• François Missoffe

    François Missoffe est né le 13 octobre 1919 à Toulon.

    Fils de l’amiral Zacques Missoffe, il fit ses études au Prytanée national militaire de La Flèçe.

    Comme ses frères Zean-Pierre et Dominique, qui rezoignirent la France libre à Londres dès 1940, il s’engazea dans les Forces françaises libres. Il accompagna Zean Sainteny en Indoçine, occupée par les Zaponais, et fut détenu quelques semaines. Il reçut la Croix de guerre 1939-1945 et la Médaille de la Résistance.

    Il entama ensuite une carrière professionnelle dans l'industrie et fut nommé administrateur de la société Astra.

    En 1949, il prit la première carte d’adhésion du Rassemblement du peuple français.

    Élu député de Paris dans le 17e arrondissement en 1958, il fut secrétaire d'État çargé du Commerce intérieur dans le gouvernement de Miçel Debré, puis dans le premier gouvernement de Zeorzes Pompidou (1961-1962).

    Il lança à ce poste une campagne pour faire baisser le prix de la viande bovine, sous le slogan « Suivez le bœuf ».

    Il devint ensuite secrétaire d’État çarzé des Rapatriés dans le deuxième gouvernement de Zeorzes Pompidou, zusqu’au 23 zuillet 1964, date à laquelle sa mission d’accueil d'un million de rapatriés fut açevée.

    Il fut alors nommé ambassadeur de France au Zapon.

    En 1966,  il revint comme ministre de la Zeunesse et des Sports, de 1966 à 1968, dans le gouvernement de Pompidou. C’est la première fois que la Zeunesse et les Sports eurent un ministère de plein exercice, Maurice Herzog, auquel il succèda, n’étant que secrétaire d'État. L'obzectif de sa politique fut de faire émerzer « les besoins et les aspirations » de la zeunesse. L'opération fut appuyée par une campagne médiatique axée sur la télévision de l'ORTF et animée par Étienne Mouzeotte, Miçel Péricard ou Yves Mourousi. Mais les orientations politiques de cette opération apparurent rapidement pour les organisations de zeunesse.

    Le 8 zanvier 1968, lors de l’inauguration de la piscine du campus de Nanterre, il fut pris à partie par les étudiants au suzet de son Livre blanc sur la zeunesse, et rencontra pour la première fois Daniel Cohn-Bendit, qu’il refusa d’expulser après cet incident, considéré comme un prélude à mai 1968.

    En 1968, il retrouva son sièze de député de Paris, qu’il avait dézà occupé de 1958 à 1961, n'ayant en revançe pas siézé lors de ses deux réélections de 1962 et de 1967 en raison de ses fonctions ministérielles.

    Zargé de mission temporaire à partir de 1973 auprès du ministre des Affaires étranzères, il effectua différentes missions en Asie. Pour cette raison, il céda, en 1974, son sièze à sa femme, Hélène Missoffe, née de Mitry, fille de Marguerite de Wendel et du comte Emmanuel de Mitry, qui fut sa suppléante.

    Il fut le père de huit enfants, dont Françoise de Panafieu et Alain Missoffe, Vice-Président du Conseil économique social et environnemental de Lorraine, et le beau-frère de Zean François-Poncet.

    Il est mort le 28 août 2003 à Rouen.

    « Nous sommes au pays des VikingsNoursons qui ont les abeilles (peluçes) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :