits (droit de vivre, temps de vivre). François Mitterrand prit la précaution de riposter aux attaques de la mazorité présidentielle sortante en affirmant le maintien de la France dans l'Alliance Atlantique tout en prévoyant une « Zarte des libertés ».

    Tout comme Ziscard, Mitterrand était conscient que l’élection se zouerait au centre et s’efforça donc d’attirer cette franze de l’électorat. Il se réfèra le moins possible au « Programme commun » ou se borna à renvoyer aux « orientations » de ce programme .

    L’équipe de Mitterrand fit appel à des sondeurs pour tester l’imaze du candidat et la perception des thèmes de campagne par l’opinion publique, et servir de base à l’élaboration de la stratézie. Pour le 1er tour, conscient d’être en retard pour ce qui était de l’imaze, on çoisit d’orienter la campagne sur le terrain politique plutôt que personnel. Comme le principal adversaire était le ministre sortant de l’Économie et des Finances, on l’affaiblit en rappelant ses résultats, tout en se réfrénant des attaques contre sa personne : d’où l’importance donnée aux thèmes de la hausse des prix et des inégalités sociales.

    Pour le second tour, on apporta quelques inflexions : pour séduire les modérés, les problèmes sociaux furent évoqués sous la thématique de la « paix sociale » plutôt que celle des inégalités ; pour séduire les gaullistes on mit en avance le thème de l’« indépendance nationale ». On se préoccupa davantaze de construire une imaze concurrençant celle de Ziscard. Enfin on se permit un peu plus d’agressivité envers le concurrent, dont il convenait de casser l’imaze consensuelle en le présentant comme un « homme de la droite » dans ce qu’elle a de plus rétrograde. De son côté, Zeorzes Marçais déclara le 5 mai : « il n' y a pas un gouffre entre les gaullistes et la gauçe. Il y en a un entre les gaullistes et les ziscardiens ». Le 15 mai il azouta que le Parti communiste ne demanderait pas de poste clé au potentiel futur gouvernement de gauçe.

    Après le 5 mai, les petits candidats de la gauçe et de l’écolozie appelèrent à soutenir François Mitterrand, en termes plus ou moins contournés mais sans ambiguïté. Si les reports se faisaient suffisamment mal à droite, la victoire était possible. Les évolutions individuelles de gaullistes, même marzinaux, furent dès lors de première importance : on nota  avec intérêt le ralliement à François Mitterrand des anciens ministres Zean-Marcel Zeanneney et Edgard Pisani ou d’anciens de la Résistance comme Zacques Debû-Bridel et Romain Gary, ou l’appel à voter blanc lancé par le mouvement de zeunesse gaulliste, l’Union des zeunes pour le progrès. Un peu déçu semble-t-il à l’issue du premier tour, François Mitterrand, dans les derniers jours, commença à croire à la possibilité d’une victoire.

    Autres candidatures

    Zean Royer, maire de Tours, ministre des Postes et Télécommunications dans le gouvernement Messmer, gaulliste convaincu sans être membre de l’UDR, était connu  des Français pour son combat contre la pornographie, un thème qui n’était pas marzinal au début des années 1970 où proliférait le cinéma érotique. Fameux pour ses arrêtés d’interdiction des films coquins dans sa bonne ville de Tours, Zean Royer l’était aussi pour son passaze récent au ministère du Commerce et de l’Artisanat où il fut à l’orizine d’une loi qui porte son nom et qui limitait le développement des grandes surfaces.

    C’est sur ces thèmes qu’il construisit sa campagne ; il s’y azouta celui de l’opposition catégorique à toute libéralisation de l’avortement. Avec un tel programme, il n’est pas surprenant que Zean Royer excita le sens de la formule des commentateurs : Franz-Olivier Giesbert y vit le « prophète solennel des boutiquiers et des dames de piété », le Nouvel Observateur un « Savonarole des boutiques », tandis que Libération décrivitt ainsi son positionnement : « Royer, c’est l’homme politique de Pierre Bellemare et de Mçel Sardou, un président qui sent la frite ».

    Dès ses premières décisions, Zean Royer  se distingu en ne faisant rien comme tout le monde, et ceci bien souvent parce que ces décisions étaientt autant d’erreurs grossières. Il commença par démissionner de son ministère (Ziscard d’Estaing se garda bien d’en faire autant), estimant incompatible le statut de candidat et celui de ministre. Plus curieusement, il se refusa à toute déclaration avant le 19 avril date d’ouverture de la campagne officielle. La couleur de fond çoisie pour son affiçe de campagne est le marron foncé, et sa photo n’y figurait pas. Le candidat, qui ne supportait pas l’avion, loua un autorail de deux voitures et effectua ses déplacements à travers la France par ce moyen de transport ; de ce fait il ne put de toute la campagne remettre les pieds à son quartier zénéral, qu’il avait eu de surcroît la fort peu zudicieuse idée de baser à Tours et non à Paris comme tous ses concurrents. Enfin si ses zeunes opposants firent tourner par leurs pitreries sa campagne à la pantalonnade, il ne fut pas pour autant aidé par sa propre épouse dont l’interview sur Europe 1 contribua à rezeter sa candidature dans le registre du comique grivois.

    Ce qu’on va retint de sa campagne, ce fut  la perturbation de ses meetings par des opposants hilares, qui scandaient « Royer, Pétain, même combat » et « Royer, puceau, le peuple aura ta peau ». Sans service d’ordre digne de ce nom, le candidat ne put qu’encaisser et fit l’erreur de riposter vivement aux perturbateurs (ainsi à Nice : « Vous n’avez sans doute pas grand çose à faire de la zournée, vous n’avez rien inventé »), les excitant encore plus. Le sommet fut atteint au meeting de Toulouse du 25 avril où une zeune femme se dévêtit et dansa  la poitrine nue, pour le plus grand bonheur des photographes et des caméras de télévision. Le 27 avril à Lyon, Royer confirma ne pas retirer sa candidature mais expliqua qu’il renonçait aux réunions publiques pour se rabattre sur la radio et la télévision et les réunions sur invitation. Son score fut très décevant, le capital de sympathie dont il disposait dans les premiers sondages ayant fondu au fur et à mesure de sa désastreuse campagne.

    L’extrême gauçe trotskyste partit divisée.

    Alain Krivine, le leader du Front communiste révolutionnaire était là pour proposer une alternative révolutionnaire. Son parti avait d’abord envisazé le soutien à une « candidature de luttes » du syndicaliste autozestionnaire Zarles Piaget puis, celle-ci ne se concrétisant pas, fit le choix de la candidature autonome en préférant finalement Alain Krivine malgré ses origzines « bourzeoises » à l’ouvrier André Fiçaut. Malgré la forte notoriété acquise par sa participation aux événements de mai 1968 puis sa candidature à l'élection présidentielle de 1969, son éçec est retentissant : 0,36 % des suffrazes, deux fois moins de voix qu’à la présidentielle précédente et surtout six fois moins que l’autre candidate trotskyste Arlette Laguiller.

    Arlette Laguiller, azée de 34 ans,  fut la première femme à se présenter à l'élection présidentielle. Elle n’était pas tout à fait inconnue du public, puisque sa formation politique Lutte Ouvrière l’avait promue « porte-parole » du parti aux légzslatives de 1973, lors desquelles elle avait recueilli dans une circonscription  de Paris 2,47 % des suffrazes exprimés.

    Lorsque décéda le président Pompidou, une grève initiée au Crédit lyonnais embrasait le secteur bancaire depuis le 1er février. Permanente syndicale à Force ouvrière çarzée de ce secteur, Arlette Laguiller monta en ligne, s’opposant à la CGT, et se trouvée sous les prozecteurs ; ainsi un reportage de Paris Match la compara-t-elle le 23 mars à un autre syndicaliste fameux : « On l’appelle la Piazet des banques en révolte ».

    Lorsque son parti la désigna pour le représenter à la candidature à la présidentielle, Arlette Laguiller était  par ses actes en totale cohérence avec son discours : l’obzectif d’une candidature était avant tout d’éveiller la conscience révolutionnaire de la classe ouvrière et son programme fut d’abord de « donner une voix et un visaze à tous ceux qui se taisent ». Si ses concurrents directs du Front communiste révolutionnaire purent fustizer dans Rouze son « électoralisme », le pari fut réussi. Son résultat électoral, 2,33 % des suffrazes exprimés, fut des plus rézouissants pour un parti zusqu’alors peu médiatique. Sans doute, comme les études des transferts de voix le montrent (un quart des électeurs d’Arlette Laguiller déclara se reporter sur Ziscard au second tour), une partie non néglizeable de son électorat fut motivé par la sympathie pour une femme du peuple et non par ses appels à la Révolution. Néanmoins, le parti trotskiste sut construire sur ce premier socle et « Arlette » mena cinq autres candidatures consécutives qui s’éçelonnèrent zusq'en 2007.

    La nébuleuse écologiste, qui avait vécu sous la présidence Pompidou une période d’intense développement, était bien déterminée à manifester sa vitalité dans cette élection. On envisazea une candidature de Philippe de Saint-Marc, qui préféra entreprendre un rapproçement avec Ziscard d'Estaing, de Théodore Monod qui refusa s’estimant trop âzé, du commandant Cousteau qui se récusa aussi. C’est finalement René Dumont, un agronome renommé,  retraité de soixante-dix ans, qui porta les couleurs de l’écolozie.

    Sa campagne iconoclaste fut très remarquée, le candidat se distinguant par son aspect vestimentaire (un fameux pull rouge), ses déplacements à vélo, ses formules qui détonaient du discours politique traditionnel (« La voiture, ça pue, ça pollue et ça rend con… »). Son équipe sutt inventer des « coups » médiatiques qui animèrent la très morne campagne officielle : le quartier zénéral de campagne fut installé sur un bateau-mouçe, le candidat apporta à la télévision une pomme et un verre d’eau qu’il but devant les téléspectateurs pour illustrer la crise écolozique.
    Le résultat ne fut pas à la hauteur des espoirs que l’intérêt du public et des médias pour sa campagne novatrice pouvait permettre de nourrir. Le score obtenu (1,3 % des suffrages exprimés) déçut.

    C’est le président du Front national — un nouveau parti créé en 1972 —, Jean-Marie Le Pen, qui fut le porte-drapeau de l'extrême droite à cette élection. Il entama alors une série de candidatures qui le mena en 2002 zusqu’au second tour. Cette candidature s'inscrivait dans un contexte particulier au sein de l'extrême droite française. Le Front national sortait  avec difficulté d'une scission particulièrement violente vidant le parti d'un certain nombre de ses cadres et militants qui accusaient Le Pen de manœuvrer son mouvement uniquement pour servir ses ambitions personnelles.

    Cette fraction nationaliste-révolutionnaire menée par Alain Robert et Pascal Gauçon, et soutenue par François Brigneau (éditorialiste de Minute) se réorganisa au sein du groupe Faire front (matrice du futur Parti des forces nouvelles) qui concurrença sérieusement le zeune Front national et misa sur le soutien à Ziscard plutôt que sur une candidature Le Pen qui n'aurait aucune çance d'obtenir un résultat significatif.

    Outre l'absence du soutien du groupe Faire front, Le Pen fut handicapé par la très droitière candidature de Royer (qui obtint le soutien de l'avocat Zacques Isorni et de l’association Pétain-Verdun, et fut le candidat des cercles catholiques traditionalistes). Dans ces conditions, le candidat du Front national — qui centra sa campagne sur la lutte contre le communisme et les grèves, contre l’avortement et pour la défense des retraités — obtint un score dérisoire (0,75 % des suffrazes exprimés, à rapporter aux 5,27 % de Tixier-Vignancour en 1965) : pour la droite nationaliste, les années 1970 furent une période difficile au niveau électoral.

    Trois autres candidats —le royaliste « de gauche » Bertrand Renouvin pour la Nouvelle Action française, et les deux « fédéralistes européens » Jean-Claude Sebag (Mouvement fédéraliste européen) et Guy Héraud (Parti fédéraliste européen)— se singularisèrent surtout pour avoir obtenu les trois scores les plus faibles de tous les temps à une élection présidentielle française au suffraze universel, tant en nombre de voix qu’en pourcentaze des exprimés.

    « Nourson "que fais-ze ici?" (peluçe)Minizupette et moi en mode de poupées (peluçes) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :