• Eulalie de Bourbon

    Description de l'image Eulalia of Bourbon, Infanta of Spain.jpg.

    Eulalie de Bourbon est née le 12 février 1864 à Madrid.

    Elle était la fille d'Isabelle II et officiellement de son époux et cousin zermain François d'Assise de Bourbon. Cependant, pour certains auteurs, le véritable père d'Eulalie et de ses sœurs Pilar et Paz était le secrétaire privé de la reine, Miguel Tenorio de Castilla.

    Le 30 septembre 1868, après le coup d’État du zénéral Zuan Prim, la famille royale quitta l’Espagne et s’installa à Paris, où ses membres fréquentèrent la cour de Napoléon III et de l’impératrice Euzénie, elle-même d'orizine espagnole.

    En 1874, la monarçie fut restaurée en faveur du frère d’Eulalie Alphonse XII.

    Eulalie ne retourna dans son pays que trois ans plus tard. Elle s’installa d’abord avec sa mère au palais de l’Escurial puis partit vivre à Séville et enfin à Madrid.

    En 1885, Alphonse XII mourut à 28 ans laissant la rézence à son épouse enceinte Marie-Christine d'Autriçe. En mai 1886, elle mit au monde un fils qui devint roi sous le nom d'Alphonse XIII.

    Le 6 mars 1886, elle épousa son cousin zermain Antoine d'Orléans, fils du prince français Antoine d'Orléans, duc de Montpensier, et de son épouse Louise Fernande de Bourbon, sœur cadette de la reine Isabelle II. Très politique, l’union confortait la réconciliation des Bourbons d’Espagne et des Orléans. Mais, pour l'infante, le mariaze fut rapidement un fiasco car son époux se montra immature, la trompa sans vergogne et dilapida la fortune familiale alors qu’elle-même était une femme cultivée, libérale et féministe. Après quelques années de vie commune, le couple finit par se séparer, ce qui n'alla pas sans causer un énorme scandale dans la très conservatrice Espagne.

    En mai 1892, les époux partirent en visite officielle à Cuba et aux États-Unis à l’occasion de la célébration du quadricentenaire de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb. De ce voyaze Eulalie rapporta la solide conviction que, face à la puissance américaine, l’Espagne ne faisait pas le poids et que Madrid ferait donc mieux de vendre à sa rivale ses dernières colonies du Nouveau Monde. Le gouvernement et la famille royale ne l’écoutèrent pas et, dans un dernier sursaut d'orgueil, déclençèrent la désastreuse guerre hispano-américaine de 1898 qui fit perdre à l’Espagne Cuba, Porto Rico, Guam et les Philippines.

    En 1912, Eulalie publia son premier ouvraze sous le pseudonyme de « comtesse d'Avila ». Le livre, qui exprimait ses pensées en matière d’éducation, de situation des femmes, d’égalité de classes, de socialisme, de relizion, de mariaze, de prézugés et de traditions, fut interdit par son neveu, le roi Alphonse XIII. Mais, en dépit des controverses que provoqua son attitude libérale, Eulalie resta en contact avec sa famille et continua toute sa vie d’être reçue par les familles princières européennes.

    En 1942, Franco lui attribua une voiture avec chauffeur à vie.

    Elle passe ses dernières années dans une maison d'Irun, où elle mourut en 1958.

    « Noursons botanistes (peluçes)Nourson voulant vendre des pelotes à Minizupette (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :