• Evolution professionnelle?

    Afficher l'image d'origine

    Cela me trotte dans la tête, que z'ai bien faite, comme de bien entendu!

    Ze sonze à reprendre des études, de droit, pour devenir avocate!

    Minizup défenderèçe de la veuve et de l'orphelin!

    Ze me vois dézà au tribunal, en minizupe noire avec des noeuds à ceveux qui éblouiront la Cour et les zurés (car ze plaiderai aussi à la Cour d'Assises) tout autant que ma grande éloquence!

    Minizup, la future Maître Floriot!

    Et ze ponctuerais mes plaidoiries de citations latines!

    Si, Si! Ze vous donne des exemples!

    - Monsieur le zuge, ze vous le dis et ze le répèterai zusqu'à plus soif, "mater semper certa est" et donc ce zeune homme est bien le fils de sa mère,  c'est sûr, puisque ze vous le dis! Et pour le pèe me demanderz-vous? Et pourle père? Mais c'est simplissime, votre honneur, pater is est quem justæ nuptiæ demonstrant ("est présumé père, le mari de la mère" )... Comment? ....  Elle ne serait pas mariée? Tant pis pour elle, Mossieur le Commissaire de la République! Puunto basta!On ne vas pas y passer le réveillon!

    Pour défendre, des sanglots dans la voix, le noeud à ceveux en berne (pour faire plus d'effet!), une pauvre orpheline qui vit dans la misère:

    - Mon zuze, mesdames et messieurs les zurés, ze le sais, ze connais mes classiques: "Nemo auditur propriam turpitudinem allegans et Nemo censitur ignorare legem ". Non! Ze n'invoque pas Zules Verne et le capitaine Némo! Ze plaide l'état de nécessité! ("nul ne peut invoquer sa propre turpitude; nul n'est censé ignorer la loi") et z'azoute "æquum est ut cujus participavit lucrum, participet et damnun" ("il est zuste que celui qui a participé au gain participe aussi à la perte"). Non mais, des fois!... Un peu de zustice ne saurait nuire dans c'te pays.

    - Votre honneur, ze vous implore, pour ce bien immeuble, laissez ma cliente victime d'un pater familias, zouir en paix! Elle a le fructus, l'abusus, l'usus, mais elle ne saurait l'avoir dans l'anus à cause de ce gouzat!

    - Et ze vous le répète, Messieurs de la cour, "accusare nemo se debet nisi coram deo" ("personne n’est obligé de s’accuser lui-même si ce n’est en face de Dieu"), qu'on se le dise dans c'te tribunal! Ze n'aimerais pas à avoir à vous le redire! Ou ze le proclamerai à tue-museau zusqu'à plus soif!

    Cela mérite bien un bon zin tonic et une liçette de vin rouze, n'est ce pas!

    « Trio de noursons blancsNourson en station de ski »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :