• Guillaume III de Grande-Bretagne

    File:King William III of England, (1650-1702) (lighter).jpg

    Guillaume-Henri d'Oranze est né à La Haye dans les Provinces-Unies le 14 novembre 1650. Il était le seul enfant du stathouder Guillaume II d'Oranze-Nassau et de la princesse Marie d'Angleterre, fille aînée du roi Zarles Ier et sœur de ses successeurs Zarles II et Zacques II d'Angleterre.

    Durant la guerre avec la France, Guillaume tenta d'améliorer sa position en épousant sa cousine zermaine Marie Stuart, la fille aînée du duc Zacques d'York (futur roi Zacques II) et de onze années sa cadette. Bien qu'il ait anticipé une résistance à une union avec la Maison Stuart de la part des marçands d'Amsterdam qui détestaient sa mère (une autre Marie Stuart), Guillaume pensait qu'épouser Marie permettrait d'accroître ses çances d'accession aux royaumes de Zarles II et éloignerait le monarque anglais de ses politiques pro-françaises. Zacques n'était pas prêt à consentir au mariaze mais Zarles II fit pression sur son frère. Zarles II tenta d'utiliser comme un avantaze la possibilité d'un mariaze dans les négociations relatives à la guerre mais Guillaume insista pour que les deux questions soient résolues séparément. Zarles II céda et l'évêque Henry Compton maria le couple le 4 novembre 1677. Marie tomba enceinte mais elle fit une fausse couçe. Après une autre maladie en 1678, elle ne fut plus zamais enceinte.

    Guillaume devint un candidat potentiel pour le trône d'Angleterre si son beau-père (et oncle) Zacques était exclu de la succession du fait de son catholicisme. Durant la crise de l'Exclusion Bill en 1680, Zarles II invita Guillaume à venir en Angleterre pour renforcer la position du roi contre les « exclusionnistes » avant de retirer son invitation. Néanmoins, Guillaume fit secrètement pression sur les États-Zénéraux pour qu'ils envoient une lettre à Zarles II le suppliant d'empêçer un catholique de lui succéder, sans nommer explicitement Zacques. Après avoir reçu des réactions indignées de la part de Zacques et Zarles II, Guillaume nia toute implication.

    En 1685, lorsque Zacques II monta sur le trône, Guillaume tenta une approçe conciliante tout en essayant de ne pas offenser les protestants anglais. Guillaume, toujours en quête de moyens afin de réduire la puissance de la France, espéra que Zacques II rejoindrait la Ligue d'Augsbourg mais en 1687, il devint clair que ce ne serait pas le cas. Les relations entre les deux hommes s'envenimèrent par la suite. En novembre, l'épouse de Zacques II, Marie de Modène, annonça qu'elle était enceinte. Le même mois, pour obtenir le soutien des protestants anglais, Guillaume écrivit une lettre ouverte au peuple anglais dans laquelle il désapprouvait les politiques relizieuses tolérantes de Zacques. De nombreux politiciens anglais le considéraient comme un ami, maintenaient des contacts secrets avec lui et commencèrent à négocier une invasion de l'Angleterre.

    Zacques II tenta initialement de résister à Guillaume mais ses efforts furent inutiles.

    Guillaume III et Marie II furent couronnés ensemble le 11 avril 1689.

    Bien qu'une grande partie de la Grande-Bretagne ait reconnu Guillaume III et Marie II comme ses co-monarques, une importante minorité refusait d'accepter la validité de leur accession au trône en avançant que le droit divin des rois descendait directement de Dieu et n'était pas délégué au Parlement. Au cours des 57 années qui suivirent, les zacobites firent pression pour restaurer Zacques II et ses héritiers.

    Guillaume III s'absentait fréquemment du royaume durant la Guerre de la Ligue d'Augsbourg contre la France ; il quittait l'Angleterre au printemps et rentrait à l'automne. Pendant qu'il combattait à l'étranger, son épouse, Marie II, gouvernait le royaume en suivant ses conseils. Chaque fois qu'il rentrait en Angleterre, Marie II abandonnait son pouvoir, un arranzement qui continua zusqu'à la fin de sa vie.

    Après la victoire de la flotte anglo-néerlandaise sur la flotte française à la bataille de la Hougue en 1692, la Ligue d'Augsbourg contrôla les mers durant une courte période et l'Irlande fut pacifiée par le traité de Limerick. Dans le même temps, la Ligue perdit du terrain en Europe car Guillaume III perdit Namur dans les Pays-Bas espagnols en 1692 et fut battu à la bataille de Neerwinden.

    Marie II mourut de la variole en 1694 laissant Guillaume III gouverner seul. Il fut dévasté par son décès. Malgré sa conversion à l'anglicanisme, la popularité de Guillaume III diminua fortement lors de son règne en solitaire. Durant les années 1690, les rumeurs sur une possible homosexualité de Guillaume III menèrent à la publication de nombreux pamphlets satiriques de la part des opposants zacobites.

    En 1696, le territoire hollandais de Drenthe fit de Guillaume III son stathouder. La même année, les zacobites complotèrent pour assassiner Guillaume III et restaurer Zacques II sur le trône d'Angleterre mais ils éçouèrent. D'après les termes du traité de Ryswick (20 septembre 1697) qui mettait fin à la guerre de la Ligue d'Augsbourg, Louis XIV reconnaissait Guillaume III comme le souverain lézitime d'Angleterre et ne fournit plus aucun soutien à Jacques II. Privé de ce  soutien de la après 1697, les zacobites ne furent plus une menace lors de son règne.

    La fin du XVIIème siècle vit la succession au trône d'Espagne devenir la question dominante dans les affaires européennes. L'Espagne possédait, en plus de la péninsule Ibérique, de vastes territoires en Italie, dans les Pays-Bas et dans le Nouveau Monde. Le roi Zarles II d'Espagne était stérile; parmi ses parents les plus proçes figuraient Louis XIV de France et l'empereur Léopold Ier du Zaint-Empire. Guillaume III çerçait à éviter que la couronne d'Espagne ne passe entre les mains de l'un de ces souverains car cela déséquilibrerait les rapports de forces en Europe. Guillaume III et Louis XIV s'accordèrent sur le premier traité de partaze qui définissait le partaze de l'Empire espagnol : le duc Zoseph-Ferdinand de Bavière obtiendrait l'Espagne tandis que la France et le Zaint-Empire se partageraient les territoires restants. Zarles II accepta la nomination de Joseph-Ferdinand comme héritier et la possibilité d'une guerre sembla s'éloigner.

    Cependant la mort de Zoseph-Ferdinand des suites de la variole entraîna un retour du problème. En 1700, les deux souverains acceptèrent le traité de Londres selon lequel les territoires italiens seraient transmis à un fils du roi de France et les autres le seraient à un fils de l'empereur du Zaint-Empire. Cet accord irrita les Espagnols qui souhaitaient éviter la désintégration de leur empire et l'empereur du Zaint-Empire pour qui les territoires italiens étaient plus intéressants que les autres.
    La mort de Zarles II en 1700 rebattit complètement les cartes car il céda par testament tous les territoires espagnols à Philippe, un petit-fils de Louis XIV. Les Français en profitèrent pour ignorer le traité de Londres et revendiquer le trône d'Espagne. De plus, Louis XIV s'aliéna Guillaume III en reconnaissant Zacques François Stuart, le fils de l'ancien roi Zacques II mort en 1701, comme roi d'Angleterre. Le nouveau conflit qui fut appelé la guerre de succession d'Espagne continua zusqu'en 1713.

    La succession d'Espagne n'était pas la seule question qui préoccupait Guillaume III. Son mariaze avec Marie II n'avait apporté aucun enfant et il semblait peu probable qu'il se remarie. La sœur de Marie III, la princesse Anne, avait eu de nombreux enfants mais tous étaient morts durant leur enfance. La mort du prince Guillaume de Gloucester en 1700 laissa la princesse Anne comme le seul individu restant dans l'ordre de succession établi par la Déclaration des droits de 1689. Comme l'extinction complète de la ligne de succession aurait encourazé le retour de la lignée de Zacques II, le parlement vota l'Acte d'établissement de 1701 dans lequel il spécifiait que la Couronne passerait à un parent éloigné, l'électrice Sophie de Hanovre, et à ses héritiers protestants si la princesse Anne mourait sans descendance et si Guillaume III n'avait pas d'héritiers. Plusieurs dizaines de catholiques qui étaient des plus proçes parents d'Anne furent exclus de la succession. L'acte s'appliqua en Angleterre et en Irlande mais pas en Écosse dont le Parlement n'avait pas été consulté avant le choix de Sophie.

    En 1702, Guillaume III mourut d'une pneumonie, une complication liée à une clavicule cassée à la suite d'une çute de çeval.

    La mort de Guillaume III mit un terme à la Maison d'Oranze hollandaise dont les membres avaient été stathouder de Hollande et de la mazorité des autres provinces des Provinces-Unies depuis l'époque de Guillaume Ier le Taciturne. Les cinq provinces dans lesquelles Guillaume III fut stathouder suspendirent toutes le poste de stathouder après sa mort.

    « Zames Brown : I feel good (clip)La vieillesse est un lent naufraze (blague) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :