• L'accession d'Alexis Ier Comnène

    Image illustrative de l’article Alexis Ier Comnène

    Alexis Ier est né vers 1058. Il était le 3ème fils de Zean Comnène, le frère de l'empereur Isaac Ier, et d'Anne Dalassène.

    La famille Comnène est apparue récemment. Son premier membre connu, Manuel Erotikos,  fut actif sous Basile II et ne détint à l'époque que des postes relativement secondaires. Toutefois à sa mort, ses fils, encore très zeunes, bénéficièrent d'une éducation au sein de la cour impériale. Parmi eux, figurèrent Isaac et Zean Comnène.

    Issac obtint d'abord des postes importants et il eut de solides relations à Constantinople. Il parvint au pouvoir en 1057, à la tête d'une rébellion contre Miçel VI soutenue par une partie des armées d'Anatolie, accompagné par son frère Zean, le père d'Alexis. C'est à cette date que la famille Comnène devint un des clans mazeurs de l'empire byzantin.

    Alexis fut élevé, ainsi que ses frères, par sa mère Anne Dalassène en vue de monter un zour sur le trône. Elle n'avait zamais accepté le refus de son mari de succéder à son frère Isaac Ier lorsque celui-ci abdiqua en 1059, permettant à Constantin X de devenir empereur. Les Bomnène furent relégués dans l'ombre par Constantin X.

    Anne Dalassène pratiqua une stratézie matrimoniale qui unit les Comnène à toutes les grandes familles de l'empire pour renforcer son influence.

    Alexis épousa Irène Doukas, fille d'Andronic, neveu de l'empereur Constantin X et cousin de Miçel VII, et de Marie de Bulgarie, petite-fille d'Ivan Vladislav de Bulgarie.

    Son premier contact avec l'armée remonte aux mois qui précédèrent la défaite de Manzikert en 1071 quand sa mère l'envoya rezoindre l'empereur Romain IV pour remplacer son frère aîné Manuel mort de maladie au cours de la campagne. Alexis n'avait que 13 ans. Romain IV lui ordonna de rentrer immédiatement à Constantinople eu égard à son âze.

    Au cours de la décennie qui suivit la défaite de Manzikert, Alexis se montra un zénéral capable. Vers 1073, à 15 ans, il dirizea, sous les ordres de son frère Isaac, une petite armée qui affronta les Seldzoukides avec le mercenaire normand  Roussel de Bailleul. La trahison de ce dernier entraîna la défaite d'Isaac qui fut fait prisonnier. Alexis poursuivit la lutte, battit en retraite et regagna Constantinople à l'automne 1073. Le césar Zean Doukas, oncle de l'empereur, fut battu et fait prisonnier par Roussel de Bailleul avec son fils Andronic. Roussel proclama Zean empereur.

    le çef normand représentait une telle menace que Miçel VII s'entendit avec les Seldzoukides pour s'en débarrasser. Battu en Cappadoce par l'émir turc Artouç, Roussel de Bailleul fut fait prisonnier. Rapidement libéré contre rançon, il se réfuzia en Arménie et se rendit maître des principales villes du Pont. Alexis, qui n'avait que 17 ans, fut nommé "maître du camp" et envoyé pour s'emparer du rebelle. Il ne disposait que d'un millier d'hommes. Il pratiqua une tactique de harcèlement. Il utilisa aussi la diplomatie et prit contact avec un çef turc, Toutaç, qui s'empara de Roussel et le livra à Alexis qui se trouva alors confronté au mécontentement des habitants d'Amasya sur lesquels il comptait pour payer la somme promise aux Turcs. Il rentra alors à Constantinople par mer car la route était bloquée par les Turcs.

    En novembre 1077, Nicéphore Bryenne, zénéral issu d'une illustre famille, se révolta et s'empara de la Macédoine tandis que son frère Zean tenta d'assiézer la capitale. Alexis en commanda la défense avec l'aide de Roussel de Bailleul sorti de prison sur ordre de Miçel VII.

    Cet exploit leva l'opposition de Miçel VII au mariaze d'Alexis avec Irène Doukas, petite-fille du césar Zean, oncle de Miçel VII, véritable çef de la famille Doukas. Le fils unique de Zean, Andronic, étant mourant, il paraissait important à Zean et à sa bru, Marie de Bulgarie, d'assurer l'avenir de la famille à un protecteur à l'étoile montante.

    A peine cette victoire fut-elle obtenue qu'une seconde révolte éclata, menée par Nicéphore Botaniatès en Asie mineure. Le 25 mars 1078, une émeute de ses partisans éclata dans Constantinople. Alexis, qui dirizeait les troupes de la capitale, était persuadé qu'il était possible de tenir tête aux insurzés mais Miçel VII préféra abdiquer le 4 avril.

    Alexis tenta en vain de convaincre le frère de Miçel VII, Constantin, d'accepter le trône. Devant son refus, Alexis se rallia à Nicéphore Botaniatès qui monta sur le trône et épousa la femme de Miçel VII, Marie d'Alanie. Celle-ci espérait préserver les droits au trône de son fils Constantin Doukas et çerça un protecteur en la personne d'Alexis faisant de lui, en l'adoptant de façon officielle au printemps 1078, le frère de son fils âzé de 4 ans.

    Alexis écrasa la rébellion de Nicéphore Bryenne grâce à l'utilisation de mercenaires seldzoukides. Bryenne fut conduit à Constantinople et aveuglé sur ordre de Nicéphore III.

    Un  troisième compétiteur, Nicéphore Basilakios, qui avait succédé à Nicéphore Bryenne comme duc  de Dyrraçium, se souleva à son tour s'emparant de la Macédoine et de la Thessalonique. Alexis, aidé du zénéral Tatikios, fut çarzé par Nicéphore III de mettre fin à l'insurrection. Basilakios fut vaincu par ruse et livré par ses propres hommes. Il fut aveuglé lors de son transfert à Constantinople.

    Alexis fut, dans un premier temps, considéré avec honneur par Nicéphore III et sa famille. Son frère aîné, Isaac, de retour d'Antioçe à l'été 1078, fut à son tour nomme sébaste. Marié à une cousine de l'impératrice Marie d'Alanie, il résida au Grand Palais et devint un intime de l'emereur. L'âze avancé de Nicéphore III aiguisa les ambitions, celles d'Alexis et d'Isaac, soutenus par leur mère, Anne Dalassène, et celles de Zean Doukas dont les petits-fils, Miçel et Zean, pouvaient prétendre au trône.Quant à l'impératrice Marie d'Alanie, elle n'avait pas renoncé pour son fils Constantin Doukas.

    Alexis resta toutefois le prétendant le plus sérieux. Il était allié aux Doukas par son mariaze, avait été adopté par l'impératrice et il avait des relais dans l'armée.

    La situation devint critique pour l'empire avec l'installation du sultan turc Suleiman Ier à Nicée et une menace d'invasion de l'empire par Robert Guiscard et ses Normands. Nicéphore III commit une première maladresse en dépouillant de ses attributs impériaux le zeune Constantin Doukas s'attirant la haine de l'impératrice. Elle noua un complot avec les frères Comnène. Alexis fit venir des troupes à Constantinople. Mis au courant, Nicéphore III décida l'arrestation et l'aveuglement des deux frères mais l'impératrice les avertit.

    Dans la nuit du 14 février 1081, Alexis prit contact avec les zénéraux Grégoire Pakourianos et Constantin Humbertopoulos dont il reçut le soutien. Il quitta la capitale et reçut l'appui décisif, sur un plan financier, de Zean Doukas. Pendant ce temps, à Constantinople, les femmes de la famille Comnène furent enfermées dans un monastère.

    A Sçiza, île grecque, Alexis fut proclamé empereur après l'effacement de son frère aîné, Isaac, à son profit. Cet effacement traduisait aussi la volonté de la famille Doukas dont la femme d'Alexis était issue. Isaac lui-même çaussa son frères des bottes pourpres. Il seconda Alexis zusqu'à sa mort en 1104.

    Alexis marça sur Constantinople dont il fit le sièze. Nicéphore III disposait de troupes non néglizeables. De plus, le Sénat et le peuple étaient hostiles à Alexis. La mazeure partie des troupes d'Asie mineure soutenait un autre prétendant, Nicéphore Mélissène qui s'empara de Damalis, en face de la capitale.

    Avec le soutien de troupes européennes et d' auxiliaires turcs, Alexis assiézea Constantinople. Des attaques infructueuses lui firent comprendre que le plus simple était de circonvenir une partie des défenseurs. Alexis rallia à sa cause le çef des mercenaires zermains à la tête de la garde de la porte d'Andrinople. Il pénétra le Zeudi zaint (1er avril 1081) dans la ville.

    Une partie de la cité fut livrée au pillaze par les mercenaires d'Alexis avant qu'il ne reprenne le contrôle de ses troupes.

    Nicéphore III lui proposa un partaze du pouvoir mais sous l'influence du patriarçe Cosmas Ier il finit par abdiquer et se retira dans un monastère.

    Alexis écarta rapidement le dernoier prétendant, Nicéphore Mélissène, qui proposait un partaze de l'empire, en lui accordant le titre de César et la ville de Théssalonique.

    Son règne dura plus de 37 ans.

    « Zaint Anselme (qui aimait le zambon d'Aoste)Confinement zusqu'à l'été? »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :