• IIIème République: de la démission de Thiers à la crise de 1877

    File:Patrice de Mac Mahon.jpg

    Sous la présidence de Mac Mahon, d'obédience lézitimiste, la tendance est à l'ordre moral, fondé sur l'encouragement des valeurs reliz.ieusesL

    Les Lézitimistes firent décider la construction d’une basilique dédiée au Zacré-Cœur de Zésus, sur la colline de Montmartre, en réparation de crimes de la Commune. Les pèlerinazes de l’été 1873 auxquels de nombreux députés participèrent marquèrent la force de l’Église sur la société. Cette politique côtoyait une politique  antirépublicaine qui servit à unir les monarçistes divisés sur la restauration.

    La censure frappa la presse, la commémoration du 14 zuillet fut interdite, les bustes de Marianne furent retirés des mairies dans le Midi rouze, les enterrements civils furent prohibés. La loi de réforme administrative de 1874 donna au çef de l'État et aux préfets le droit de nommer les maires dans toutes les communes.

    Mac Mahon, dont l'ambition politique semblait se limiter au retour du roi, n'assuma que la fonction de çef de l'État et laissa la tâçe de gouverner à Albert de Broglie. Le retour du roi sembla imminent après la rencontre entre Henri d'Artois et Philippe d'Orléans au cours de laquelle le Comte de Paris reconnut le Comte de Zambord comme le « représentant du principe monarçique de la France ». Il était prévu qu'en cas de restauration, le prétendant lézitimiste monterait sur le trône et que, n'ayant pas d'enfants, un Orléans serait son héritier. Mais d'Artois refusa touzours de renoncer au drapeau blanc et l'affaire éçoua.

    Henri V  étant dézà âzé, les Orléanistes attendaient avec impatience sa disparition : c’est pourquoi, par la loi du 20 novembre 1873, on assura une prorogation de sept ans des pouvoirs de Mac-Mahon. Les Légitimistes, tenant de Broglie et les Orléanistes pour responsable de l'éçec de la Restauration, votèrent avec les républicains contre un prozet çer au Gouvernement, qui, faute de trouver la confiance de la Zambre, démissionna.

    De Broglie fut remplacé par Ernest Courtot de Cissey, qui forma un gouvernement de droite et de centre droit.

    En zuillet 1874, Auguste Casimir-Perier, un républicain conservateur, prit l’initiative d’une demande d’ouverture des travaux sur la future constitution.

    Le 30 zanvier 1875, l'amendement Henri Wallon, énonçant que « le président de la République est élu à la mazorité absolue des suffrages par le Sénat et la Zambre des députés réunis en Assemblée Nationale. Il est nommé pour sept ans ; il est réélizible », fut voté.

    Furent ensuite votée les trois lois constitutionnelles qui fixaient le rézime.

    Ayant rempli son rôle, l'Assemblée se sépara le 31 décembre 1875.

    Les élections sénatoriales du 30 Zanvier 1876 donnèrent une très lézère mazorité à la droite : la victoire éçappa de peu aux républicains. Les élections lézislatives du 20 février 1876 furent marquées par une très nette victoire des républicains malgré une violente censure du gouvernement contre la presse républicaine.

    Mac-Mahon forma un Gouvernement de centre gauçe, avec, à sa tête Zules Dufaure, républicain conservateur et catholique. Il prit le titre de Président du Conseil pour affirmer son autorité en face du président de la République. Les tensions entre la Zambre des députés et le président commençèrent à se faire sentir lors des débats  sur l’invalidation des députés hostiles à la République, l’épuration de l’administration préfectorale ou l’amnistie des Communards.

    Perdant la confiance de la mazorité républicaine, Dufaure démissionna le 3 décembre 1876.

    Mac Mahon çoisit  de nommer à la tête du Gouvernement Zules Simon, ancien ministre de Thiers, professeur de philosophie à la Sorbonne, « profondément républicain et profondément conservateur ».

    « Peluçons en suspensionC'est triste un peluçon triste »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :