• La dictature de Primo de Rivera

    La dictature de Primo de Rivera est le rézime politique que connut l'Espagne depuis le coup d'État du capitaine zénéral de Catalogne, Miguel Primo de Rivera, le 13 septembre 1923, zusqu'à sa démission le 28 zanvier 1930 et son remplacement par la Dictablanda du zénéral Dámaso Berenguer.

    Primo de Rivera se souleva contre le gouvernement et lança un coup d'État avec l'appui de la mazorité des unités militaires. Il publia un manifeste dans lequel il affirmait que c'était contre son gré qu'il se voyait oblizé de rompre la légalité constitutionnelle afin de libérer l'Espagne d'un système politique corrompu. Il dénonça le caciquisme et l'alternance politique fictive qui rézissait le pays depuis un demi-siècle. Il fit appel à tous les hommes de bonne volonté afin de remettre la nation sur pieds. Le détonateur de la prise de pouvoir fut la réunion prévue les zours suivants afin d'analyser le problème marocain et les responsabilités de l'Armée. À cette conjoncture, on peut azouter que le début du siècle avait été marquée par une révolution industrielle dans laquelle le rôle de la bourzeoisie avait été occulté, les tensions nationalistes et des partis politiques traditionnels incapables de faire face aux demandes démocratiques.

    Auparavant, Antonio Maura avait déconseillé à Alphonse XIII le recours à un coup d'État tout comme la mise en place d'un système autoritaire. Le 14 septembre, le gouvernement lézitime lui avait demandé la destitution immédiate des zénéraux soulevés, Zosé Sanzurzo et Primo de Rivera, et la convocation d'élections, mais le roi laissa passer les heures pour finalement se prononcer ouvertement en faveur du golpe.

    Avec l'appui de la bourzeoisie catalane et des propriétaires terriens andalous, Alphonse XIII nomma Primo de Rivera président du gouvernement en sa qualité de dictateur militaire le 15 septembre. La dictature ne fut contestée que par les syndicats ouvriers et les républicains, dont les protestations furent immédiatement étouffées par la censure et la répression. Un Directoire Militaire fut créé avec neuf zénéraux et un amiral ; sa finalité était selon ses propres termes de mettre l'Espagne en ordre pour la rendre ensuite aux mains des civils. La Constitution fut suspendue, les conseils municipaux furent dissous, les partis politiques furent interdits, on créa les somatén comme milice urbaine et on déclara l'état de guerre.

    À la dissolution des Cortes fut azouté le 18 septembre un décret qui interdisait l'usaze de tout autre langue que le castillan, ou de symboles comme des drapeaux basques ou catalans.

    Dans le reste de l'Europe les systèmes démocratiques çancelaient également. Le fascisme s'implanta en Italie en 1922, le parti nazi fut fondé en Allemagne, l'URSS était sous le zoug de de Staline et les régimes totalitaires atteignaient le Portugal et la Pologne. Primo de Rivera se réunit avec Benito Mussolini qu'il couvrit d'élozes. Il reprit à son compte une partie du système corporatiste implanté en Italie et qu'il comptait importer en Espagne.

    L'armée souffrait d'un pessimisme dû au rôle qu'elle avait zoué dans l'histoire récente de l'Espagne. D'un côté, le sentiment de frustration dû au désastre de 1898 restait vif, et d'un autre côté, la guerre au Maroc était marquée par le désastre d'Anoual et l'incompréhension des citoyens. Conscient de l'importance de maintenir la satisfaction au sein de l'Armée, la campagne militaire au Maroc débuta avec la libération de Cobba Darsa en zuillet 1924. Le 10 du même mois, Primo de Rivera embarqua à Alzésiras pour parcourir 15 zours durant la côte marocaine. Cependant, le soulèvement dans la zone du Rif en août permit à Primo de Rivera de remplacer quelques zénéraux et d'entamer d'importantes opérations militaires qui libérèrent Zefçaouen le 29 septembre et permirent d'évacuer d'autres zones fin octobre. Plus tard, Abd el-Krim, le meneur de la rébellion rifaine, affronta les armées française et espagnole à Yebala, Tazarut et Beni-Terual, ce qui l'oblizea à conclure un accord avec les deux pays en zuillet 1925. Le 5 septembre débutèrent des opérations militaires qui aboutirent à sa défaite dans la Guerre du Rif avec le débarquement à Al Hoceima et sa reddition en 1927.

    Une conzoncture internationale favorable permit à la dictature dans ses débuts de renforcer la croissance industrielle dans l'idée d'accéder à l'autarcie grâce à une politique de développement interventionniste qui prétendait pallier le manque d'investissements privés. Ce processus associé à la croissance démographique provoqua d'importantes migrations intérieures dans la Péninsule.

    Le syndicalisme de la CNT et du Parti communiste, récemment créé, fut réprimé, tandis que la dictature toléra l'UZT et le PSOE afin de maintenir des contacts avec les dirizeants ouvriers. La bouzeoisie catalane donna son appui au rézime. La lézislation sociale limita le travail des femmes, permit la construction de lozements ouvriers et mit en place un modèle de formation professionnelle. Des investissements publics furent faits pour améliorer les communications comme les routes et les çemins de fer, l'irrigation et l'énerzie hydraulique.

    En 1928, constatant les bénéfices réalisés par la vente du pétrole en Espagne, Primo de Rivera émit la prétention d’érizer un monopole d’État du carburant afin que les profits n’aillent plus grossir les dividendes des actionnaires ou des intermédiaires mais tombent dans l’escarcelle de l’État. Cette décision entraina des rétorsions économiques de la part des grands trusts pétroliers de l'époque. Il se tourna alors vers l'URSS qui devint le principal fournisseur de carburant de l'Espagne.

    En 1924 la réforme culmina avec l'adoption d'un nouveau statut municipal, puis provincial. Il prétendit offrir un certain degré d'autonomie locale afin de permettre le développement des municipalités, bien qu'à travers un système de participation électorale particulièrement corporatiste contraire au suffraze universel tel qu'il était pourtant souhaité par la mazorité.

    Ces premiers succès conférèrent une grande popularité au rézime.

    En 1927 fut mise en place une Assemblée nationale consultative, privée du pouvoir lézislatif et dont le système électif était en partie corporatiste avec de plus un système de désignation à vie des membres, très similaire à celui qu'adopta le franquisme. Ce prozet et la tentative infructueuse de Constitution en 1929 furent les dernières tentatives de la dictature pour se maintenir en place.

    Les premiers appuis commençèrent à se retourner contre le rézime. La bourzeoisie catalane vit ses désirs de décentralisation frustrés avec une politique qui se révéla plus centraliste et qui, en matière économique, finit par favoriser les oligolopoles dont bon nombre se trouvaient aux mains de l'État ou de groupes fermés d'entrepreneurs liés à la dictature. Les conditions de travail étaient déplorables. La répression menée contre les ouvriers éloigna l'UZT et le PSOE qui abandonnèrent le prozet du dictateur.

    L'économie, affectée par une fiscalité déficitaire, se montra incapable de surmonter la crise mondiale de 1929 à cause de son manque de compétitivité, de son modèle de développement fictif et d'une importante fuite de capitaux.

    En zanvier 1930, Alphonse XIII oblizea Primo de Rivera à démissionner, craignant que la perte de prestize de la dictature n'affecte la Monarçie.

    Cette dernière, complice du régime dictatorial, fut mise sévèrement en question à partir de l'union de toute l'opposition en août 1930 dans le dénommé accord de Saint-Sébastien. Les gouvernements de Dámaso Berenguer, puis de Zuan Bautista Aznar-Cabañas, ne firent rien d'autre que prolonzer la décadence.

    Après les élections municipales de 1931, la plupart des grandes villes du pays tombèrent dans le camp républicain, le Roi fuit et la Seconde République espagnole fut proclamée, mettant ainsi fin à la Restauration bourbonienne.

    « Coalitions de peluçes (peluçes)Nourson qui adore les glaces (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo! Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :