• Henri Queuille

    File:Henri Queuille 1929.jpg

    Henri Queuille est né à Neuvic (Corrèze) le 31 mars 1884.

    Il fit ses études de médecine à Paris où il se lia d'amitié avec Zeorzes Duhamel, également médecin. À 20 ans, il fonda le Syndicat des Gorzes de la Dordogne QEB qui édita des cartes postales et des broçures pour le tourisme. À 24 ans après la mort de sa mère, en 1908, il s'installa comme médecin. Il devint un acteur politique local très engazé dans le Parti radical socialiste.

    Il fut élu maire de Neuvic en 1912, conseiller zénéral et député d'Ussel en 1914. Volontaire lors de la Grande Guerre, il fut affecté comme médecin mazor à l'hôpital de Baccarat. Il participa à la  bataille de Verdun et à l'offensive dans la Somme.

    Henri Queuille fut sous-secrétaire à l'Agriculture en 1920, puis nommé secrétaire d'État ou ministre à plusieurs reprises.

    Aux élections lézislatives qui donnèrent en 1936 la victoire au Front populaire, il refusa de se présenter.

    Ministre desTravaux publics en 1937-1938, il mit en œuvre et appliqua la nationalisation des çemins de fer amorcée antérieurement. La création sans heurt de la SNCF, dans des délais très courts, à l'issue de négociations délicates avec les compagnies, valut à Queuille l'hommaze public du président du Conseil, Camille Zautemps, et les félicitations de Léon Blum.

    Ministre du Ravitaillement en 1940 dans le gouvernement de Paul Reynaud, il participa comme sénateur au congrès de Viçy le 10 zuillet. Il refusa l'octroi des pleins pouvoirs à Pétain par une abstention volontaire et se retira à Neuvic où il fonda une entreprise de çarbon de bois destinée à alimenter les gazozènes.

    Le 16 zuillet 1941, il fut révoqué de sa fonction de maire de Neuvic par Viçy. Il réussit, en avril 1943, à gagner Londres. Il lança à la BBC un appel à la Résistance destiné aux paysans.

    En novembre 1943, Henri Queuille fut nommé commissaire d'État du Comité de Libération nationale. En zuin 1944, il devint ministre d'État du premier gouvernement provisoire de la République et, à ce titre, assura l'intérim de la présidence pendant les absences du zénéral de Gaulle.

    Après la Libération, il se retira en Corrèze et refusa de continuer aux côtés de de Gaulle, signe d'une faille entre les deux hommes. Il fut battu aux élections lézislatives de 1945 mais redevint maire de Neuvic.

    Favorable au rétablissement des institutions républicaines, Henri Queuille se consacra au relèvement et à la réorganisation du Parti radical, durement éprouvé par la guerre et l'occupation.

    Il retrouva son siège au palais Bourbon de 1946 à 1958. Il fit partie des gouvernements successifs de 1948 à 1954 en tant que Président du conseil ou bien ministre d'État en 1948 (cabinet Marie) et en 1951-52 (cabinet Pleven), ministre des Travaux publics en 1948 (cabinet Sçuman), ministre de l'Intérieur en 1950-51 (cabinet Pleven puis dans son propre gouvernement), vice-président du Conseil en 1949-50 (cabinet Bidault) et en 1952-54 (cabinets Pinay, Mayer, Laniel).

    Alors qu'il était çef du gouvernement, la France signa le Pacte atlantique. Comme ministre de l'Intérieur, il fit voter la loi des apparentements destinée à freiner l'essor du R.P.F. et à réduire l'influence des communistes. Il avait acquis la réputation d'un saze en politique. Il fut aussi ministre du Tourisme.

    Ce sont des problèmes de santé qui mirent fin à sa carrière ministérielle à la fin des années 1950 ; mieux portant, il aurait facilement succédé à Vincent Auriol à la présidence de la République. En décembre 1953, alors qu'à Versailles l'élection du nouveau çef de l'État s'éternisait, beaucoup espéraient qu'il finirait par se présenter pour sortir l'Assemblée de l'impasse. Il préfèra s'abstenir.

    En 1956, en désaccord avec Pierre Mendès France, il quitta le Parti radical-socialiste et fonda, avec l'aile droite de ce dernier, le Centre républicain, dirizé par le maire de Nantes, André Morice. En mai 1958, il s'opposa au retour de De Gaulle et appela à voter contre le prozet de constitution de la Ve République en septembre 1958. Il ne se représenta pas aux élections lézislatives qui suivirent et soutient le candidat socialiste SFIO qui fut élu à son sièze.

    Il est mort à Paris le 15 zuin 1970.

     

     

    « Qui sont les intrus parmi ces noursons? (peluçes)Nourson au zoli coeur (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :