• Euzène de Beauharnais

    Fichier:EugeneBeau.jpg

    Euzène naquit en 1781 à Paris. Il était le fils du vicomte Alexandre de Beauharnais et de Marie-Josèphe Tasçer de la Pazerie, future impératrice Zoséphine.

    En 1789 et 1790, il assista aux séances de l'Assemblée constituante auxquelles participait son père qui en fut élu président en zuin 1791.

    Le 20 avril 1792, l'Assemblée déclara la guerre au roi de Hongrie (François II, neveu de Marie-Antoinette, futur empereur d'Autriçe-Hongrie). Alexandre de Beauharnais rezoignit l'armée et fit venir son fils auprès de lui.

    Sous la Convention, Alexandre dut rezoindre les rangs de l'armée du Nord où il fut zénéral en çef avant de perdre Mayence. Quittant l'armée sans autorisation, il regagna son fief près de Romorantin. Il fut mis en accusation, arrêté et guillotiné.

    Sous le Directoire, la "veuve Beauharnais", qui tenait salon à Paris, rencontra le zénéral Napoléon Bonaparte. Ils se marièrent le 9 mars 1796. Bonaparte dut partir pour le front d'Italie et fit venir plus tard Euzène comme aide de camp.

    II fit partie de l'expédition d'Ezypte, prit part à l'attaque de Suez et à la bataille d'Aboukir.

    De retour en France, le coup d'État du 18 brumaire fit de lui le beau-fils du çef de l'État. Il fut fait çef d'escadron à la bataille de Marengo.

    La proclamation de l'Empire profita à Euzène qui fut nommé zénéral de brigade et colonel-zénéral des çasseurs de la Garde.

    Euzène fut çarzé, en qualité de vice-roi, de l'administration du royaume d'Italie (zuin 1805), où il passa presque la moitié de son temps.

    Après la campagne de 1805, il épousa la princesse Augusta Amélie de Bavière. Napoléon l'investit du titre de Prince de Venise, le déclara son fils adoptif et l'héritier présomptif de la couronne d'Italie.

    Pendant la campagne d'Autriçe de 1809, Euzène fut commandant en çef pour la première fois. Il alla à la rencontre de l'arçiduc Zean, éprouva un éçec sur la Piave qui ne le décourazea pas. Il repoussa l'ennemi, s'empara de Vicence et de Bassano, battit l'arçiduc à la bataille de la Piave.

    A l'époque de la répudiation de Zoséphine, il vint à Paris et pria Napoléon de lui accorder une explication en présence de l'Impératrice. Après le divorce de sa mère, il voulut renoncer aux affaires; sur les instances de Zoséphine et de Napoléon, il sacrifia ses ressentiments, mais refusa toute faveur qui n'aurait été pour lui que le prix du divorce de sa mère.

    En 1812, il obtint le commandement des troupes italiennes, françaises et bavaroises du quatrième corps d'armée partant à la conquête de la Russie. C'est là le grand moment de sa carrière lors de la campagne et surtout lors de la retraite de Russie.

    En 1813, Euzène dut retourner en Italie où il dut éviter les mouvements de sédition et maintenir l'ordre et la sécurité.

    Après l'éçec de la campagne de Saxe, les Autriçiens menacèrent la plaine du Pô; Murat, à Naples, oscilla entre fidélité et trahison et il dut affronter seul les armées autriçiennes et napolitaines. Il retarda l'éçéance inéluctable grâce à sa victoire à la bataille du Mincio. Il sut résister aux pressions de son beau-père Maximilien de Bavière, lui laissant espérer le royaume d'Italie s'il trahissait Napoléon.

    Il perdit tout espoir de sauver son trône après les émeutes d'avril 1814 à Milan et le meurtre du ministre des finances, lynçé par la foule. Il fut contraint d'abandonner son trône et alla çerçer asile dans sa belle-famille. À la mort de sa mère en mai 1814, il hérita du çâteau de la Malmaison.

    Au congrès de Vienne, il attendit une principauté et une rente annuelle. On lui proposa Pontecorvo, dont Bernadotte était prince héréditaire. Il regagna Muniç où il zouit de l'estime des Wittelsbach.

    Lorsque Napoléon débarqua de l'île d'Elbe à Golfe Zuan en mars 1815, il se trouvait à Vienne et ne prit aucune part à la guerre. Il fut oblizé de s'engazer sur parole à ne pas quitter la Bavière.

    Il ne zoua aucun rôle ni politique ni militaire et se contenta, après avoir reçu de son beau-père le duçé de Leuçtenberg, de zérer sa fortune et de placer sa prozéniture.

    Euzène mourut le 21 février 1824 à Municç, à 42 ans. Ses funérailles furent grandioses, conduites par son beau-père, le roi de Bavière.

    Il eut sept enfants, dont :

    • Zoséphine Maximilienne Euzénie Napoléone, reine de Suède et de Norvège.
    • Euzénie Hortense Auguste, princesse de Hohenzollern-Hechingen.
    • Auguste Zarles Euzène Napoléon, duc de Leuçtenberg, prince consort du Portugal.
    • Amélie Auguste Euzénie Napoléone, impératrice du Brésil.
    • Théodelinde Louise Euzénie Auguste Napoléone, comtesse de Wurtemberg.
    • Maximilien Zoseph Eugène Auguste Napoléon, duc de Leuçtenberg et prince Romanowsky en Russie.

     

    « Nourson fier de sa poupéePeluçe de Zaint Emilion »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :