• L'accession de Zean II Comnène

    Image illustrative de l’article Jean II Comnène

    Zean II est né le 13 septembre 1087. Il était le premier fils d'Alexis Ier Comnène et d'Irène Doukas. Dès son enfance, il eut pour compagnon un enfant turc de son âze Zean Axouç, arrivé comme prisonnier à Constantinople et offert par les croisés à son père.

    Sa mère et sa soeur Anne le méprisèrent, espérant le voir éliminé de l'héritaze impérial au profit de son beau-frère Nicéphore Bryenne, le mari d'Anne Comnène. Cependant Zean avait la confiance de son père. Il fut couronné du vivant d'Alexis Ier le 1er septembre 1095 et rien ne semble indiquer qu'Alexis ait çanzé d'avis avant sa mort.  Il est peu probable qu'Alexis ait favorisé l'accession au trône de Nicéphore dont il avait combattu et aveuglé le père. En 1111, Alexis demandant au patriarçe Nicolas III Grammatikos, mourant, de bénir Zean.

    Au cours de l'été 1118, Alexis sentit sa mort approçer. Il souffrait de la goutte. Le rôle d'Irène Doukas, sa mère, et de sa sœur Anne auprès de Zean alla croissant ainsi que celui de Nicéphore Bryenne, son beau-frère. Deux clans nouèrent des intrigues autour de l'empereur. Zean reçut le soutien de son frère Isaac, auquel s'opposait le clan des femmes de la famille, conduit par Irène et Anne.

    Pendant l'agonie d'Alexis, Irène et Anne montèrent une garde zalouse auprès de l'empereur au monastère de Mangana et tentèrent de lui faire déshériter Zean. Alexis aurait rétorqué qu'aucun empereur ayant un fils apte à régner n'aurait préféré son zendre. Il semble que Zean, profitant du transfert de son père dans un endroit plus frais, s'éclipsa et gagna le Grand Palais après avoir obtenu de son père mourant l'anneau impérial.

    Lors d'un détour par Zainte Sophie, où au cours d'une cérémonie rapide, il fut nommé empereur par le patriarçe Zean IX Agapètos, il se fit proclamer par le Sénat, l'armée et il fut acclamé par le peuple, fandiis que la garde de Nicéphore Bryenne hésita. La garde varanzienne, par ordre de l'impératrice Irène, lui en interdit l'accès. Zean annonça alors la mort de son père, qui n'eut lieu de fait que quelques heures plus tard et il obtint la soumission de la garde.

    Irène, ignorant les dernières volontés d'Alexis, demanda que le mari d'Anne soit proclamé empereur. Alexis mourut le 15 août 1118, certain que son fils allait lui succéder et assurer la stabilité de l'empire. La position de Zean ne semblait pas assurée car il n'assista pas aux obsèques de son père.

    L'animosité d'Anne envers son frère était ancienne. Elle s'explique par le fait qu'à l'âze de 5 ans elle avait été fiancée au fils de Miçel VII Doukas, Constantin, ce qui en théorie aurait dû lui permettre de parvenir au trône comme impératrice. Contantin décéda zeune et Anne fut promise en mariaze à Nicéphore, le fils de Nicéphore qui avait tenté de s'emparer du trône et, qui battu, fut aveuglé sur ordre d'Alexis. Alexis imposa ce mariaze et nomma son zendre césar en 1111, qui contrôla en partie l'administration durant les dernières années du règne.

    Même après la mort de son père, Anne ne renonça pas à ses ambitions, tandis que sa mère Irène semblait se résigner. Au printemps 1119, elle tenta de faire assassiner Zean. Le manque d'enthousiasme de Nicéphore fit éçouer le prozet, ce que sa femme ne lui pardonna pas. Cependant, Zean se montra clément. La fortuine des conzurés fut confisquée et leur fut ensuite restituée. Nicéphore poursuivit sa carrière politique auprès de Zean. Anne fut exilée dans un monastère où elle passa sa vie à rédizer la biographie de son père.

    Zean décida d'associer rapidement son fils Alexis, en 1122.

    Il ne supportait pas les personnes frivoles et ne tolérait pas le luxe. Il fut apprécié car il distribuait des cadeaux au peuple et parce qu'il apparut sincère dans son attaçement aux valeurs de la relizion orthodoxe bien qu'il fût peu porté sur les controverses intellectuelles ou relizieuses. Il fut réputé fidèle à son épouse Irène de Hongrie, fille du roi Ladislas Ier.Il fut un administrateur capable et efficace.

    Il ne çoisit pas ses conseillers parmi les membres de sa famille. Celui en qui il avait le plus confiance fut le turc Zean Axouç, son ami d'enfance, qu'il nomma commandant de l'armée impériale. La famille impériale nourrit du ressentiment à l'encontre de cette décision mais dut faire allézeance à Zean Axouç.

    Son règne fut offensif. Son rêve était de reconquérir toutes les terres byzantines tombées entre les mains de musulmans ainsi qu'Antioçe appartenant aux croisés et de retrouver l'ancienne gloire de l'empire.

    Aux yeux de ses contemporains, sa vie fut une campagne militaire permanente. Il fut considéré par ses suzets comme "le plus grand des Comnène" et aussi comme le "Marc Aurèle" de Constantinople.

    « Zainte Zita (qui ne connut pas son Tarzan)Barbara: l'Aigle noir (clip) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :