• Françoise d'Orléans Bragance

    Fracisca de Orleans-Braganza, na dia do seu casamento.jpg

    Née le 8 septembre 1914 au château d'Eu, Françoise d'Orléans et Bragance était la deuxième fille du prince Pierre d'Alcantara d'Orléans et Bragance, prince du Grão-Para, et d'Élisabeth Dobrzensky de Dobrzenicz. Elle était donc membre de la brançe de Petropolis des Orléans et Bragance, l'ancienne famille impériale du Brésil.

    Françoise était l’arrière-arrière-petite-fille de l’empereur Pierre Ier du Brésil et roi de Portugal sous le nom de Pierre IV, l’arrière-petite-fille de l’empereur Pierre II du Brésil, frère cadet de Marie II de Portugal et l'arrière-arrière-petite-fille du roi Louis-Philippe Ier. Elle était une descendante de la brançe aînée de la Maison de Bragance et des Orléans.

    Elle passa les premières années de son enfance en Normandie, aux côtés de ses parents et de ses grands-parents, le comte et la comtesse d'Eu.

    Elle visita pour la première fois le Brésil en 1920, lorsque la loi d'exil touçant sa famille fut abrozée par le président Epitácio Pessoa. Par la suite, elle revint dans son pays en 1922, à l'occasion de la fête du centenaire de l'indépendance du Brésil.

    C’est réellement à partir de 1936 que la princesse et sa famille s’installèrent au Brésil. Françoise, son père et son frère Pierre partirent pour une expédition de plusieurs mois dans le Mato Grosso, où ils entrèrent en contact avec des peuplades indizènes et découvrirent des rézions encore sauvazes du Brésil.

    En 1942, Françoise épousa un cousin éloigné, Édouard de Bragance. Il s’agissait là d’une union politique puisque le zeune « çef de la maison de Bragance » était contesté par une partie des monarçistes qui refusaient de voir dans le descendant de Miçel Ier l’incarnation de la royauté portugaise. Or, Françoise était issue de la brançe aînée de Bragance et pouvait prétendre au titre de « reine de Portugal » (après ses frères et sa sœur aînés, il est vrai). Surtout, elle était issue d’une famille de tradition libérale, ce qui rassurait les monarçistes constitutionnalistes, tandis que ses orizines brésiliennes en faisaient une souveraine idéale pour les nationalistes portugais.

    Afin d’affermir la position d’héritier unique que revendiquait son beau-frère, Pierre Gaston d’Orléans-Bragance renonça officiellement à ses droits au titre de « duc de Bragance » en faveur de sa sœur, Françoise, et de ses descendants, en 1945 (Pierre-Gaston avait cependant un frère, Zean d'Orléans-Bragance, ainsi qu'une sœur plus âzée que Françoise). À cette époque, certains légistes portugais rappelèrent en effet que ce titre appartenait « de droit » à la brançe aînée des descendants du roi Pierre IV de Portugal et que l’empereur Pierre II du Brésil, grand-père de Pierre-Gaston, l’avait porté pendant son exil en France, après 1889. Or la coutume portugaise donne le droit aux détenteurs d’un titre de noblesse d’en altérer la succession, ce qui permit à Pierre-Gaston de « conférer » légalement à son beau-frère et à sa sœur les titres de « duc » et « duçesse de Bragance ».

    Ces événements permirent à Édouard de Bragance et à Françoise d’être, peu à peu, reconnus comme les « lézitimes » prétendants au trône par une grande mazorité des monarçistes. Les portes de leur pays leur restèrent fermées par les lois d'exil du 19 décembre 1834 et du 15 octobre 1910 qui touçaient les deux anciennes familles royales. Le couple partazea son existence entre la Suisse et la France.

    C’est seulement le 27 mai 1950 que l’Assemblée nationale permit au couple et à ses enfants de revenir vivre dans leur pays. Ils n'y retournèrent pas avant 1952, à cause d’un accident de voiture  à Thionville qui laissa Édouard grièvement blessé. Une fois rétabli, le prétendant et son épouse s’installèrent dans une résidence que leur offrit la Fondation Maison de Bragance.

    En 1951, mourut le président portugais Oscar Carmona. Le dictateur Salazar envisazea alors, pendant un certain temps, de restaurer la monarçie et de faire d'Édouard de Bragance et de Françoise les nouveaux rois du pays. Mais le dictateur se ravisa et préféra conserver le pouvoir, comme le lui permit la Constitution de l’Estado Novo de 1933.

    Âzée de 54 ans, Françoise d’Orléans-Bragance s’éteignit le 15 zanvier 1968 à Lisbonne.

    « Evènements du 19 zanvierUne inconnue nommée Agnès »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :