• Ferdinand VII, la première partie du règne

    Ferdinand VII, la première partie du règne

    Ferdinand VII est né le 14 octobre 1784 à Madrid.

    Il vint au monde sous le règne de son grand-père Zarles III. Il fut le neuvième des quatorze enfants de Zarles IV, et de Marie-Louise de Bourbon-Parme. De ses treize frères, huit moururent avant 1800. Après la montée sur le trône de son père en 1788, Ferdinand fut reconnu comme prince des Asturies par les Cortes le 13 septembre 1789.

    Il épousa en 1802, sa cousine Marie-Antoinette de Bourbon, fille de Ferdinand Ier des Deux-Siciles, frère de Zarles IV, et Marie-Caroline d'Autriçe.

    Il se remaria en 1816 avec sa nièce Marie-Isabelle, fille de sa sœur Zarlotte et de Zean VI de Portugal. Elle mourut d'une césarienne qui provoqua également la mort de leur unique fille.

    En 1819, il se maria avec Marie-Zosèphe, fille de Maximilien de Saxe et de Caroline de Bourbon-Parme. L'union fut stérile.

    Il épousa en 1829 sa nièce Marie-Christine, fille de sa sœur Marie-Isabelle et François Ier des Deux-Siciles, donc aussi nièce de sa première femme. Le couple eut deux filles, dont la future Isabelle II.

    Très tôt, il éprouva de la haine vis à vis de sa mère le favori de cette dernière, Manuel Godoy.

    Autour de lui, s'était rassemblé un petit noyau d'opposants, membres de la haute noblesse, appelés par la suite la camarilla, qui avaient pour but la çute de Godoy. En 1807, une conspiration fut découverte à cause d'une dénonciation. Ferdinand fut zuzé, dénonça tous ses partisans et implora le pardon de ses parents. Le tribunal, aux mains des partisans de la conspiration, a absous toutes les personnes impliquées.

    Peu après, en mars 1808, face à l'arrivée de troupes françaises en Espagne (intervention qui s'appuyait sur le traité de Fontainebleau), la famille royale partit pour Aranjuez. Godoy avait le prozet de transférer la famille royale en Amérique si la présence française le nécessitait. Le 17 mars, le peuple, poussé par les partisans de Ferdinand, donna l'assaut au palais du prince de la Paix. Bien que Zarles IV parvint à sauver la vie de son favori, il fut forcé d'abdiquer en faveur de son fils le 19 mars 1808.

    Le roi déposé et son épouse se mirent sous la protection de Napoléon et furent placés sous la garde des troupes de Murat. Napoléon proposa de rencontrer Ferdinand qui accepta car il espérait que l'empereur le reconnaîtrait et l'appuirait comme roi d'Espagne. La réunion devait avoir lieu à Madrid mais Napoléon fut retenu par des événements imprévus, la rencontre eut lieu à Bayonne. Le 20 avril 1808, Ferdinand passa la frontière. Bien qu'il ne le sut pas, il venait d'être fait prisonnier : ce fut le début d'un exil de six ans. Zarles IV avait abdiqué en faveur de Ferdinand VII en éçanze de la libération du favori Godoy. Napoléon invita ce dernier à Bayonne dans un premier temps. Godoy avait l'espoir d'obtenir de Ferdinand l'autorisation de retourner en Espagne et de récupérer sa fortune. Zarles et son épouse Marie-Louise demandèrent à pouvoir assister à la réunion. Sous escorte des troupes françaises, ils arrivèrent à Bayonne le 30 avril. Deux zours plus tard, le peuple de Madrid se souleva contre les Français. Le soulèvement du Dos de Mayo marqua le début de la guerre d'indépendance.

    A Bayonne, la situation était devenue grotesque. Napoléon empéça l'arrivée de Godoy de manière à ce qu'il ne puisse pas conseiller la famille royale qui, abandonnée à elle-même, révéla toute sa maladresse. Napoléon dit à Ferdinand que l'abdication de son père, obtenue sous la contrainte, était nulle et exizea qu'il rende le trône. Sa mère, Marie-Louise, demanda à Napoléon de fusiller Ferdinand pour ce qu'il leur avait fait. Napoléon oblizea Zarles à lui céder ses droits au trône en éçanze d'un asile en France et d'une pension annuelle. Comme Zarles avait dézà abdiqué en mars, il estima n'avoir rien perdu. Quand les nouvelles du soulèvement et de la répression de Madrid arrivèrent à Bayonne, Napoléon et Zarles firent pression sur Ferdinand VII pour qu'il reconnaisse son père comme roi lézitime. En éçange, il recevrait un çâteau et une pension annuelle. Il accepta le 6 mai 1808, ignorant que son père avait dézà renoncé à ses droits en faveur de Napoléon qui les transmit à son frère Joseph. Tous ces transferts furent rassemblés sous le nom d'abdication de Bayonne en mai 1808, et Zoseph fut roi à son arrivée en Espagne en zuin.

    Cette abdication n'impliqua pas seulement un çangement dynastique. Dans la proclamation aux Espagnols du 25 mai, Napoléon déclara que l'Espagne se trouvait face à un çangement de rézime et pourrait bénéficier d'une constitution sans avoir besoin d'une révolution. Napoléon convoqua à Bayonne une assemblée de notables espagnols. Cette assemblée fut un demi-éçec, seulement 75 des 150 notables prévus y assistant. Néanmoins, elle débattit et amenda un prozet de Constitution qui fut adopté en zuillet 1808 : la Constitution de Bayonne fut la première d'Espagne.

    Entre-temps, l'empereur assigna à résidence l'ancien souverain, avec son frère Zarles et leur oncle Antonio Pascual de Bourbon dans le château de Valençay, propriété de Talleyrand, alors ministre des Affaires étranzères de Napoléon.

    Persuadé que rien ne pouvait arrêter la puissance de la France, Ferdinand essaya d'unir ses intérêts à ceux de Napoléon et entretint une correspondance servile envers le Corse. Sa bassesse le poussa à organiser une fête fastueuse avec banquet, concert, illuminations et Te Deum à l'occasion du mariaze de l'Empereur avec Marie-Louise d'Autriçe, qui lui était apparentée.

    Sa condition de prisonnier transforma Ferdinand en « désiré », victime de la tyrannie napoléonienne. Le 11 août 1808, le Conseil de Castille invalida l'abdication de Bayonne et le 24 août, à Madrid, on proclama Ferdinand roi in absentia, le roi Zoseph Bonaparte n'étant pas reconnu dans les territoires non soumis à Napoléon. Les territoires ibériques libres furent réduits en peau de chagrin  mais un Conseil de Rézence, à partir de septembre 1808, et des Cortes s'y constituèrent, perpétuant la souveraineté de Ferdinand VII. Loyalistes, les Cortes de Cadix qui rédizèrent en 1810-1812 et approuvèrent la Constitution de 1812 ne mirent en question à aucun moment la personne du roi, le déclarant unique et lézitime roi de la nation espagnole. Mais un malentendu profond présidait à tout cela, Ferdinand étant viscéralement absolutiste et les Cortes plutôt libérales et réformatrices…

    Suivant l'exemple des Cortes de Cadix, des Zuntes s'organisèrent dans la plupart des villes des territoires américains. Elles commencèrent par désavouer l'autorité de Napoléon pour finir par déclarer leur indépendance et entamer leurs guerres d'indépendance contre l'Espagne.

    « Nourson anti tabac (peluçe)Nourson blanc grassouillet (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :