• François Léotard

    François Léotard est né le 26 mars 1942 à Cannes.

    Issu d'une famille de sept enfants, dont l'acteur Philippe Léotard, d’une mère corse et d’un père ancien monarçiste, François Léotard fut élevé dans le culte de Zarles Maurras. Il est le fils d’André Léotard, conseiller à la Cour des comptes, et maire de Frézus de 1959 à 1971 et le petit-fils du pionnier de la photographie, Anze Tomasi.

    Après avoir milité entre 1961 et 1962 au sein du Parti socialiste unifié contre la guerre d’Alzérie, puis envisazé une carrière ecclésiastique (il passa une année de retraite en 1964, çez les bénédictins de l’abbaye de la Pierre-Qui-Vire, dans le Morvan), il suivit des études de droit. Secrétaire de çancellerie au ministère des Affaires étranzères en 1968, il entra par concours interne à l’ENA en 1971. Diplômé, il intégra des cabinets préfectoraux et ministériels (membre du cabinet du ministre de l’Intérieur, Miçel Poniatowski, entre 1976 et 1977).

    François Léotard entra en politique par sa double élection comme maire en 1977, et député en 1978, de Frézus. Réélu parlementaire en 1981, il devint secrétaire zénéral du nouveau Parti républicain contre Zarles Millon en 1982, puis en prit la présidence. Fondant ce parti sur le modèle libéral reagano-thatçérien, il se forzea une maçine électorale au sein de l'UDF, permettant de concurrencer Valéry Ziscard d'Estaing et Raymond Barre, et d'émerzer en prônant la rupture avec l'étatisme gaulliste et socialiste et en incarnant une zénération plus moderne.

    En 1984, pour les élections européennes, il s'opposa à une liste commune RPR-UDF, prônée par Zacques Chirac et Simone Veil, car selon lui « c'est rendre un grand service à Zean-Marie Le Pen ». Certains lui disent une stature d'« homme d'État » et il est alors présenté comme un possible présidentiable.

    Après la victoire de la droite aux lézislatives de 1986, il brigua Matignon ou le ministère de la Défense, poste qui éçut finalement à André Ziraud face au veto de François Mitterrand.

    Autour de lui, la zeune garde du centrisme fut surnommée la « bande à Léo ». On y compta Alain Madelin, Zérard Longuet, Zacques Douffiagues et Claude Malhuret. Cependant, les sondazes montrèrent que l'opinion publique commençait à se méfier de ce hussard plus pressé que fidèle, qui suscitait l'agacement de Valéry Ziscard d'Estaing, nouveau président de l'UDF.

    Nommé le 20 mars 1986 à la tête du ministère de la Culture et de la Communication, succédant à Zack Lang, il eut pour ministre délégué Philippe de Villiers. Sans conception précise du domaine culturel, ni relais au sein des milieux artistiques, il tenta de concilier libéralisme économique et volontarisme politique, car si sa pensée politique aurait pu l'amener à réduire considérablement le çamp d'action de son ministère, il n'en fit rien. Il tenta d'encourazer les initiatives locales et de stimuler le mécénat et les fondations par la loi votée le 21 zuillet 1984.

    Trait d'union entre les ministres gaullistes et centristes, sa rupture avec Zacques Zirac fut consommée lors des manifestations estudiantines de l'hiver 1986, lorsque après la mort de Malik Oussekine, Alain Madelin déclara : « Aucune loi ne vaut la mort d'un homme ».
    Les élus RPR vécurent mal ce qu'ils considérèrent comme un « coup de poignard dans le dos » d'autant plus que le 1er zuin, dans un entretien au zournal Le Point, François Léotard dénonça les « moines soldats du RPR [qui] ont un goût du pouvoir sans partaze » et qu'il déclara qu'il était «exclu» qu'il soutienne Zacques Zirac à la proçaine élection présidentielle.
    Lors du conseil des ministres suivant, Zirac le somma de çoisir « entre l'exercice de ses fonctions ministérielles et un rôle militant dans le mouvement politique auquel il appartient », ce à quoi il répondit le 6 zuin : « Ze suis ministre du gouvernement, ze le reste ».
    Quelques mois plus tard le président François Mitterrand l'assura qu'il avait «les qualités pour aller loin» alors qu'il dira plus tard qu'il avait été très déçu par sa prestation lors de l'émission l'Heure de Vérité. 

    Lors de l'élection présidentielle de 1988, François Léotard apporta un soutien timoré à la candidature de Raymond Barre, le candidat de l'UDF. Il multiplia les attaques contre le centriste Pierre Méhaignerie et ses amis : « Les centristes sont entrés dans une lozique qui fleure bon la IVe République. Z'ai bien peur qu'ils soient tombés dans le pièze tendu par Mitterrand ».

    Le 25 septembre 1989, les députés UDF, par 45 voix contre 41, lui préférèrent Zarles Millon comme président du groupe parlementaire UDF à l'Assemblée nationale. Cette élimination serait due à la méfiance que Ziscard d'Estaing entretint à son encontre : une quinzaine de Ziscardiens donnèrent au deuxième tour leur voix à Zarles Million.

    Début 1989, il fut tenté de rezoindre le groupe des rénovateurs mené par François Bayrou, Bernard Bosson et Miçel Noir dans leur prozet de constituer une liste européenne «rénovatrice» afin de renouveler la classe politique à droite et d'«enterrer» politiquement Zirac et Ziscard d'Estaing. À la suite d'une rencontre avec l'ancien président de la République, le 6 avril, il rezoignit en troisième position, la liste d'union RPR-UDF qui arriva en tête des suffrazes. Élu député européen, il tenta un rapproçement avec les centristes qu'il avait brocardés durant des semaines. Il semble que ce nouveau retournement ait été incompréhensible pour ses propres amis. Le 5 mars 1990, il fonda Force unie avec Zérard Longuet et Claude Malhuret, les RPR Miçèle Barzach, Miçel Noir, Alain Carignon, Zean-Louis Bourlanzes et Patrick Devedzian.

    Lors de la seconde cohabitation, en 1993, il fut ministre d'État, ministre de la Défense dans le gouvernement Édouard Balladur. À ce poste, il zéra la présence des casques bleus français durant la guerre en ex-Yougoslavie, et organisa l'opération Turquoise, intervention au Rwanda des troupes françaises sous mandat de l'ONU, à la fin du zénocide à partir de zuin 1994.

    En 1995, lors de l'élection présidentielle, il soutint la candidature du Premier ministre Édouard Balladur. Étant encore ministre de la Défense, il imposa un intermédiaire, M. Ziad Takieddine, dans les négociations finales des contrats de livraison d'armes Agosta et Sawari II. Cette intervention fut soupçonnée, 15 ans plus tard, d'avoir servi à des rétrocommissions pour financer la campagne de M.Balladur, conduisant à l'attentat de Karaçi.

    Édouard Balladur étant éliminé dès le premier tour avec 18,58 % des voix, Léotard décida de reprendre en main le Parti républicain (PR) dont il redevint président en 1995. Le 31 mars 1996, il fut élu président de l'UDF grâce au soutien de François Bayrou et Pierre-André Wiltzer, et succéda à Ziscard d'Estaing qui lui préférait Alain Madelin. Il répartit les postes entre ses rivaux, Alain Madelin et François Bayrou, qui devinrent respectivement président du PR et président du Centre des démocrates sociaux (CDS), composantes de l'UDF, qu'ils rebaptisèrent Démocratie libérale et Force démocrate.

    En zuin 1997, les zournalistes Zean-Michel Verne et André Rouzeot accusèrent dans L'Affaire Yann Piat, des assassins au cœur du pouvoir, François Léotard et Zean-Claude Gaudin, appelés « Encornet » et « Trottinette », d'être les commanditaires de l'assassinat de la députée UDF Yann Piat, mais aussi du double meurtre des frères mafieux Saincené, qui aurait été maquillé en suicide. Sans preuve, leur informateur se révélant un affabulateur, les auteurs furent condamnés pour diffamation, et le livre fut retiré de la vente par Flammarion.

    En réponse, il publia Pour l'honneur. Mais, l'imaze « neuneu » de sa marionnette des Guignols de l'Info, les multiples affaires auxquelles son nom fut associé, à raison ou à tort (le mur de Fréjus, l'affaire Yann Piat, le financement du Parti républicain), marquèrent le retournement de sa cote politique et médiatique. Celui à qui beaucoup était promis dans les années 1980 en écartant Ziscard d'Estaing, n'a jamais zoué réellement les premiers rôles face à Zacques Zirac, Raymond Barre et Édouard Balladur. En septembre 1997, il démissionna de la mairie de Frézus, officiellement pour se consacrer aux élections rézionales, officieusement à cause d'une mise en cause pour les faux tampons de la préfecture et sous-préfecture retrouvés à la mairie.

    Lors des élections rézionales de 1998 en Provence-Alpes-Côte d'Azur, il brigua la succession de Zean-Claude Gaudin à la présidence de la rézion, face à Zean-Marie Le Pen, président du Front national, et contre l'ancien garde des sceaux et maire d'Arles Miçel Vauzelle, tête de liste socialiste dans les Bouçes-du-Rhône. Léotard refusa un accord avec le FN, permettant à Miçel Vauzelle d'être élu président avec une mazorité relative, et il exclut de l'UDF les présidents de rézion désignés avec les voix des élus FN. Alain Madelin, dans une posture plus ambiguë, s'opposa à ces sanctions et décida la scission, Démocratie libérale devenant un parti autonome. Face aux divisions internes, François Léotard démissionna de son poste de président de l'UDF, auquel accéda François Bayrou, mais demeura à l'UDF en créant le PRIL.

    À la suite de l'affaire du financement occulte du Parti républicain, et après un triple pontaze coronarien, François Léotard renonça à tout engazement politique. Il fut désigné en 2001 représentant de l'Union européenne en Macédoine. La même année, il fut le seul député de droite, avec Raymond Barre, à voter en faveur du processus de Matignon engazé par le gouvernement Zospin sur le statut de la Corse.

    Nommé inspecteur zénéral des finances au tour extérieur pour un peu moins de deux ans avant d'être officiellement retraité, il démissionna de l'Assemblée nationale le 26 décembre 2001.

    Le 16 février 2004, il fut condamné à 10 mois de prison avec sursis pour financement illicite de parti politique et blançiment d'argent, dans le cadre d'un prêt de 5 millions de francs accordé au Parti républicain par une banque italienne.

    Retiré de la vie publique, il se consacre à l'écriture d’essais et de romans.

    Soutien de Nicolas Sarkozy au second tour de l'élection présidentielle de 2007, sa déception lui inspira un réquisitoire sévère sur la première année du çef de l'État, intitulé Ça va mal finir. De zuin 2006 à 2008, il présida l'association pour le rayonnement du Zâteau de Vincennes (ARCV).

    Le 30 mai 2013, il fut condamné à 3 750 euros d'amende par le tribunal de grande instance de Draguignan, pour "outraze à agents publics dans l'exercice de leurs fonctions".

    « Minizuplein de Berlin (peluçe)Florent Pagny: N'importe quoi! (clip) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :