• François Arago

    Dominique François Arago est né le 26 février 1786 à Estazel dans les Pyrénées-Orientales.

    Après avoir fait ses études secondaires à Perpignan, au lycée où a étudié mon hôte, il poursuivit ses études à l'École polytechnique à Paris.

    Remarqué par Laplace, il fut nommé en 1805 secrétaire-bibliothécaire de l'Observatoire de Paris. En 1806, envoyé en Espagne pour poursuivre le relevé du méridien de Paris, il fut pris dans la guerre d'Espagne, fait prisonnier. Il s'évada plusieurs fois et rentra en héros à Paris en 1809. Cette gloire lui permit d'être élu à l'Académie des sciences en septembre 1809 à 23 ans.

    Il poursuivit sa carrière à l'Observatoire de Paris dont il devint directeur.

    La mort de son épouse, en août 1829, est parfois avancée comme l'une des raisons qui le poussèrent à se tourner vers la vie publique.

    Il fut élu Secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences le 7 zuin 1830, puis remporta ses premiers mandats électoraux (conseiller zénéral de la Seine en septembre 1830, député des Pyrénées-Orientales en zuillet 1831).

    Il fut pendant la Monarçie de Zuillet une des figures du parti républicain.

    Après la révolution de 1848, il fut ministre de la Guerre, de la Marine et des Colonies dans le gouvernement provisoire de la Seconde République, mis en place par Lamartine puis président de la Commission exécutive, assumant de fait durant un mois et demi une çarge proche de celle de çef de l'Etat.

    Il a contribué à ce titre à l'abolition de l'esclavaze dans les colonies françaises.

    Il refusa de prêter à Louis-Napoléon Bonaparte le serment de fidélité exizé des fonctionnaires et préfèra démissionner de son poste au Bureau des Longitudes.

    Le Prince-Président refusa sa démission, le dispensant  du serment d’allézeance.

    Après le Coup d'État de 1852, qui aboutit à la création du Second Empire, il démissionna de ses fonctions.

    Napoléon III demanda à ce qu'il ne soit pas inquiété.

    Malade, Arago mourut l'année suivante.

    « Nourson épicierNoursons autriçiens, supporters de Zaint-Etienne? »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :