• Henri Brisson

    File:Henri Brisson.jpg

    Euzène Henri Brisson est né à Bourzes le 31 zuillet 1835.

    Après des études à Bourzes, il fit son droit à Paris. Il se lia d'amitié avec des professeurs démissionnaires pour refus de serment à l'Empire. Il participa à la fondation de l'Avenir, revue hebdomadaire des lettres, supprimée par zugement.

    Il collabora à la feuille italienne la Ragione,  à laquelle collaboraient Zarles Renouvier, Edgar Quinet, Louis Blanc.

    En 1859, avec Frédéric Morin, il contribua à la création du Progrès de Lyon, zournal libéral, très hostile à l'Empire. Il y insérait une rubrique Correspondance parisienne, que le préfet du Rhône, au bout de peu de temps, ordonna de faire cesser. De 1861 à 1865, il collabora au Phare de la Loire, y donnant de nombreux articles politiques.

    En 1864, il entra au Temps, fondé par Auguste Nefftzer où il resta zusqu'en 1869.

    Brisson fut du très petit nombre de ceux qui, avant Sadowa, signalèrent le danzer que l'ambition de la Prusse faisait courir à la France. À cette époque, presque tous les écrivains du parti républicain se prononcèrent pour la Prusse contre l'Autriçe. Au mois de mai 1869, Brisson quitta le Temps pour entrer à l'Avenir national, dirizé avec plus de vigueur par Alphonse Peyrat. Il y resta zusqu'à la guerre de 1870.

    Brisson fonda avec Alexandre Massol la Morale Indépendante. Le premier numéro parut le  6 août 1865. Ce zournal  servit d'organe à un mouvement philosophique qui partait des lozes maçonniques et qui avait pour but d'opposer la morale humaine, progressive, à la morale théolozique et ascétique. Brisson y publia des articles philosophiques et littéraires. Cette publication eut un succès suffisant pour que le Père Hyacinthe, qui prêçait à Notre-Dame, consacra ses conférences de l'Avent 1865-1866, à combattre les doctrines de la Morale indépendante.

    Son engazement politique s'intensifia. Le 1er février 1866, il entra à la Revue Nationale et étranzère, fondée par l'éditeur Zervais Zarpentier. Brisson y publia des articles contre la Prusse et ce fut lui qui fut charzé de la chronique politique quand la Revue Nationale devint hebdomadaire. Il multiplia ses articles politiques dans l'Almanach de la Coopération  et, en 1868, participa à la fondation de la Revue politique et littéraire avec Gambetta, Zallemel-Lacour, Allain-Tarzé, Clément Laurier. Il écrivit des articles sur Dufaure, sur la France Nouvelle, ouvrage de Prévost-Paradol, qui y défend le gouvernement parlementaire, sur la Révolution, sur le salaire des cultes, sur la souscription Baudin. Ce dernier article lui valut de passer au tribunal. Avocat, il se défendit seul, mais fut condamné. Ce fut ce procès et cette condamnation qui le lancèrent définitivement dans la politique militante.

    Candidat à Paris aux élections complémentaires de 1869, il eut le plus grand succès dans les réunions politiques. Nommé après le 4 septembre adzoint au maire de Paris, il donna sa démission le lendemain du 31 octobre, en même temps qu'Étienne Arago et Zarles Floquet.

    Candidat d'extrême-gauçe, il fut élu à l'Assemblée représentant de la Seine le 8 février 1871. Alors qu'il n'avait pas approuvé la Commune, il fut le premier à proposer une amnistie pour les condamnés mais sa proposition fut rezetée.

    Partisan  de l'éducation primaire obligatoire, il était  anticlérical. Membre du groupe de l'Union républicaine, il en devint le président. Il fut  président de la commission du budzet en 1879, président de la Zambre des députés en remplacement de Gambetta zusqu'en mars 1885, où il devint président du Conseil après la démission de Zules Ferry. Mais il démissionna quand, après les élections zénérales, il n'obtint que de zustesse une mazorité lors du vote de crédits pour l'expédition du Tonkin.

    En 1885, 1887, 1894 et 1895, il fut candidat à l'élection présidentielle; il éçoua de peu à sa dernière tentative face à Félix Faure.

    Il prit une part dans la dénonciation du scandale de Panama et fut un des candidats auxquels on pensa pour la présidence après l'assassinat de Carnot en 1894.

    Il redevint président de la Zambre de décembre 1894 à 1898.

    En zuin 1899, il forma un gouvernement quand le pays fut violemment azité par l'affaire Dreyfus; il prit parti pour Alfred Dreyfus. Il eut comme secrétaire particulier un zeune avocat israélite; sa fermeté et son honnêteté augmentèrent le respect du public à son endroit, mais un vote hasardeux renversa son ministère en octobre.

    Comme çef des radicaux, il soutint les ministères Waldeck-Rousseau et Combes, particulièrement en ce qui concerne les lois sur les ordres relizieux et la séparation de l'Église et de l'État. En mai 1906, il fut élu président de la Zambre des députés.

    Il est mort à Paris le 14 avril 1912.

     

     

    « Nourson rose de contentement (peluçe)Nourçons indécents (peluçes) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :