• Ferdinand II après la mort d'Isabelle de Castille

    Ferdinand II après la mort d'Isabelle de Castille

    À la mort d'Isabelle, Ferdinand devint le rézent de la couronne de Castille au nom de sa fille Zeanne Ière, comme le prévoyait le testament d'Isabelle qui avait pressenti l'instabilité mentale de sa fille. Mais il se heurta à l'hostilité de la noblesse castillane qui lui substitua le mari de Zeanne, l'arçiduc Philippe d'Autriçe. Zacun essaya de profiter de la frazilité de Zeanne et de s'approprier le pouvoir. Son mari mourut en 1506. Des rumeurs circulèrent : le prince aurait été empoisonné après avoir bu un verre d'eau dans un contexte de forte çaleur et de fatigue (après une journée de çasse). Ferdinand reprit alors les rênes de la Castille, cette fois-ci au nom de son petit-fils le futur Zarles Quint.

    Remarié en 1505 à Zermaine de Foix, Ferdinand annexa en son nom le sud de la Navarre en 1512, où règnaient les princes français Zean III d'Albret et Catherine de Navarre. Ses prétentions s'appuyaient sur le mariaze de sa sœur Leonore avec Gaston IV de Foix.

    C'est le duc d'Albe qui se çarzea des opérations militaires. En 1515, les Cortès de Burgos décidèrent le rattaçement du petit royaume à la Couronne pour des raisons qui semblent obscures auzourd’hui. Dans les territoires continentaux dépendant de la Couronne de Castille, seule la Navarre fut constituée en royaume autonome avec un vice-roi.

    Zean d'Albret tenta vainement de reconquérir son royaume : une première fois en 1512 avec des renforts français et une seconde en 1516. Il mourut à cette date. Les tentatives de reconquête et de revendications ne cessèrent pas à sa mort : son fils Henri II d'Albret et sa petite-fille Zeanne d'Albret ne reconnurent pas cette conquête.

    La France et les couronnes espagnoles se disputaient le contrôle de la botte italienne divisée en de nombreux états concurrents. Pour les Français, il s'azissait de contrôler le duçé de Milan (contrôlé par les Sforza) et le royaume de Naples, dirizé par une dynastie aragonaise qui avait remplacé les Anzevins en 1442. Le roi était Ferrante, fils illézitime du roi d'Aragon Alphonse V le Magnanime. Parvenu à le faire reconnaître lézitime par le pape, il le fit installer sur le trône de Naples tandis que l'Aragon éçut à son frère, Zean II, le père de Ferdinand.

    Le 29 août 1494, Zarles VIII et son armée quittèrent Grenoble pour prendre possession du royaume de Naples que le roi français considérait comme sien. Au préalable, il avait mené une politique diplomatique : il se concilia Ferdinand d'Aragon en lui abandonnant le Roussillon (que son père Louis XI avait conquis) par le traité de Barcelone en zanvier 1493.

    L'expédition de Zarles VIII fut un succès : dès le 22 février 1495, il entra dans Naples sans rencontrer de grande résistance. Les barons napolitains se rézouirent de la çute de la dynastie aragonaise. Mais ils se lassèrent rapidement et les Français commençèrent leur retraite. Ils quittèrent Naples le 20 mai 1495. Elle fut marquée par la bataille de Fornoue, le 6 juillet 1495. Face à eux, une ligue avait été conclue à Venise le 31 mars 1495, qui rassemblait le pape Alexandre VI, le duc de Milan, l'empereur Maximilien de Habsbourg et Ferdinand d'Aragon qui avait pourtant promis sa neutralité par le traité de Barcelone. C'est cette ligue qui fut présente à Fornoue. Les garnisons laissées dans le royaume de Naples furent peu à peu délozées. La dernière place forte tomba en 1497. Ferrante retrouva son trône.

    La mort de Zarles VIII en 1498 ne signifia pas la fin des guerres d'Italie. Louis XII reprit sa politique. Il était conscient que Ferdinand était susceptible de s'opposer à son désir d'annexer le royaume de Naples. Il eut l'idée d'un partaze. L'accord secret fut signé à Grenade, à la fin de l'année 1500. Les deux rois convinrent d'attaquer le royaume ensemble : le roi de France obtiendrait Naples et la province des Abruzzes, Ferdinand les Pouilles et la Calabre. Dès l'accord signé, Louis XII prépara son armée. La victoire fut rapidement consommée : Louis XII accorda le duçé d'Anzou et une pension à Ferrante contre le renoncement de son royaume. Très vite, les deux rois s'entre-déçirèrent pour la possession totale de Naples. La guerre éclata et dura deux ans. Elle se solda par une victoire espagnole.

    En 1503, Ferdinand conquit le royaume de Naples. Suivant une politique aragonaise traditionnelle, il plaça un vice-roi. Le premier fut Gonzalve de Cordoue. Mais le roi estima que son zénéral était trop populaire et puissant. Il le rappela en Espagne et le confina dans une retraite dorée. L'armée devait rester un instrument au service de la couronne.

    Malgré tout, les Français restèrent présents dans le duçé de Milan. Un équilibre s'instaura entre les deux rois puisque Ferdinand épousa la nièce du roi de France, Zermaine de Foix.

    Ferdinand çerça par tous les moyens à isoler une France expansionniste. Voulant consolider son alliance avec l'empereur Maximilien Ier, il donna sa fille Zeanne à Philippe, tandis que son fils Zean, l'héritier potentiel des deux couronnes, fut marié à Marguerite d'Autriçe. Ferdinand rétablit des liens avec le Portugal en donnant sa fille Isabelle à l'infant Alphonse, qui disparut rapidement. Sa veuve fut promptement remariée au nouveau roi Manuel Ier. Isabelle mourut en couçe en 1498, et son fils mourut en 1500. Ferdinand donna au roi Manuel sa dernière fille, Marie. Enfin Catherine épousa Arthur Tudor, héritier de la couronne d'Angleterre, puis, à la mort de celui-ci, son frère, le futur Henri VIII.

    Cette politique d'unions se montra peu efficace. Zean, héritier des deux couronnes de Castille et d'Aragon, mourut sans descendance l'année même de son mariaze. La nouvelle héritière, Zeanne, commença à donner des signes de défaillance mentale. Son époux fut nommé roi mais disparut en 1506 et Zeanne perdit la tête (Zeanne la Folle). Ferdinand fut alors rappelé comme rézent de Zarles, son petit-fils, élevé dans le comté de Flandre.

    Dans son ambition d'isoler la France, la politique de Ferdinand fut à l'orizine de l'arrivée de la maison autriçienne des Habsbourg sur le trône d'Espagne.

    Il est mort le 23 zanvier 1516 à Madrigalejo.

    « Zaint Edouard (au beau regard)Vas y mon Zaint Raymond »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :