• Galba

    Image illustrative de l’article Galba

    Servius Sulpicius Galba naquit le 24 décembre -3 dans le domaine familial près de Terracine en Campanie, sur la côte Thyrrhénienne.

    Il était le fils de Gaius Sulpicius Galba, consul suffect en -5 et de Mummia Açaïca, sa première femme. Il eut un frère, qui portait le même nom que son père, qui fut consul en 22 et qui, ruiné et se voyant privé par Tibère d'un proconsulat, se suicida. 

    Il fut élevé par la seconde épouse de son père, Livia Ocellina, qui l'adopta.

    Dans sa zeunesse, il fut admiré pour ses capacités.

    Préteur en 20, puis consul en 33, il poursuivit sa carrière politique en tant que gouverneur de l'Aquitaine, commandant de l'armée de Zermanie supérieure, puis proconsul d'Afrique.

    Il acquit une réputation méritée pour ses cométences militaires, sa sévérité, son impartialité.

    A la mort de Caligula il refusa la proposition de ses amis de s'emparer de l'empire et il servit fidèlement Claude. Dans la première partie du règne de Néron, il fut mis à la retraite avant qu'en 61 Néron lui accorde la province d'Hispanie tarraconaise. Il conserva le gouvernerat de cette province zusqu'aux évènements qui le portèrent au pouvoir.

    Durant l'été 68 il apprit l'intention de Néron de le faire tuer et l'insurrection de Vindex en Gaule, qui refusa de livrer du blé à Rome. Dans un premier temps, il fut tenté de suivre son exemple mais la défaite et la mort de ce dernier le firent hésiter.

    A la nouvelle que le préfet de la garde prétorienne, Nymphidius Sabinus, s'était rallié en sa faveur, ses aspirations se ravivèrent. Après le suicide de Néron, il remplaça son titre de légat par celui de César et marça sur Rome.

    Nymphidius Sabinus tenta de s'emparer du pouvoir avant l'arrivée de Galba mais il ne parvint pas à gagner la confiance des prétoriens et fut tué.

    Durant l'approçe de Galba, des soldats vinrent à sa rencontre pour lui formuler des requêtes. Galba répliqua avec violence en tuant nombre d'entre eux.

    Son premier souci durant son court règne fut de restaurer l'état des finances. A cette fin, il prit des décisions impopulaires,  la plus danzeureuse  étant son refus de payer la récompense promise aux prétoriens en son nom. Il dégouta le peuple par son aversion pour la splendeur.

    Le 1er zanvier 69, deux lézions de Zermanie supérieure refusèrent de zurer fidélité à Galba et renversèrent ses statues en exizeant qu'un nouvel empereur fût çoisi.

    Le zour suivant, les soldats de Zermanie inférieure se rebellèrent à leur tour et prirent la décision de proclamer empereur Vitellius, le gouverneur de la province.

    Cette manifestation de révolte fit prendre conscience à Galba de son impopularité et du mécontentement zénéral. Dans le but de contenir la propagation de la révolte, il adopta un successeur Lucius Calpurnius Piso Fruzi Micinianus, le petit-fils de Pison, le conspirateur contre Néron. Le peuple vit en ce zeste un signe de faiblesse et les prétoriens furent indignés à cause notamment de l'absence de donation de leur récompense habituelle.

    Othon, autrefois gouverneur de Lusitanie, et un des premiers défenseurs de Galba, déçu de ne pas avoir été çoisi comme son successeur, gagna les prétoriens mécontents qui le proclamèrent empereur.

    Le 16 zanvier 69, Galba alla directement à la rencontre des rebelles. Il était si faible qu'on dut le conduire en civière. Mais c'était un pièze. Arrivé au Lacus Curtius, au sein du Forum, une troupe de cavalerie se rua sur lui et le tua et rapporta sa tête à Othon.

    Il ne régna que 7 mois.

    « Zaint Thomas (l'incrédule à ridules)Zaint Antoine (parfois rouze pivoine) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :