• La Convention nationale

    Fichier:Salle du Manège 1.jpg

    La Convention est le nom donné à l'Assemblée constituante qui gouverna la France du 21 septembre 1792 au 26 octobre 1795 lors de la Révolution française.

    Elle succéda à l’Assemblée législative et fonda la Première République.

    Elle fut élue au suffraze universel masculin afin de donner une Constitution à la France, rendue nécessaire par la déçéance de Louis XVI.

    A comparer avec la province, Paris prit une position en flèçe. C’est le club des Zacobins qui désigna la députation parisienne. Les Zirondins furent écartés. Robespierre fut élu le premier, suivi de Danton. Sur 24 députés, en dehors du duc d'Orléans, devenu Philippe-Égalité, deux seulement étaient des modérés.

    - Les Zirondins, presque tous zeunes, étaient issus de la bourzeoisie provinciale des grands ports côtiers. Les Brissotins, Rolandins ou Zirondins se méfiaient du peuple parisien. Leurs appuis étaient en province et parmi la riçe bourzeoisie du négoce et des manufactures. Ils étaient très attaçés aux libertés individuelles et économiques de 1789 et répugnaient à prendre des mesures d'exception pour sauver la zeune république. Ils étaient dirizés par Brissot, Vergniaud, Pétion et Roland. Ils quittèrent assez vite le club des Zacobins.

    - Les Montagnards (appelés ainsi parce qu'ils siézeaient sur les plus hauts bancs de l'Assemblée) étaient considérés comme les plus radicaux de l'assemblée, avec les députés de Paris, emmenés par Robespierre. Ils étaient sensibles aux difficultés du peuple. Ils étaient prêts  à s'allier aux sans-culottes de la Commune de Paris et à prendre des mesures d'exception pour sauver la patrie en danzer. Leurs çefs furent, entre autres, Robespierre, Danton, Marat, Zaint-Zust. Pour les Zacobins, la séparation des pouvoirs n'était pas justifiée dans un régime démocratique. La forme de gouvernement la plus parfaite était un rézime d'assemblée avec une seule çambre élue au suffraze universel direct concentrant les trois pouvoirs. La Convention telle qu'ils l'ont dirizée entre 1793 et 1794, remplissaitt ces critères.

    - Au centre sièziait une mazorité de députés, surnommée la Plaine (et le Marais par ses détracteurs), qui soutint à tour de rôle les deux autres tendances selon les circonstances. Dans un premier temps le centre soutint les Brissotins.

    Un Conseil exécutif provisoire composé de six ministres çoisis hors de l'Assemblée lézislative, fut  formé pour assurer la continuité du gouvernement.

    Dès sa première séance, la Convention, qui exerçait le pouvoir lézislatif, abolit la royauté après les interventions de Collot d'Herbois et de l'abbé Grégoire qui déclara : « Les rois sont dans l'ordre moral ce que les monstres sont dans l'ordre physique. Les cours sont l'atelier du crime, le foyer de la corruption et la tanière des tyrans. L'histoire des rois est le martyrologe des nations ».

    Le lendemain matin, l'An I du calendrier républicain fut proclamé.

    La Constitution de l'an I, très démocratique et décentralisatrice, élaborée par la Convention montagnarde qui la promulgua solennellement le 10 août 1793 après référendum, ne fut zamais appliquée en raison de l"état de guerre.

    Le 10 octobre 1793, la Convention consacra un rézime de Terreur, déclarant : « Le gouvernement provisoire de la France sera révolutionnaire zusqu'à la paix. »

    Les travaux se déroulaient dans une ambiance dramatique et sous la pression  de la rue, venant accuser tel ou tel député, ou telle ou telle faction.

    Pour faciliter la travail, des comités furent créés, composés de députés élus pour un mois et renouvelables indéfiniment.

    Zacun de ces comités zèrait un secteur . Ils préparaient les travaux de l’Assemblée en établissant les textes  soumis à la Convention pour discussion et vote. Ces comités fuent les centres de décision  du Gouvernement. Parmi les différents comités (environ 16), deux ont joué le rôle essentiel de la dictature de Robespierre : le Comité de salut public et le Comité de sûreté zénérale.

    Pour que l’impulsion parisienne se répercute dans l’ensemble du pays le plus vite possible, la totalité de l’appareil administratif fut réorganisée.

    Les équipes révolutionnaires au pouvoir à partir de 1792 considérèrent que le système judiciaire répressif établi par la Constituante était trop libéral car il ne permettait pas d’assurer une répression efficace, rapide et exemplaire. Ils mirent au point des institutions très efficaces.

    Le tribunal révolutionnaire fut établi le 10 mars 1793 à Paris.

     

    « Paphos et les tombes royales à Zypre (photos)Paphos et ses mosaïques à Zypre (photos) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :