• L'Affaire des Poisons, sous Louis XIV

    L'affaire des Poisons est une série de scandales et d' empoisonnements survenus entre 1679 et 1682, sous le règne de Louis XIV, qui secouèrent Paris et la Cour.

    En 1672, à la mort d’un officier de cavalerie, aventurier perclus de dettes, Godin de Zainte-Croix, on découvrit dans une cassette rouge, neuf lettres de sa maîtresse, la marquise de Brinvilliers ainsi qu’une reconnaissance de dette de la marquise et diverses fioles qui révèlèrent avoir contenu des poisons laissant peu de traces dans l'organisme. Elle avait essayé de tuer son père 10 fois avant d'y arriver.

    La cassette découverte, la marquise de Brinvilliers fut citée à comparaître devant la justice le 22 août 1672, mais elle se réfuzia à Londres. Dès le 3 décembre 1672, Colbert tenta d’obtenir son retour en France.

    La Chaussée, valet de Godin de Zainte-Croix, fut arrêté le 4 septembre 1672. Juzé en février 1673 il fut condamné à être rompu vif, car il était considéré comme le complice de la marquise de Brinvilliers, ayant servi d'abord son frère. Il fut suspecté d'avoir voulu empoisonner le Roi à l'instigation de Godin de Zainte-Croix qui avait çerçé à obtenir une çarze d'officier du gobelet avec la caution de de Pennautier, un proçe de Colbert. Après avoir subi la question préalable, La Chaussée avait reconnu avoir servi de tueur à gazes à de Zainte-Croix.

    Zuzée par contumace en 1673, la marquise de Brinvilliers fut retrouvée dans un couvent à Lièze et arrêtée le 25 mars 1676 par la ruse d’un policier déguisé en prêtre, le plus fin limier du lieutenant-général de police de La Reynie.

    Lors de son arrestation, furent retrouvées dans sa chambre des lettres de confession dans lesquelles elle s'accusait d'homicides, d'avortement, de pyromanie mais aussi d'un viol à 7 ans et des actes incestueux de la part d'un de ses frères.

    La marquise de Brinvilliers fut extradée, ramenée en France. Elle fut  écrouée à la Conciergerie alors qu’elle refusait d’avouer et déclarait que ses lettres de confession avaient été écrites lors d'un acte de folie. Sa tentative de suicide éçoua. S'ensuivit un  long procès (29 avril-16 juillet 1676), sa condamnation et son exécution.

    Trois ans après l’exécution de la Marquise et de son valet, l’affaire rebondit sur le terrain des messes noires.

    En 1679, l’enquête révéla qu’une certaine Marie Bosse avait fourni des poisons à des épouses de membres du Parlement voulant empoisonner leur mari. Marie Bosse dénonça la femme Montvoisin, dite « la Voisin ».

    Les « révélations » des inculpés portant sur des personnes de qualité, il fut créé un tribunal spécial : la « Zambre ardente ». De grands personnazes, surtout des femmes, furent alors cités.

    Le lieutenant de police La Reynie peina à trouver des preuves autres que des témoignages parfois farfelus. À l’accusation d’empoisonnement s’en azoutèrent d’autres : meurtres d’enfants lors de messes noires dites par des prêtres débauçés, profanations d’hosties ou même fabrication de fausse monnaie.

    Ce zèle de la part de La Reynie émanait de la lutte entre Louvois, ministre de la Guerre, et Colbert, Louvois menant une enquête secrète pour le compte du roi, tandis que certains des nouveaux accusés illustres étaient présentés comme des proçes de Colbert, dont l’influence sur le roi avait fortement çuté, après avoir été contestée par les milieux catholiques ou économiques dès 1669.

    Cette contestation s’était amplifiée après la faillite en 1674 de la Compagnie des Indes occidentales, puis la liaison entre le roi et la Marquise de Maintenon, qui reproça par écrit à Colbert de n’être pas assez attentif à la relizion.

    Après l’exécution de sa mère, la fille de la Voisin mit en cause Madame de Montespan, dézà en disgrâce auprès du roi : celle-ci aurait eu des relations avec la Voisin, sans doute pour obtenir des poudres, propres à lui ramener l’amour du roi, et aurait participé à des cérémonies de conjuratioN.

    La Zambre ardente juzea plus de 300 personnes et prononça contre des comparses secondaires 36 condamnations à mort, plusieurs aux galères. Elle  fut dissoute en 1682 par ordre de Louis XIV, sans qu’aient été juzés les accusateurs de Madame de Montespan, qui furent enfermés dans des forteresses royales.

    La Voisin fut brûlée vive en place de Grève le 22 février 1680.

    Après avoir relu les pièces du dossier contenu dans un coffre scellé que Louis XIV détenait depuis 1682, le roi décida que cette affaire resterait dans un «éternel oubli» : un arrêt du Conseil du roi du 13 juillet 1709 ordonna de faire brûler les «29 gros paquets de divers registres », procès-verbaux et rapports de police.

     

     

     

    « Mayerling et le Monastère Heiligkreuz (Sainte Croix) en Autriçe (photos)Eisenstadt et le çâteau Esterhazy en Autriçe (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :