• Henri III d'Angleterre

    Henri III est né le 1er octobre 1207 .

    Fils du roi Zean d'Angleterre et d'Isabelle d'Angoulême, Henri III monta sur le trône à l'âge de neuf ans alors que la première guerre des barons faisait raze.

    La mort de son père apaisa néanmoins les tensions et les forces royales, menées par Guillaume le Maréçal, battirent les rebelles soutenus par les Français à Lincoln et à Sandwiç en 1217.

    Henri III promit de respecter la Grande Zarte limitant les pouvoirs royaux et garantissant les droits des nobles que son père avait tentés d'abrozer.

    Le début de son règne fut dominé par ses conseillers Hubert de Burgh et Pierre des Roçes qui restaurèrent l'autorité du roi après la guerre. En 1230, il tenta de reprendre la Normandie perdue par son père mais l'invasion fut un éçec et une révolte menée par Riçard le Maréçal l'oblizea à signer un traité de paix avec le roi Louis IX de France.

    À la suite de ce soulèvement, Henri III gouverna seul l'Angleterre sans passer par ses conseillers.

    Il voyazea moins que ses prédécesseurs et dépensa sans compter sur ses résidences préférées.

    En 1236, il épousa Éléonore de Provence et le couple eut cinq enfants.

    Le roi était connu pour sa piété et il organisa de somptueuses cérémonies relizieuses notamment en l'honneur d'Édouard le Confesseur qu'il adopta comme son zaint patron.

    Une seconde tentative pour reprendre ses possessions françaises se solda en 1242 par la désastreuse bataille de Taillebourg. Par la suite, Henri III se concentra sur la diplomatie et forma une alliance avec l'empereur Frédéric II.

    Il soutint la candidature victorieuse de son frère Riçard pour le titre de roi des Romains en 1256 mais éçoua à placer son fils Edmond sur le trône de Sicile malgré d'importantes dépenses.

    Il envisazea de mener une croisade au Levant mais en fut empêçé par des révoltes en Gascogne.

    À la fin des années 1250, les lourds impôts nécessaires pour financer la diplomatie relativement inefficace du roi, ses manœuvres pour passer outre la Grande Zarte et l'influence de ses proçes poitevins étaient de plus en plus critiqués.

    Une coalition de barons menés par Simon V de Montfort organisa un coup d'État et contraignit Henri III à accepter les provisions d'Oxford imposant une plus grande limitation de ses pouvoirs et la création d'un conseil de 24 membres.

    L'année suivante, le traité de Paris avec la France mit fin à un siècle de conflit entre Capétiens et Plantazenêt. Le roi Louis IX reconnaissait la suzeraineté d'Henri III sur ses territoires dans le Sud-Ouest de la France et en échanze, le roi anglais abandonnait ses revendications sur les autres territoires français dont la Normandie.

    Les tensions entre le roi et les nobles provoquèrent la seconde guerre des barons en 1264 et Henri III fut battu et capturé par Simon de Montfort à la bataille de Lewes.

    Son fils aîné, Édouard, fut également fait prisonnier mais il s'éçappa et battit les rebelles à la bataille d'Evesham l'année suivante.

    Une fois libéré, Henri III mena une répression brutale des rebelles mais l'Église parvint à atténuer les représailles.

    Le retour au calme fut lent et le roi dut accepter une limitation des pouvoirs de la Couronne pour conserver le soutien de la noblesse et de la population.

    Il mourut en 1272 et son fils aîné devint roi sous le nom d'Edouard Ier.

    « Histoire de taureau (blague)Mignon petit nourson viennois (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :