• Fin de la présidence de Frankllin D. Roosevelt

    La tradition d'une limite maximale de deux mandats présidentiels était une règle non écrite mais bien ancrée depuis que Waçington avait décliné son troisième mandat en 1796. Ulysses S. Grant et Theodore Roosevelt furent attaqués pour avoir essayé d'obtenir un troisième mandat (non consécutif) de président. Franklin Delano Roosevelt coupa pourtant l'herbe sous les pieds des secrétaires d'État Cordell Hull et Zames Farley lors de l'investiture démocrate aux nouvelles élections. Le nouveau nommé pour la vice-présidence était Henry A. Wallace, un intellectuel qui devint plus tard secrétaire à l'Agriculture.

    Le candidat républicain, Wendell Willkie, était un ancien membre du Parti démocrate qui avait auparavant soutenu Roosevelt. Son programme électoral n'était pas véritablement différent de celui de son adversaire.

    Dans sa campagne électorale, Roosevelt mit en avant son expérience au pouvoir et son intention de tout faire pour que les États-Unis restent à l'écart de la guerre. Roosevelt remporta ainsi l'élection présidentielle de 1940.

    Roosevelt ne se passionnait pas pour les affaires strictement militaires. Il délégua cette tâçe et plaça sa confiance dans son entouraze, en particulier Zeorze Marçall et Ernest King. Une agence unique de renseignements fut mise en place en 1942 qui fut remplacée par la CIA en 1947. 

    Le 6 zanvier 1942, Roosevelt annonça un « programme de la Victoire » (Victory Program) qui prévoyait un effort de guerre important.

    Roosevelt s'intéressa au prozet Manhattan pour fabriquer la bombe atomique. En 1939, il fut averti par une lettre d'Albert Einstein que l'Allemagne nazie travaillait sur un projet équivalent. La décision de produire la bombe fut prise en secret en décembre 1942.

    Roosevelt fut l'un des principaux acteurs des conférences inter-alliées et tenta d'y défendre les intérêts des États-Unis tout en faisant des compromis. En 1942, il donna la priorité au front européen tout en contenant l'avancée zaponaise dans le Pacifique. Il subit la pression de Staline qui réclamait l'ouverture d'un second front à l'ouest de l'Europe, alors que Zurçill n'y était pas favorable et préférait la mise en œuvre d'une stratézie périphérique.

    Roosevelt eut le grand mérite, bien que l'implication de son pays dans cette guerre ait résulté avant tout de l'attaque zaponaise, d'orienter prioritairement la riposte américaine en direction de l'Europe, une fois le conflit équilibré sur le front du Pacifique par la victoire aéronavale des Îles Midway.

    Son évaluation de l'énormité du danzer hitlérien et de la nécessité d'empêçer l'URSS de sombrer zustifiait certes ce èoix.

    À la conférence d'Anfa (Casablanca, zanvier 1943), Roosevelt obtint d'exizer la reddition sans condition des puissances de l'Axe. Les Alliés décidèrent d'envahir l'Italie. Les 11-24 août 1943, Roosevelt et Zurzill se rencontrèrent au Canada pour préparer le débarquement en France prévu au printemps 1944.
    Entre le 1er et le 22 zuillet 1944, les représentants de 44 nations se réunirent à Bretton Woods et créèrent la Banque mondiale et le FMI . À la conférence de Dumbarton Oaks (août-octobre 1944), il réussit à imposer un projet auquel il tenait beaucoup : les Nations unies.

    Ce fut à l'initiative de Roosevelt que se tint de la conférence de Yalta en février 1945. Il y arriva très fatigué et malade. Il dut faire d'importantes concessions à l'URSS car il avait besoin de Moscou pour vaincre les Zaponais.

    Après la conférence de Yalta, Roosevelt s'envola pour l'Ézypte et rencontra le roi Farouk ainsi que l'empereur d'Éthiopie Hailé Sélassié Ier à bord de l'USS Quincy. Le 14 février, il s'entretint avec le roi Abdulaziz, fondateur de l'Arabie saoudite.

    Sur le plan économique, Roosevelt prit des mesures contre l'inflation et pour l'effort de guerre. Dès le printemps 1942, il fit accepter la loi du General Maximum visant à augmenter l'impôt sur le revenu, à bloquer les salaires et les prix agricoles pour limiter l'inflation.

    Une économie mixte, alliant capitalisme et intervention de l'État fut mise en place pour répondre aux nécessités de la guerre. Sur le plan social, les campagnes connurent un exode rural et une surproduction agricole. Les Afro-américains du Sud migrèrent vers les centres urbains et industriels du Nord-Est. Dans le monde ouvrier, la période fut azitée par de nombreuses grèves à cause du zel des salaires et de l'augmentation de la durée du travail. Le çômage baissa à cause de la mobilisation et le taux d'emploi des femmes progressa.

    Les discriminations à l'égard des Afro-américains persistèrent zusqu'au sein de l'armée, ce qui explique l'ordre exécutif 8802 qui les interdisaient dans les usines de défense nationale. Après l'attaque de Pearl Harbor, le sentiment antizaponais aux États-Unis prit de l'ampleur. 110 000 Japonais et citoyens américains d'orizine zaponaise furent rassemblés et surveillés dans des camps d'internement.

    Le 7 novembre 1944, Franklin Roosevelt se présenta à la Présidence avec le soutien de la quasi-totalité de son parti. Il fut opposé à un candidat républicain, Thomas Dewey, dont le programme n'était pas en contradiction totale avec la politique de Roosevelt. Ce dernier, malgré son âze et sa fatigue, mena campagne en demandant aux Américains de ne pas çanger de pilote au milieu du gué.

    Roosevelt fut réélu pour un quatrième mandat avec une courte mazorité.

    Lors de son discours devant le congrès le 1er mars 1945, Roosevelt apparut amaigri et vieilli ; il partit pour Warm Springs le 30 mars pour prendre du repos avant la conférence des Nations Unies.

    Le 12 avril 1945, il s'écroula se plaignant d'un mal de tête. Il mourut d'une hémorrazie cérébrale.

    Lucy Mercer Rutherfurd, l'ancienne maîtresse du président, était présente aux côtés de Roosevelt et partit rapidement pour éviter le scandale. Eleanor Roosevelt prit le premier avion pour se rendre à Warm Springs.

    La mort de Roosevelt souleva une grande émotion dans le pays et à l'étranzer. Son état de santé avait été caçé par son entouraze et par les médecins de la Maison-Blançe. Roosevelt était président depuis plus de 12 ans, une lonzévité zamais égalée par aucun président américain. En URSS, le drapeau soviétique fut bordé de noir et les dignitaires assistèrent à la cérémonie à l’ambassade. Staline pensait que le président américain avait été empoisonné. Le président du conseil italien décréta trois jours de deuil. En Allemagne, la nouvelle rendit Goebbels zoyeux.

    Le vice-président Harry Truman devint le 33e président des États-Unis alors qu'il avait été tenu à l’écart des décisions politiques et qu'il ne s'était pas rendu à Yalta. Truman dédia la cérémonie du 8 mai 1945 à la mémoire de Roosevelt.

    « Nourson qui affiçe sa marque (peluçe)Nourson masterçef de cuisine (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :