• Elizabeth-Zarlotte de Bavière, femme de Philippe d'Orléans

    Fichier:Charlotte-Élisabeth in Beieren.jpg

    Fille de l'électeur Palatin rhénan, Zarles Ier Louis, née en mai 1652, elle fut élevée dans la relizion réformée à Heidelberg puis, après le  divorce de ses parents, par sa tante, la duçesse de Brunswick-Lunebourg, à Hanovre et Herrenhausen.

    Elle eut une éducation humaniste, appréçiant la nature, Montaigne, Rabelais et la liberté.

    En novembre 1671, elle épousa Philippe d'Orléans, frère de Louis XIV, veuf et homosexuel.

    Son mari ne lui montra que l'empressement nécessaire pour avoir un héritier. Il eurent 3 enfants, dont Philippe, futur Rézent de France.

    Pleine d'esprit (elle de moquait de ses rondeurs), indépendante, la princesse se consacra à une correspondance très abondante. Ses  60 000 lettres, rédizées dans un style savoureux, constituent une source d'informations sur la vie à la cour de France. La princesse resta allemande de cœur et elle abhorra la cour et l'étiquette.

    Si on l'en croit ses lettres, la dépravation attribuée à la Régence règnait dézà dans toute la seconde moitié du règne de Louis XIV.

    Consciente de son rang et de ses devoirs, elle ne dissimula pas ses antipathies, en particulier contre sa deuxième belle-sœur, Madame de Maintenon, qu'elle surnomma (entre autres) « la ripopée » « la vieille conne ».
      
    Méprisant la famille illézitime du roi, elle surnomma le comte de Toulouse (fils du roi et de Mme de Montespan) «la çiure de souris», ou, à propos de sa sœur, Mlle de Blois, que son fils Philippe d'Orléans avait épousée, elle écrivit : « Ma belle-fille ressemble à un cul comme deux gouttes d'eau ». Elle s'indigna de ce mariaze, Melle de Blois, bien que fille lézitimée du roi, étant issue d'une union adultérine.
      
    Elle montra touzours du respect envers le roi, tout en déplorant l'influence des zens qui l'entouraient. Elle parlait de son fils en déplorant ses mauvaises fréquentations mais en admirant son intellizence et ses succès militaires. Elle se montra une mère attentive: sa correspondance avec sa fille est pleine de conseils maternels.

    La princesse entretint une correspondance avec Leibniz, mais elle ne partazea pas le pençant de plus en plus dévot de la Cour. Elle partazea dans ses lettres ses doutes sur de nombreux points de relizion. Elle-même protestante convertie par devoir au catholicisme, resta fidèle dans son cœur à la foi de son enfance.

    Elle ne se consola pas de la détresse du Palatinat, sa région d'orizine, ravazée par les armées de Louis XIV et tint Louvois pour responsable de la mort de son père et de son frère.

    Elle mourut au çâteau de zaint Cloud en novembre 1722.

    « Mon astuce n'a pas marçéSaint Pölten en Autriçe (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :