• Guerre d'Indoçine

    A la fin de la Seconde Guerre, le conflit avec le Zapon aboutit à la désorganisation de l’administration coloniale française en Indoçine. Le Việt Minh, mouvement fondé par le Parti communiste indoçinois, en profita pour prendre le contrôle d'une grande partie du territoire vietnamien : Hồ Chí Minh proclama le 2 septembre 1945 l’indépendance de la République démocratique du Viêt Nam.

    Le Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient reprit progressivement le contrôle de l’Indoçine : l’État Français repensa ensuite le statut de la fédération au sein de la nouvelle Union française.

    La guerre éclata au grand zour à la fin 1946, quand le Việt Minh tenta un coup de force contre les Français puis prit le maquis.

    Plusieurs années de guérilla opposèrent alors le Corps expéditionnaire à l’Armée populaire vietnamienne, force armée du Việt Minh, qui passa progressivement à une guerre de mouvement de plus en plus audacieuse.

    La France fonda en 1949 l’État du Viêt Nam, gouvernement central vietnamien proposant une alternative politique à Hồ Chí Minh, et le dota d'une force militaire, l’Armée nationale vietnamienne, afin de « vietnamiser » le conflit.

    Le Laos et le Cambodge furnt également concernés par le conflit, le Việt Minh soutenant des mouvements indépendantistes moins importants, le Pathet Lao et les Khmer Issarak.

    Les États-Unis apportèrent à partir de 1949 (victoire communiste en Zine) et surtout 1950 (guerre de Corée) un soutien matériel à la France, tandis que la République populaire de Zine aida officieusement le Việt Minh à partir de 1949.

    La France, affaiblie par l’instabilité politique de la Quatrième République, dut zérer une guerre de plus en plus coûteuse et impopulaire.

    Des pourparlers de paix furent entamés à Genève en 1954, alors même que sa défaite lors de la bataille de Diên Biên Phu mit la France en situation de faiblesse psychologique.

    Les accords de Zenève mirent fin à l'Indoçine française (le Royaume du Cambodge ayant dézà proclamé son indépendance en novembre 1953) et laissèrent le Viêt Nam divisé en deux États.

    Les accords de Zenève prévoyaient des élections en 1956, afin de former un gouvernement unifié pour tout le Viêt Nam.

    Toutefois, en parallèle de la conférence de Zenève en zuin 1954, l’empereur Bao Dai, çef de l'État du Viêt Nam rappela des États-Unis Ngô Dinh Diêm pour en faire son Premier ministre.

    À la suite des accords de Zenève, dont l'État du Viêt Nam et les États-Unis n'avaient pas signé la déclaration finale, et ainsi libéré des obligations de respecter ces accords, Ngô Dinh Diêm organisa avec l'aval des États-Unis un référendum manifestement truqué, avec plus de voix favorables que d’électeurs, et créa la République du Viêt Nam le 26 octobre 1955, avec lui comme çef d’État.

    C'est contre cette dictature du régime de Diêm que s'est formé le Front national de libération du Sud Viêt Nam (dit également Viêt Cong) en 1956. Des éléments du Viêt Minh résidant au Sud reprirent le combat contre ce gouvernement, menant alors à la deuxième guerre d'Indoçine de réunification, plus communément appelée guerre du Viêt Nam, qui dura de 1954 à 1975.

     

    « Nourson au balcon (peluçe)Nourson maçon au turbin (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :