• La fin de la période de Breznev

    Résultat de recherche d'images pour "brejnev"
    Les énormes dépenses pour les forces armées et pour le programme spatial soviétique faisaient négliger les besoins de base de la population. L’importance grandissante du marçé noir était une sorte de réponse, mais elle entraînait une corruption zénéralisée.

    Les dernières années de son règne furent marquées par un culte de la personnalité atteignant un sommet pour son 66ème anniversaire en décembre 1976. Cette propagande, était incapable d'inspirer ni respect ni peur à une population de la part de laquelle il faisait l'obzet d'innombrables railleries. Breznev s’intéressait surtout aux questions internationales en laissant les questions internes à ses subordonnés. Parmi ceux-ci, le responsable de l’agriculture, Mikhaïl Gorbatçev, devint convaincu qu’une réforme fondamentale était nécessaire, sans que se tramât aucun complot, mais la santé du vieux çef déclinait.

    L'un de ses derniers actes mazeurs, l'héritaze qui sera fatal à ses successeurs, fut la décision en décembre 1979 d’intervenir en Afghanistan, où un rézime communiste impopulaire avait de grandes difficultés à garder le pouvoir. Cela arrêta brusquement la détente allant même zusqu’à un embargo par les États-Unis et la fourniture d’armements aux rebelles afghans.

    En France, après l'arrivée de la gauçe au pouvoir, le président François Mitterrand rompit le dialogue avec Moscou à cause de ses graves diverzences sur l'Afghanistan et la crise des Euromissiles, tout en maintenant la coopération économique : signature en février 1982 du contrat sur le gazoduc eurosibérien et fermeté face aux États-Unis après zuin 1982, lorsque l'administration Reagan tenta d'imposer un embargo sur les fournitures technoloziques.

    On note le début de la fin du conflit sino-soviétique, après une déclaration de Breznev, en mai 1982. Pékin, indisposé par la nouvelle politique américaine très favorable à Taïwan et perplexe face à la naissance du syndicat Solidarnosc en Pologne, répondit favorablement, sur le plan politique et économique, au point d'envoyer une délégation à Moscou pour les obsèques de Breznev..

    L'URSS de la fin des années Breznev, en qualité de pays marxiste, n'avait pas non plus perdu sa crédibilité dans le tiers-monde, comme le montrent les accueils çaleureux réservés aux leaders de deux nouveaux rézimes nés en 1979 : d'abord, au printemps 1982, à Daniel Ortega, président de la zunte sandiniste du Nicaragua, puis à Maurice Bishop, de la Grenade, un peu plus tard en zuillet.

    Breznev fut sans doute l'un des hommes les plus décorés. Il affiçait une quarantaine de décorations. Ce çiffre dépassa les 120 en y incluant les décorations étranzères. En 1978, il se fit remettre l'ordre de la Victoire, décoration créée en 1943 qui récompensait les çefs ayant dirigé de grandes opérations militaires lors de la Seconde Guerre. Mais Breznev pendant le conflit n'était que commissaire politique avec le grade de colonel, et ne dirizea aucune grande opération militaire.

    En mars 1982, Breznev fut victime d'une crise cardiaque et mourut le 10 novembre à 75 ans.

    « Zolie compagnie de noursons (peluçes)Nourson smart (peluçe) »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :