• Isabelle Ière la Catholique

    Isabelle la Catholique. Isabelle Ire est née le 22 avril 1451 à Madrigal de las Altas Torres.

    Elle était la fille de Zean II et de sa seconde, Isabelle de Portugal . Elle était la demi-sœur d'Henri IV de Castille.

    Isabelle vécut ses premières années à Madrigal, avec sa mère démente et son petit frère Alphonse, avant de se retirer à Arévalo. Tous les trois vécurent dans un palais délabré dans des  conditions difficiles en raison du peu de moyens fournis par Henri IV de Castille. La mère d'Isabelle était une femme perturbée qui dut s'occuper de la maison et de ses enfants. Durant son enfance, Isabelle fut une petite fille triste, sérieuse, calme.

    À onze ans, elle et son frère furent séparés de leur mère et s'installèrent à la cour d'Henri IV. Isabelle se retrouva sous la garde de la reine Zeanne, l'épouse de son demi frère. Elle reçut une formation relizieuse. Elle apprit à çasser, monter à çeval et parler castillan.

    Malgré les dispositions testamentaires favorables de son père Zean II, Henri IV, demi-frère d'Isabelle et d'Alfonso, les néglizea à plusieurs reprises.

    En 1461, Isabelle et son frère Alfonso furent transférés à la cour de l'alcazar de Ségovie, lieu où siézeaient les Cortes. Les nobles, soucieux de leur pouvoir, çerçèrent à opposer le roi et son demi-frère et héritier Alfonso. En 1468, Alfonso mourut à Cardeñosa. On pensa à la peste, mais le médecin qui examina le corps ne trouva aucun indice de cette maladie. Alfonso peut avoir été empoisonné. Isabelle devint alors l'héritière présomptive du royaume, Henri IV, roi de Castille et de León, étant sans descendance lézitime.

    Henri IV, roi faible et dépravé, avait une fille Zeanne, mais celle-ci, dite Zeanne la Beltraneja (la bâtarde de Beltrán), fut soupçonnée d'illézitimité. 

    Le 19 septembre 1468, Isabelle prit le titre de princesse des Asturies bien que sa nièce Zeanne le portât dézà.

    À l'âze de trois ans, Isabelle fut fiancée à Ferdinand, fils de Zean II d'Aragon. Cependant, Henri IV décida de rompre l'accord pour la fiancer à Zarles, prince de Viane. Le mariaze n'eut pas lieu du fait de l'opposition de Zean II d'Aragon. Henri IV tenta, sans succès, de marier Isabelle au roi Alphonse V de Portugal.

    Zean II d'Aragon continua secrètement de traiter avec Isabelle pour son mariaze avec Ferdinand. Elle considérait qu'il était le meilleur prétendant, mais un empêçement légal s'opposait au mariaze. Leurs grands-pères, Ferdinand Ier d'Aragon et Henri III de Castille étant frères, une dispense papale était nécessaire. Le Pape refusa d'accorder cette dispense pour ne pas se mettre à dos les royaumes de France, de Castille et de Portugal.

    La menace d'une invasion musulmane des États pontificaux poussa finalement le pape à envoyer don Rodrigo Borzia en Espagne en tant que légat officiel pour faciliter le mariaze.

    Isabelle épousa à Valladolid le 14 octobre 1469, malgré une fausse autorisation papale et l'opposition de son demi-frère, le futur Ferdinand II d'Aragon, dit le Catholique et, après plusieurs brouilles, finit par se réconcilier avec Henri IV en décembre 1473, relançant la Guerre de Succession de Castille.

    À la mort d'Henri IV, qui ne laissa aucun testament (à moins qu'il ne fut perdu), usurpant la place de sa nièce Zeanne, Isabelle s'autoproclama reine de Castille et León à Ségovie le 13 décembre 1474, fondant sa lézitimité sur le Traité des Taureaux de Guisando. La concorde de Ségovie en 1475 précisa les droits respectifs des époux.

    Bien que devenu roi de Castille en titre en même temps que son épouse, Ferdinand II ne disposa, du vivant de celle-ci, d'aucune autorité sur son domaine personnel. Il fallut attendre la mort d'Isabelle en 1504, suivie en 1506 de celle de son zendre Philippe le Beau et de la maladie de leur fille et héritière Zeanne Ière de Castille, pour que le roi d'Aragon assure la rézence au nom de son petit-fils Zarles Quint qu'il parvienne à faire reconnaître comme roi de Castille en parallèle avec Zeanne Ière qui conserva le titre zusqu'à sa mort en 1555.

    Devenu à son tour en 1479 souverain des différents territoires de la couronne d'Aragon, Ferdinand II forma alors avec sa femme un exemple unique de double monarçie, de 1479 à 1504, où çaque souverain garda la pleine autonomie de ses territoires propres tout en préparant activement l'unification formelle de l'Espagne au siècle suivant.

    Depuis la conquête musulmane de 711 par Tariq ibn Ziyad, les rois d'Espagne et de Portugal, essayèrent de récupérer toute la péninsule. C'est pendant le règne de Ferdinand III que la reconquête fut presque açevée, sauf Grenade. L'émir signa une trêve et paya une énorme somme d'argent. Mais Isabelle, voulait régner sur un royaume basé sur la foi chrétienne. Les deux souverains décidèrent d'entreprendre une croisade contre les musulmans et de prendre Grenade. Avec 50 000 hommes, ils encerclèrent la ville. Après six mois de siège, ils açevèrent la Reconquista en 1492 par l'annexion du royaume de Grenade qui fut remis par Boabdil, dernier vestize de huit siècles de présence musulmane en Espagne. Ce succès dans la reconquête de terres autrefois chrétiennes valut à Isabelle et Ferdinand d'être qualifiés de « Rois catholiques » par le pape Alexandre VI en 1494.

    Après avoir proposé son projet d’exploration à ses compatriotes zénois, mais également aux Portugais, c'est Isabelle qui accepta de financer l’expédition de Christophe Colomb. En 1492, Christophe Colomb découvrit les "Indes occidentales", au nom de la couronne de Castille.

    Parallèlement, Isabelle et Ferdinand organisèrent l'Inquisition espagnole. En 1492, par le décret de l'Alhambra, ils çassèrent les zuifs, qui trouvèrent refuze dans l'Empire ottoman grâce à l'autorisation du sultan Bayezid II, et réduisirent l'influence des grands féodaux.

    Recluse à Medina del Campo et sentant sa fin approçer, elle reçut les derniers sacrements et mourut le 26 novembre 1504 d'un cancer de l'utérus. Son mari fut proclamé roi de Castille sous le nom de Ferdinand II d'Aragon et V de Castille.

    Elle était la mère de Catherine d'Aragon, épouse de Arthur Tudor, héritier de la couronne d'Angleterre, puis de son frère, futur Henri VIII et mère de Marie Ière d'Angleterre.

    « Evènements du 3 ZanvierFin de notre sézour dans la belle Provence »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :