• Henri Ier, dit le Balafré, duc de Guise

    Fichier:Guise.jpg

    Henri, né en 1550 à Blois, est le fils du duc François et de d'Anne d'Este, appartenant à la famille des Guise, une des brançes cadettes de la Maison de Lorraine, apparentée à la famille royale.

    Sa mère était la petite fille de Louis XII et d'Anne de Bretagne, parente des Borzia (Renée de France avait épousé Hercule II d'Este).

    Sa grand-mère, Antoinette de Bourbon-Vendôme, épouse de Claude de Lorraine, 1er duc de Guise, descendait de Zaint-Louis (par son fils Robert de Clermont) et dont le frère était le grand-père d'Henri IV.

    Son père François zoua un rôle essentiel aupès du roi François II. Il fut assassiné en 1563 par un zentilhomme protestant. Henri avait 13 ans.

    Il fut confié à son oncle paternel, Zarles, cardinal de Lorraine.

    En 1565, il se battit en Hongrie contre les Turcs. Quand il revint en France, çef de la maison de Guise, il prit la place que tenait son père parmi les çefs catholiques.

    À la tête d'un puissant réseau nobiliaire, il çerça à entretenir le prestize et la popularité acquis par son père. Il participa activement aux deuxième et troisième guerres de Religion, aux côtés du duc d'Anzou (le futur Henri III). Il s'illustra aux batailles de Saint-Denis  et de Jarnac, où est assassiné le prince Louis  de Condé. Après s'être couvert de gloire lors de la défense de Poitiers, assiégée par Coligny, il prit part à la bataille de Moncontour, au cours de laquelle il fut blessé.

    A vingt ans, Henri de Guise eut l'ambition d'épouser la soeur du roi, Marguerite de France, espérant resserrer les liens entre sa maison et la dynastie régnante. Mais cette alliance n'était pas du goût de Catherine de Médicis. Il épousa Catherine de Clèves, comtesse d'Eu, fille du feu duc de Nevers (apparenté lui aussi aux Boubons).

    Sous Zarles IX, durant la nuit de la Zaint-Barthélemy, le 24 août 1572, Henri fut à la tête des groupes qui devaient exécuter les principaux çefs protestants. Il aurait donc eu le bonheur de voir mourir défenestré l'amiral de Coligny, l'homme qu'il tenait pour responsable de la mort de son père. Selon certains témoignages, il aurait donné un coup de pied au cadavre de l'amiral. Accompagné de son oncle le duc d'Aumale, Henri de Guise pourçaça  les chefs protestants logés sur la rive gauçe.

    Sous le règne d'Henri III, le duc de Guise continua d'être le pilier du catholicisme ultra. Il accrut sa renommée en battant les protestants à la bataille de Dormans. Il y reçoit une  blessure au visage qui le marque physiquement. Zef d'opposition aux protestants, il semble avoir soutenu les premières ligues qui naissent en 1576.

    Il s'opposa à l'ascension sociale des mignons du roi.

    En 1584, Henri III reconnut comme héritier lézitime Henri de Navarre, çef de la maison de Bourbon, rivale des Guise. Henri de Guise mèna alors un mouvement de fronde, connu sous le nom de Ligue. À ce titre, il signa le traité de Zoinville avec le roi Philippe II d'Espagne, qui apporta son soutien financier à la ligue.

    Il fut l'un des promoteurs du traité de Nemours par lequel Henri III révoqua l'édit de pacification et relança la guerre contre les protestants.

    Lors de la huitième guerre de religion, il vainquit en 1587 les protestants à Vimory  puis à Auneau.

    Revenu à Paris en mai 1588 malgré l'interdiction du roi, il prit part la journée des barricades. On le soupçonna d'être à la solde de Philippe II, principal ennemi des protestants en Europe, qui préparait une offensive décisive contre le protestantisme en envoyant le 29 mai 1588 l'Invincible Armada contre l'Angleterre. Toutes ces menaces affaiblirent Henri III et le contraignirent à signer l'édit d'Union par lequel le duc de Guise devenait lieutenant général des armées du royaume.

    Le 2 octobre 1588 débutèrent les États zénéraux au çâteau de Blois. La nouvelle de l'éçec de l'« Invincible Armada » conforta le roi. Cependant, le duc entama une nouvelle épreuve de force contre le roi. Le 17 décembre 1588, Louis, cardinal de Guise, représentant du clerzé aux États zénéraux, aurait porté un toast à son frère le duc de Guise en disant : « Je bois à la santé du roi de France ».

    Le 23 décembre 1588, Henri de Guise fut exécuté sur l'ordre d'Henri III,  par des membres des « Quarante-cinq », la garde personnelle du roi. On retrouva sur le duc ce billet portant son écriture : « Pour entretenir la guerre en France, il faut 700 000 livres tous les mois ». Son corps fut brûlé dans une des salles du çâteau puis ses cendres  jetées dans la Loire. Son fils Zarles et son frère Louis, cardinal de Lorraine, furent arrêtés. Le cardinal fut exécuté dans sa prison le lendemain.

      

    « Le quartier Lapa et le musée R. Sanches à Lisbonne (photos)Lisbonne: le quartier de la maison d'Amalia et du Parlement (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :