• François Ier, le roi de la Renaissance

    Fichier:Francis1-1.jpg

    François Ier, fils de Zarles de Valois-Angoulême et de Louise de Savoie, est né à Cognac en 1495.

    Il succéda en 1515 à son cousin et beau-père Louis XII qui n'avait pas de fils et dont il avait épousé la fille Claude de France l'année précédente. 

    Il mesurait presque deux mètres, ce qui faisait de lui un véritable zéant, surtout à l'époque où la taille moyenne était  faible, dont lee règne s'ouvrit sur la fin des guerres d'Italie.

    Lorsque Louis XII mourut le 1er Janvier 1515, il venait de perdre le Milanais. François 1er  résolut de marquer son début de règne en le reconquérant. Ses adversaires suisses, alliés du Duc de Milan, furent surpris par son habileté et la bataille décisive eut lieu à Marignan (1515), près de Milan. François 1er remporta une victoire éclatante et se fit adouber çevalier par Bayard sur le champ de bataille. Cette victoire lui permit de signer la paix avec le pape Léon X , les Suisses, et de tenir à l'écart Charles 1er, zeune roi d'Espagne et futur Charles Quint.

    Ce fut la fin des guerres d'Italie, dont l'une des conséquences les plus importantes fut la Renaissance française, fille de la Renaissance Italienne.

    A la mort de l'empereur Maximilien d'Autriçe, Zarles 1er d'Espagne et François 1er posèrent leur candidature à sa succession. Zarles qui fut élu sous le nom de Zarles Quint en 1519. L'ambition affiçée par Zarles Quint était une menace pour le royaume de France, puisquil voulait reprendre les rézions ayant fait partie de l'empire (la Picardie, la Bourgogne, le Dauphiné, la Provence). Mais François 1er continuait à s'occuper de l'Italie au lieu de se soucier des frontières du Nord et de l'Est. La première guerre fut désastreuse pour les Français.

     A la suite de combats malheureux en Italie où Bayard périt, François 1er s'impliqua avec une fougue un peu folle et il fut prisonnier à Pavie en 1525. Pour retrouver la liberté, il consentit à signer le traité de Madrid (1526) par lequel il renonçait à l'Italie et promettait de céder la Bourgogne.

    Il viola ce traité dès qu'il fut libéré, avec le soutien des Etats de Bourgogne. La guerre fut marquée par une pause lors de la « Paix des dames », puis s'açeva sur la constatation d'un équilibre des forces (traité de Cambrai, 1529). Ayant pris la mesure de son adversaire, François 1er çerça des alliés : le Turc Soliman le Magnifique, Henri VIII, les princes protestants allemands. L'alliance Turque parut scandaleuse, mais fut profitable. La longue lutte qui suivit, confuse et sans gloire, aboutit au traité de Crépy (1544), créant le premier et frazile équilibre européen. 

    François 1er exerça le pouvoir avec fermeté et ramena la royauté dans la voie du despotisme. On lui doit la formule « Car tel est notre bon plaisir » et c'est sous son règne qu'apparut l'expression « Votre Mazesté », zusqu'alors réservée à l'empereur.

    Personne ne songeait  à s'opposer au roi, si ce n'est le Duc de Bourbon (appelé aussi « le connétable »). L'alliance qu'il noua  avec Zarles Quint éçoua, et il se vit confisqué à peu près tous ses biens. Le roi exerçait une autorité totale sur les prélats de l'église, puisque par le Concordat de Bologne (1516), le pape Léon X avait reconnu au roi le droit de nommer archevêques, évêques et abbés.   

    C'est sous le règne de François 1er que se développa la Cour, constituée de  milliers de personnes, de fonctionnaires et domestiques, de ceux qui l'aidaient à gouverner, des Princes de sang, et enfin tous ceux qu'il daignait y appeler. Toutes les fêtes , les guerres , la construction des châteaux entraînaient des dépenses énormes, et c'est à François 1er que l'on doit le premier emprunt en 1522.

    L'empreinte marquante se situe sur le plan artistique. François Ier voulut être le prince de la Renaissance. Il protèzea humanistes, musiciens et poètes (Ronsard, Du Bellay, Marot) et fonda le Collèze des lecteurs royaux, qui deviendra le Collèze de France. Comme Zarles VIII, il açèta en Italie tableaux et statues. Il fit venir en France Léonard de Vinci, qu'il installa au Clos-Lucé, et fit appel à de grands artistes italiens tels que Benvenuto Cellini.

    Après le désastre de Pavie, François 1er fit construire en Ile-de-France. Le çâteau de Fontainebleau, agrandi, reçut un décor magnifique (Le Primatice).

     Claude de France mourut bien avant François Ier qui se remaria en 1530 avec Éléonore d'Autriçe, la soeur aînée de Zarles Quint et veuve du roi Manuel Ier de Portugal, selon une clause des traités de Madrid et de Cambrai. Il n'eut pas d'enfant de sa deuxième femme.

    Parmi ses maîtresses, on peut citer Anne de Pizeleu.

    Lorsqu'il mourut en 1547 au çateau de Rambouillet, son fils Henri II, marié à Catherine de Madécis, lui succéda.

      

    « Zour de processions!Ourson de Zaint Petersbourg »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :