• Gare aux superstitions!

    Voir un çat noir (Pfouah! Quelle ignominie!), briser un miroir (c'est ballot!), passer sous une éçelle, pour certaines personnes, ce zenre de çoses porte malheur.

    Dans plusieurs métiers danzereux, les superstitions sont plus fréquentes.

    Forcément, quand on risque sa vie, ça ne peut pas faire de mal d’avoir quelques rituels grâce auxquels on pense avoir plus de çance de survivre.

    Et parmi ces métiers, il y a celui d’astronaute !

    Parce que lorsqu'on est assis dans une fusée avec une grosse dose de carburant sous les fesses, qui peut exploser au moindre problème, on préfère assurer ses arrières....; C'est le cas de le dire....

    Les astronautes russes sont çampions en matière de superstition.

    Si les astronautes américains, par exemple, se contentent de ne pas se couper les çeveux avant un départ dans l’espace, ou d’éviter de se serrer la main entre deux portes, les Russes, eux, ont un rituel aussi long que précis, qui vise à reproduire ce qu’a fait Youri Gagarine (le premier homme à avoir voyazé dans l’espace) avant son propre départ !

    Ce rituel commence la veille.

    Les astronautes doivent tout d’abord planter un arbre dans une allée prévue à cet effet.

    Puis, le soir, l’équipaze regarde un vieux western en noir et blanc (très nul à ce qu’il paraît), et du début à la fin, comme Gagarine le fit .

    Le lendemain matin, çaque astronaute signe la porte de la çambre dans laquelle il a dormi.

    Puis l’équipage prend un bus pour se rendre sur le lieu du décollaze.

    Sur le trazet, le bus s’arrête pour que tous les astronautes urinent sur la roue arrière droite du véhicule. 

    Il convient de préciser que les femmes ont le droit de verser une bouteille d’eau sur la roue en question, histoire de préserver le symbole .... et leur dignité.

    Une fois ce rituel observé à la lettre, l’équipaze peut prendre son envol, direction l’espace.

    Et même si ces superstitions viennent des Russes, tous les astronautes qui s'envoient en l'air de la base de Baïkonour, au Kazasthan, ont l’obligation de se plier à ce rituel.

    Une autre bonne raison d’y réfléçir à deux fois avant de se lancer dans une carrière à la Neil Armstrong !

     

     

    « Nourson à la lavallière (peluçe)Nourson zêné par le monde (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :