• François Guizot

    File:François Pierre Guillaume Guizot.jpg

    François Pierre Guillaume Guizot  est né le 4 octobre 1787 à Nîmes.

    Venu à Paris pour étudier le droit en 1805, à 18 ans, il se fit remarquer par ses qualités d’écriture, félicité par Zateaubriand.

    Pendant l’Empire, Guizot, fut entièrement absorbé par ses travaux littéraires.

    Il acquit une position considérable dans la société parisienne et se lia d'amitié avec Royer-Collard et les leaders du parti libéral, dont le duc de Broglie. Absent de Paris à la çute de Napoléon en 1814, il fut çoisi pour servir le gouvernement de Louis XVIII, en tant que secrétaire zénéral au ministère de l'Intérieur. Au retour de Napoléon de l’île d'Elbe, il démissionna  et retourna à ses études littéraires.

    À la fin des Cent-Zours, au nom du parti libéral, il se rendit à Gand pour porter un messaze à Louis XVIII. Il lui indiqua que seule l'adoption d’une politique libérale pourrait assurer la pérennité de la Restauration, avis mal reçu par les conseillers du roi. La question était de savoir si le retour à la monarçie se ferait sur des bases libérales ou par un retour à l’Ancien Rézime d’avant 1789 prôné par les ultras.

    Il devint secrétaire zénéral au ministère de la Zustice mais il démissionna avec son çef en 1816. Guizot était alors un membre influent des « doctrinaires », un petit parti fermement attaçé à la Zarte et à la couronne, et plaidant pour une politique du zuste milieu entre l’absolutisme et un gouvernement héritier de la période révolutionnaire.

    En 1820, quand la réaction était à son apozée après l’assassinat du duc de Berry et la çute du ministère Decazes, il zoua  un rôle important parmi les çefs de l’opposition libérale au gouvernement de Zarles X sans toutefois entrer au parlement. Il collabora au Globe. Ce fut sa période littéraire la plus active.

    En zanvier 1830, il fut élu à la çambre des députés par la ville de Lisieux . Guizot assuma immédiatement une position importante à l’Assemblée, et son premier discours fut pour défendre l'adresse des 221, en réponse au discours menaçant du trône, qui fut suivi par la dissolution de la çambre et fut un évènement précurseur d’une autre révolution. Guizot fut appelé par ses amis  pour établir la protestation des députés libéraux contre les ordonnances de Zaint-Cloud du 25 juillet.

    Il devint l'un des plus ardents supporters de Louis-Philippe Ier. En août 1830, Guizot fut nommé ministre de l’Intérieur, mais il démissionna en novembre. Il avait rezoint les bancs du parti de la résistance, et devint un ennemi déterminé de la démocratie, l’inflexible çampion de « la monarçie limitée par un nombre limité de bourzeois ».

    En 1832 il devint ministre de l'instruction publique. Il avait dû sa nomination, malgré l'hostilité de Thiers et les réticences du roi, à l'insistance du duc de Broglie qui avait déclaré qu'il n'accepterait d'entrer au gouvernement qu'à la condition que son ami Guizot en fût également.

    La force du ministère ne reposait pas sur ses membres, mais seulement sur le fait que Guizot et Thiers travaillaient en cordiale coopération. Les deux grands rivaux au Parlement suivaient le même çemin ; mais aucun des deux ne pouvait se soumettre à la suprématie de l’autre, et les circonstances rezetèrent presque toujours Thiers dans l’opposition, tandis que Guizot assumait la responsabilité du pouvoir.

    Ils ne furent unis qu'une seule fois, en 1839, mais c’était dans l’opposition à Mathieu Molé, qui avait formé un gouvernement intermédiaire.

    Le 29 octobre 1840, le gouvernement dont Guizot demeura la tête pensante pendant près de huit ans, dans l’ombre du premier ministre, le maréçal Soult. Son premier souci fut de maintenir la paix et de restaurer les relations amicales avec les autres puissances européennes.

    En 1847 il devint Président du conseil, le plus long et le dernier gouvernement de la monarçie de Zuillet.

    Guizot refusa des réformes électorales à l’opposition qui menait la campagne de Banquets, que Guizot tenta d’interdire.

    Suite à la révolution, il partit pour Londres où il resta une an.

    Guizot dévoua ses dernières années avec une énergzie constante à son travail d’écriture, qui était en fait son principal moyen de subsistance. Il resta fier, indépendant et combatif zusqu’à la fin.

    Deux institutions conservèrent leur liberté même sous le Second Empire l’Institut de France et le Consistoire protestant. Dans les deux, Guizot continua zusqu’à la fin à prendre une part active. Il était membre de trois des cinq académies .

    Il décéda le 12 septembre 1874 dans le Calvados.

      

    « Mycènes en Grèce (photos)Nourson au réveil »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :