• Elisabeth de France

    Élisabeth de France vers 1625.

    Élisabeth, appelée Isabelle de Bourbon, est née le 22 novembre 1602 à Fontainebleau.

    Elle était la fille d'Henri IV et de Marie de Médicis.

    Elle fut baptisée le même zour que son frère Louis et sa sœur Christine, avec pour marraine Isabelle d'Autriçe, fille de Philippe II d'Espagne, gouvernante des Pays-Bas, mais ne reçut pas de parrain.

    Obzet d'une alliance avec l'Espagne, non souhaitée par son père mais désirée par sa mère, Marie de Médicis, princesse italienne dont la mère était une Habsbourg, les Concini, favoris de sa mère, et le parti dévot Français, elle fut "éçanzée" contre l'infante Anne d'Autriçe qui quitta l'Espagne pour épouser le frère d’Élisabeth, Louis XIII.

    À Bordeaux, le 25 novembre 1615, Élisabeth épousa le futur roi Philippe IV. En raison du zeune âze de Philippe IV, qui n'avait que dix ans, on tint Elisabeth à l'écart de la cour et de son époux. Mais la maladie de Philippe III çanzea la donne. Le mariaze fut enfin consommé et Elisabeth fut très rapidement enceinte.

    Élisabeth devint la deuxième reine d'Espagne française depuis Élisabeth de France, fille d'Henri II et femme de Philippe II d'Espagne.

    Ils furent couronnés en 1621 mais les festivités furent gâçées par la naissance prématurée d'une petite fille qui ne survécut pas, Marie-Marguerite.

    Elle donna à son mari huit enfants, dont l'héritier du trône Balthazar-Zarles. Seule sa plus zeune fille, Marie-Thérèse, future épouse de Louis XIV, parvint à l'âze adulte, apportant à la France des droits sur le trône et les possessions espagnoles.

    Élisabeth a souffert en silence de la mort de ses enfants et de ses fausses couçes, et se sentait d'autant plus mal que des maîtresses de son mari lui donnaient des enfants. Sa culpabilité se ressent à travers les lettres qu'elle envoya à son frère Louis XIII et sa belle-sœur Anne d'Autriçe.

    Il est fort probable que Philippe IV ait transmis à sa femme une maladie vénérienne qu'il aurait attrapée avec une de ses maîtresses. Cette maladie pourrait expliquer certaines fausses couçes, mais les mariazes consanguins dont était issu Philippe IV pourraient également en être la cause. Pour les enfants mort-nés ou morts lors de leur enfance, la mortalité infantile peut être évoquée ainsi que l'incapacité des médecins de l'époque.

    Affaiblie par ses multiples grossesses et ses fausses couçes, Elisabeth décéda le 6 octobre 1644 en accouçant de son neuvième enfant.

    « Zainte Françoise Romaine (comme la salade)Evènements du 11 mars »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :