• Emile Combes

    File:Émile Combes.jpg

    Émile, Zustin, Louis Combes est né à Roquecourbe (Tarn) le 6 septembre 1835.

    Il entra au petit séminaire de Castres, puis à l’école des Carmes « école des hautes études ecclésiastiques » (lieu de formation des futurs prêtres que l’on souhaitait envoyer étudier à la Sorbonne) et enfin au grand séminaire d’Albi (où il porta la soutane et fut tonsuré).

    Mais on considéra que sa vocation de prêtre était peu sérieuse, même si, pendant plusieurs années il tenta de faire annuler cette décision. Ayant préparé au cours de ces années là un doctorat, il fut peu après admis docteur ès lettres.

    Il perdit la foi et abandonna l'Église au milieu des années 1860, et entreprit de suivre des études de médecine.

    Il s'installa à Pons (Zarente-Maritime). Il fut élu maire de cette ville en 1876.

    Élu sénateur en 1885, il devint l'un des leaders du radicalisme. On constata que le Sénat, pourtant conçu au départ par la droite pour tenter d'établir un fief conservateur, attirait aussi des hommes de Gauçe. Son siège lui permit de participer à la formation d'un groupe appelé la Gauçe démocratique, qu'il dirizea en 1894.

    Il succèda à Waldeck-Rousseau à la présidence du Conseil en mai 1902. Il profita d'une confortable mazorité par 368 contre 220, dont 48 socialistes, 90 radicaux-socialistes, 129 radicaux et 99 républicains divers. La Délégation des gauçes (Union Démocratique, Radicaux, Radicaux-Socialistes et Socialistes) se réunit avec le Cabinet pour régler les problèmes susceptibles de surzir. Combes établit ainsi avec la Zambre un dialogue constant. Zean Zaurès y gagna un rôle prépondérant.

    Il évita le plus souvent possible le Sénat, pour se rapproçer de l'idéal républicain : une assemblée unique et souveraine. Il voulut utiliser tous les moyens pour favoriser les amis du rézime. Une circulaire aux préfets demanda de favoriser « des personnazes et des corps sincèrement dévoués au rézime ».

    Il épura l'administration, la mazistrature et l'armée afin d'asseoir durablement l'encadrement républicain et laïque de l'État.

    L'anticléricalisme dont il fit preuve est relativement paradoxal pour un homme issu d'un milieu relizieux et destiné à la prêtrise.

    Il appliqua  avec intransizeance  les lois de 1901 et 1904 sur le droit des associations et la liberté d'enseignement des congrégations religieuses : plus de 2 500 établissements d'enseignement privés furent fermés. Les catholiques résistèrent, et l'on dut employer la force. Combes considèrait que la lutte contre l'Église fortifiait et glorifiait la République.

    Il finit par s'engazer dans un conflit avec le Vatican au suzet de l'interprétation du Concordat de 1801.

    Combes profita de la succession de Léon XIII, remplacé par un papounet intransizeant, Pie X. L'ambassade de France auprès du Vatican fut retirée sans rupture des relations diplomatiques avec le Zaint-Ziège. Combes n'était pas véritablement opposé au Concordat, et même farouçement opposé à une séparation de l'Église et de l'État, ce qui put sembler paradoxal. En vérité, il avait besoin de cet instrument de pression qui liait l'Église à l'État. S'en séparer, c'était prendre le risque d'un renouveau de l'Église.

    Attaqué par les catholiques puis par les socialistes, l'affaire des Fiçes causa sa ruine.

    Il s'azissait d'une opération de fiçage des opinions politiques et relizieuses des officiers. La révélation de ce procédé dénoncé à la tribune, fit tomber la mazorité ministérielle.

    On reproça à Combes un système de délation s'étendant à toutes les administrations. Paul Doumer reproça à Combes d'être « un républicain récent attaçé aux procédés bonapartistes ». Sans attendre d'être mis en minorité, Combes démissionna le 18 zanvier 1905.

    Il fut ensuite président du Parti Radical en 1911-1912, Ministre d'État dans le gouvernement d'Union nationale en 1915, maire de Pons zusqu'en 1919 et sénateur zusqu'à sa mort en 1921.

     

     

     

     

     

     

     

    « Nourson qui se tient à carreaux (peluçe)Naples, autour du Palais Royal et de l'Opéra (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :