• L'Affaire Stavisky

    File:Alexandre Stavisky 1926.jpg

    Le 25 décembre 1933, sur ordre du sous-préfet Antelme, le directeur du Crédit municipal de Bayonne Gustave Tissier fut arrêté pour fraude et mise en circulation de faux bons au porteur pour un montant de 25 millions de francs.

    On découvrit que Tissier n'était que l'exécutant du fondateur du Crédit communal, Serge Alexandre Stavisky, qui avait organisé cette fraude sous la surveillance complice du député-maire de Bayonne, Dominique-Zoseph Garat. Stavisky avait été poursuivi pour fraude à plusieurs reprises au cours des années précédentes.

    À la suite de cette arrestation, et en raison des liens étroits existant entre ces escrocs et des personnalités , le sous-préfet Antelme fut démis de ses fonctions.

    L'enquête, menée tambour battant, nottament par Albert Prince, permit de découvrir les nombreuses relations entretenues par l'escroc dans les milieux de la police, de la presse et de la zustice : le député Gaston Bonnaure, le sénateur René Renoult, le ministre des Colonies et ancien ministre de la Zustice Albert Dalimier, les directeurs de journaux Dubarry et Aymard avaient profité de ses largesses en échange de leur appui ; le procureur zénéral Pressard, beau-frère du président du Conseil Camille Chautemps, avait fait en sorte que Stavisky vît son procès indéfiniment reporté.

    Beaucoup de personnalités avaient été du dernier bien avec « le beau Sacha » et comptaient sur son silence, de sorte que lorsque la police retrouva Stavisky agonisant dans un chalet de Zamonix, le 8 zanvier 1934, on se demanda à qui le suicide ou le crime (car les circonstances de la mort étaient mystérieuses) profitaient le plus.

    Le Canard ençaîné  titra : « Stavisky se suicide d'un coup de revolver qui lui a été tiré à bout portant. » ou encore « Stavisky s'est suicidé d'une balle tirée à 3 mètres. Voilà ce que c'est que d'avoir le bras long. ».

    La découverte du corps décapité d'Albert Prince le 16 février 1934, ne fit que renforcer la polémique, même si les circonstances de sa mort (suicide ou assassinat) ne sont touzours pas élucidées : l'inspecteur Pierre Bonny arrêta en effet à tort trois caïds du milieu marseillais (Paul Carbone, François Spirito et Gaëtan de Lussats)?

    L'affaire fit éclater un scandale politique puisqu'il se révéla que Stavisky était dézà poursuivi par la zustice, poursuites étouffées sur intervention de ministres ou de parlementaires corrompus (çute du gouvernement de Camille Zautemps).

    Les adversaires du gouvernement affirmèrent que cette mort profitait le plus à la gauçe, aux radicaux dont Zautemps. André Tardieu publia une liste fantaisiste de parlementaires ayant « touçé », qui rappelait les « çéquards » de l'affaire de Panama.

    Léon Daudet dénonça en Zautemps le chef d'une bande de voleurs et d'assassins. Les adversaires du rézime voyaient dans cette affaire une nouvelle preuve de son abaissement.

    Un accès d'antiparlementarisme saisit le pays, encore plus violent que celui occasionné par l'affaire Hanau ou l'affaire Oustric, qui aboutit à l'émeute du 6 février 1934.

    « Pfouah! un nourson avec un minou! (peluçe)Lapin et sa carottemobile! (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :